Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen

Auréoler

Auréoler est plus qu’un document. C’est un chant offert à l’ensemencement géographique quand le sacré de l’amour humain rejoint l’érotique de l’infini. Mise en musique par Yves Desrosiers, la chanson éponyme reprend le poème de Fernand Ouellette « Auréoler ».

Sous la houlette visionnaire du conseiller artistique Hugo Latulippe, la direction photo de Geoffroy Beauchemin, le montage de Claude-Antoine Guibord, la coordination tout azimut de Stéphanie Robert et l’inspiration géopoétique de Jean Morisset, Auréoler a bénéficié par la suite de la gouverne d’Alexandre Domingue et l’équipage de Post-Moderne à la post-production.

Sans les habitants de l’Île Verte qui ont fait de l’événement « Retour de Gilles Carle » leur aventure et leur propre navigation, Auréoler n’aurait jamais vu le jour et moins encore traversé la nuit des temps.

[ Source ]

  Flèche gauche
Sur la toile - Volume 13, numéro 3
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE