Acupuncture Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Calendrier Chamanisme Channeling Chant Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Jardinage Kabbale Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Mort Mouvement Mycothérapie Naturopathie Numérologie Nutrition Ostéopathie Parkinson Permaculture Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Société Soin Corporel Son et vibration Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche

Matthieu Ricard : « Que l’on arrête de nous tanner en disant que les gens sont naturellement méfiants ! »

Comment expliquez-vous que nos sociétés restent autant attachées à l’argent ?
La consommation, ce n’est pas seulement aller au supermarché, c’est aussi la recherche d’un bonheur hédonique, l’importance donnée à l’image et au matérialisme. Les personnes les plus portées sur la consommation sont les moins heureuses, en moins bonne santé, elles ont moins de vrais amis et sont plus obsédées par la mort. Je parle d’un bonheur eudémonique, avec un sentiment d’accomplissement et de plénitude, plutôt que la poursuite d’un plaisir incessant. On va dire que je suis un imbécile parce que je suis plus heureux dans mon ermitage sans chauffage que dans un appartement luxueux, mais c’est vrai !

Matthieu Ricard

[ Source ]

  Flèche gauche
Sur la toile - Volume 11, numéro 17
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE