TroisTriangles
GrandPortage
CentreDentaire

Volume 13, numéro 7 — Mercredi, 5 avril 2017



Mise en bouche talentueuse
    

Mise en bouche talentueuse

Le feu vernal rougit les jeunes branches. Le soleil ravive notre confiance. Nos corps ayant épuisé leurs réserves sont heureux de la conjoncture cyclique des éléments. Bientôt ils pourront à nouveau puiser leur vitalité dans la nature. Que l’arrivée du printemps est douce au cœur des habitants nordiques !

2012 sonne une cloche chez vous ? Au Québec, le son des casseroles carillonnait dans les rues. Clôde de Guise raconte le parcours d’un groupe de cégépiens qui ont activement participé à la grève des carrés rouges. Après le retour en classe, ils ont permaculturé leur rage et leur dépit. De leurs mains, de leur cœur ainsi que de leur réflexion citoyenne compostée est né un magnifique jardin à l’arrière du Collège Saint-Laurent. Elle nous raconte cette histoire à travers Frédéric. Je lui ai demandé pourquoi il désirait garder l’anonymat. Il a répondu qu’il ne voulait pas être un personnage public. Nous respectons sa décision.

La lecture de cet article au moment où je tenais kiosque à Expo manger santé et vivre vert m’a ramenée en 2012. Plusieurs visiteurs et exposants de cette magnifique vingtième édition m’ont reflété leur bonheur de me revoir en bonne forme, heureuse et de nouveau présente dans l’agora. De retour chez moi, alors que je m’assoyais devant mon ordi pour écrire, mes doigts ont tapé sur le clavier ce texte qui relate la transmutation d’un cancer en créativité. Je vous l’offre.

Les conférences que j’ai données lors de cet évènement au sujet de la méditation ont été bien accueillies. Cela m’a rendue heureuse de transmettre ma réflexion sur cette pratique essentielle à la connaissance de soi, au bonheur et à la santé. Je dois à mes enfants l'initiative de me commettre sur une scène. Suite à l’hommage que j’ai rendu à ma mère lors du rituel de son enterrement l’automne dernier, ils m’ont fortement encouragée à parler en public. « Parce que tu es bonne et que le monde aime cela… ». La famille est un lieu de prédilection pour soutenir les talents uniques de chacun et chacune. Je vais remettre cela prochainement dans une salle près de chez vous…

Yves Gagnon livre un premier article d’une série sur l’offre végétarienne dans la restauration québécoise. Que de chemin parcouru depuis quarante ans au Québec sur nos tables ! Yves est un des précurseurs et promoteurs d’une saine alimentation, d’une agriculture biologique et d’une jouissance gustative. Il marie ici toutes ses passions de jardinier, cuisinier, gourmet, connaisseur et écrivain. Le bébé est joufflu, chic et resplendissant.

Dans la rubrique Franchement Santé, Jean-Yves Dionne expose la controverse entourant les statines et propose des approches différentes pour améliorer la santé cardiaque. Danièle Laberge illumine le sommaire de jonquilles gorgées de soleil. Jacqueline Martin a le vent dans les voiles sur ces photos multicolores qui ornent mon texte.

Je vous invite chers lecteurs et chères lectrices à soutenir Covivia en contribuant financièrement à notre publication. Vous pouvez adhérer à un abonnement annuel payant. Le montant minimal suggéré est 25$. Vous pouvez aussi opter pour un don unique. Les sommes recueillies serviront à financer une nouvelle phase de programmation informatique. Le prochain projet est de formater le site et de son webzine pour qu'ils soient accessibles sur toutes les plates-formes. Nous prévoyons affecter trois mille dollars à cette fin. Ensuite dans une seconde étape, on refera la beauté de tout cela.

Bonne lecture,

Renée Demers
reneedemers@covivia.com



2012-2017- Récit d'une guérison
    

Renée Demers - Penser pour panser

2012-2017- Récit d'une guérison

En 2012, je recevais un diagnostic de cancer. Mon existence en tant que Renée Demers était remise en question. J’étais alors fatiguée, vidée et sur le bord de partir de l’autre côté avec joie. Dans le but de me reposer.

3 ans avant, mon amour des vingt-cinq dernières années avait quitté la Terre. Les enfants et moi avions perdu un être cher. Nous avions réinventé nos liens familiaux amputés d’un de ses piliers. Ce fut aussi deuil, remue-méninge et remue-ménage à la librairie Biosfaire que lui et moi avions fondée et que nous gérions ensemble jusqu’alors. J’avais vécu cette mort sans y consacrer l’attention qu’elle exigeait, faute de temps et d’espace. La grâce qui jaillit de ce bref moment d’ouverture attendait d’être cueillie.

La direction de la librairie Biosfaire pesait sur mes épaules. J’étais soutien de famille depuis début 2009. Pas de père pour discuter et réfléchir sur l’accompagnement du jeune adolescent qui naissait au monde et à ses vicissitudes. Les réparations normales que nécessite l’entretien d’une maison cinquantenaire étaient un fardeau. J’étais seule avec ma détresse et mon anxiété. Je m’étouffais.

J’étais brûlée. Quand l’oncologue m’a annoncé l’état de la maladie, j’étais contente que la fin approche.

Mes enfants chéris ont insisté pour que je vive. Ils avaient perdu leur père et ils commençaient à peine à s’en remettre. Ils m’ont parlé de leur tristesse immense et du besoin de ma présence à leur côté. Ils m’ont offert leur soutien pour traverser la série de transformations et d’interventions médicales auxquelles je devais me soumettre pour renaître sans mourir. Mon égoïsme circonstanciel a fondu devant leur appel et leur sincère communication. Mon cœur de mère enseveli sous le poids des malheurs mentaux s’est attendri. J’ai pris conscience de ma responsabilité parentale et j’ai renoué avec la joie des liens intimes.

Une descente vertigineuse dans mon fors intérieur s’est déclenchée. J’ai retrouvé du sens à la vie.

Mes amis m’ont ouvert leur bras pour passer à travers cette convalescence.  Aide financière, transport, nourriture, soin, soutien affectif et psychologique, ils mettaient tout à ma disposition.

Reflets
Photo : Jacqueline Martin

Cela fut un baume que de me savoir voulue par les membres de ma famille et mes amis. Un des drames de mon enfance a été d’adhérer à la même croyance que celle de mes parents : je n’étais pas voulue. Pourtant, ils adoraient les enfants. Alors qu’ils étaient inconsciemment heureux de mettre au monde un bébé, la pression sociale, le perfectionnisme, la fatigue des responsabilités financières, la baisse de leur force physique devant la tâche colossale d’élever une famille les avaient incités à croire le contraire. « S’ils avaient été plus vigilants et plus sensés, ils n’auraient pas fait tant d’enfants… »  J’ai adopté ce point de vue moi aussi. J’ai grandi avec cette illusion. Elle m’a formée. Elle a nourri en moi la sensibilité et la rébellion qui vient avec la victimisation. Mais le mental est diabolique quand il nous fait croire que nos pensées imaginaires sont plus vraies que les faits. Mes parents m’avaient conçue. J’étais là. Et tous trois, nous nourrissions le fou scénario que ce n’était pas ce qui devait avoir lieu.

Une des vérités que j’ai comprise en chemin est que la réalité est ce qui est vrai. Aime ce qui est !  Entre les formes éclairées par le soleil et celles projetées par l’ombre, les éléments ensoleillés sont ceux qui ont une réalité. Les élucubrations ombragées de notre mental sur ce qui devrait être sont des mirages qui nourrissent un égo fictif. S’en tenir aux faits est une voie pavée de lumière. Elle nous donne un jugement éclairé et une capacité d’action harmonieuse.

Bateau sur l'eau
Photo : Jacqueline Martin

Dans la renaissance que j’ai vécue en 2012, je dois une fière chandelle à mes enfants et à mes amis. Les clients de Biosfaire et les lecteurs de Covivia m’ont aussi transmis leur désir de me garder dans leur vie. J’avais besoin d’être portée. Cela a été une médecine salvatrice.

L’équipe médicale qui m’a prise en charge ainsi que les thérapeutes qui m’ont accompagnée en pratique privée ont été des guérisseurs extraordinaires.

Au cours de cette année charnière, j’ai basculé tel le Pendu dans le jeu du Tarot. J’ai vendu la librairie et la maison familiale. J’ai bénéficié d’importantes transfusions sanguines, de radiothérapie, de chimiothérapie, d’acupuncture, d’ostéopathie, de techniqie Bowen et de naturopathie. J’ai abandonné mon identité pour quelques mois. L’hôpital a cette capacité de nous réduire à l’anonymat. J’ai eu l’intuition de transformer le bulletin de liaison de la librairie Biosfaire en webizne. Je suis déménagée à la campagne. J’ai dormi. J'ai pleuré. J’ai marché. J’ai médité. J’ai lu. J’ai contemplé. J’ai écrit. J’ai apprivoisé l’ennui. J’ai découvert le silence. J’ai apprécié le vide.

En 2017, je n’ai plus de lourde charge de travail, je n’ai plus d’enfants à la maison, je n’ai plus de propriété. J’ai abandonné beaucoup de responsabilités. Un célibat heureux s'est installé. J’ai retrouvé la joie de la créativité. J'habite un loft lumineux à la montagne dans une communauté. Je cultive des relations aimantes.  Je consacre ma vie à la connaissance de soi. Je suis comblée par l’intimité que je partage avec ces adultes, jadis mes enfants. Toutes les deux semaines, j’édite ce webzine en collaboration avec des auteurs, des photographes et un webmestre généreux, créatifs et authentiques.

Je suis heureuse de cette renaissance débutée en 2012. La mort m’a finalement inondée de sa grâce. Sa lumière est douce et profonde. Ma créativité et mon individualité se sont déployées. Je participe avec d’autant plus de joie et d’efficacité à la société maintenant que j’affirme mon unicité.

Sans la demande claire de mes enfants de continuer, sans le filet que la communauté m’a offert pour me bercer, je n’aurais pas trouvé la force de résister à cette envie de mourir à mon illusoire identité. La métamorphose dans la chaleur du vivant est possible. L’amour est là, patient et discret. Il nous attend. 

Je publie ce texte pour toutes les personnes qui subissent des épreuves. Soyez courageux et bienveillants avec vous-même. Acceptez le soutien que l’on vous offre. La renaissance dans la même peau est possible. La vitalité, la vérité et la gratitude sont les bénéfices de cette métamorphose.

Merci et vive la vie!

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

Vous aimez notre publication ? Voulez-vous y contribuer ? Adhérez à un abonnement annuel payant ou faites un don ! 

Thématiques : Guérison, Santé


Ressources
MarieJoseLeclerc
Naturessence
PousseMenu

Publicités
    

Tarot spirituel

reneedemers@covivia.com



L'offre végé en restauration
    

Champs libres

L'offre végé en restauration

J'ai toujours voulu faire une Helen Rochester de moi-même! Diplômé de l'institut de Tourisme et d'Hôtellerie du Québec en 1976, j'étais bien décidé à me frayer un chemin singulier dans l'univers de la restauration québécoise. La vie en a voulu autrement: je me suis plutôt consacré à l'agriculture et au jardinage, maintenant un regard envieux et tendre sur la scène gastronomique tout en poursuivant le développement de ma fantaisie culinaire, arrimée au règne végétal.

J'ai tenu une table gourmande aux Jardins du Grand-Portage pendant 20 ans. J'ai ainsi appris à préparer en de multiples déclinaisons les fruits de mon jardin. Par curiosité et par gourmandise, j'ai fréquenté de nombreuses tables.

Je partagerai dorénavant avec vous, chers lecteurs, mon exploration de la scène culinaire québécoise. Sans être végétarien à part entière, je suis un ardent défenseur du végétarisme pour ses impacts sur la santé, l'environnement et la justice sociale. Je privilégierai donc une critique de l'offre végétarienne en restauration, surtout à Montréal, mais aussi ailleurs au Québec lorsque mes pérégrinations s'y prêteront. Figurent déjà dans ma mire les restaurants Le Vin Papillon, Soupesoup, Sushi Momo ainsi que le réputé Lov dans le Vieux-Montréal. Il va de soi que ces chroniques seront intercalées de façon aléatoire au sein de mes autres livraisons.

Aujourd'hui, je vous présente un de mes coups de cœur des dernières années, le restaurant La salle à manger, voisin de mon pied-à-terre de Montréal. Un établissement sympathique, décontracté, ouvert jusqu'à minuit tous les soir, offrant une cuisine authentique ainsi qu'une proposition exhaustive de vins bios ou nature.

La salle à manger

J'ai mes habitudes à La salle à manger. Lorsque je livre une conférence en soirée, je mange peu avant ma présentation. Après, je suis vidé et affamé. Un repas léger à La salle à manger, accompagné d'un verre de vin – parfois deux – représente pour moi une exquise récompense pour mon travail. Peu importe l'heure, j'y suis toujours accueilli avec déférence et humanité.

À 23 h, la musique est un peu plus forte, l'ambiance lâcher-prise. Le personnel inventorie et range le vin, parfois le goûte, partage ses impressions, un verre à l'occasion. Souvent, l'établissement ne reçoit que 12 ou 24 bouteilles d'une cuvée d'exception aussitôt proposée au verre pour le plus grand bonheur des clients. Ainsi va l'importation.

Cette fois, j'ai invité ma douce, un dimanche soir de fin mars, après une journée à l'Expo Manger Santé où je livrais une conférence sur les avantages de la qualité bio. Nous avons commandé en guise d'entrée les Choux de Bruxelles rôtis, vinaigrette César, verdure et chips de Padano ainsi que la Salade d'endives, Fleuron, noix, pommes, vinaigrette au Xérès. Comme plat, notre choix s'est porté sur les Tagliatelles aux poireaux à la crème, Padano fumé, jaune d'œuf et sur le Vol-au-vent aux champignons, petit pois, cabra al bira, verdure.

J'avais repéré sur la carte des vins au verre, le Cour-Cherverney Les sables 2014 de Philippe Tessier. Un vin de soif, bien rond, gouleyant, qui se mariait à merveille avec nos entrées.

Quelle fabuleuse idée de créer une salade César à partir de choux de Bruxelles grillés liés avec une sauce crémeuse bien aillée, coiffés d'un mélange de cresson rouge, de roquette, de fines tranches de radis et de concombre et d'un large chip de fromage Padano que nous avons émietté dans la salade, somme toute bien soyeuse.

La salade d'endives au fromage bleu Fleuron – de la fromagerie bio Les fromagiers de la Table Ronde – garnie de noix, de pommes et des mêmes verdures que la précédente m'a paru très salée, comme son fromage. En soutirant plusieurs éclats de Fleuron – conservés pour la fin du repas –, j'ai pu apprécier les verdures, fraîches et croquantes.

En accompagnement, on nous a porté un pain brioché aux herbes, tendre, chaud, gorgé d'un mélange d'huile d'olive et de beurre. Il nous a fallu refuser le deuxième panier. À La salle à manger, on nous sert toujours du pain maison exemplaire, à mon avis, une assise fondamentale d'une table de qualité.

Pour la suite, Marc nous a proposé un verre de Beaujolais Regnié d'Antoine Sunier. 100 % Gamay, muni de notes poivrées et terreuses, le vin épousa magistralement nos entremets. Pure beurre, la pâte feuilletée du vol-au-vent portait à la perfection les pleurotes et les shiitakes associés dans une sauce onctueuse lié par un fromage de chèvre maison à la bière, préparé par Rémi le sous-chef en poste. Les petits pois, pépites de chlorophylle, rafraîchissaient la confection tout comme les verdures du jour.

Nous sommes tombés sous le charme des tagliatelles réunies dans une sauce crémeuse à base de blanc de poireau et garnies d'éclats de Padano fumé et toujours de roquette et de cresson qu'on aurait pu remplacer par des bettes ou des épinards, par souci de diversité. Au goût, par contre, rien à redire. Nos assiettes étaient toutes vides au retour de Marc, les fragments de Fleuron nous ayant permis de terminer le Beaujolais en accord parfait.

Par pure gourmandise, nous nous sommes laissés tenter par la verrine de citron, constituée d'une tarte au citron déconstruite dont la pâte sucrée au beurre ravissait. La crème de citron, généreusement acide, et la meringue onctueuse nous ont plongés dans de sublimes limbes. La maison nous a offert un verre d'un Muscat de Corse, que nous avons siroté en profitant des lieux et de ce précieux moment d'oisiveté.

La salle à manger

En bref

La salle à manger a été fondée par son chef propriétaire Samuel Pinard en 2008. Depuis, sa popularité ne se dément pas, probablement à cause d'une carte des vins éclectique, un menu qui change quotidiennement selon les arrivages et une ardoise affichant des propositions audacieuses. Les plats architecturaux sont toujours savoureux, copieux et généreusement garnis de membres du règne végétal.

Bien que la carte propose de nombreux plats à base de viande, on y retrouve toujours deux ou trois propositions végétariennes ainsi que quelques entrées de salades desquelles on peut, au besoin, demander d'extraire les lardons. Des assiettes aptes à réjouir les palais végétariens, mais non celui des végétaliens, car, à La salle à manger, les plats végétariens sont à base de beurre, de crème et/ou de fromage ou les trois à la fois.

Mais une fois n'est pas coutume.

Notre repas pour deux a coûté 120 $ avant les taxes.

On peut s'en tirer à moins si on choisit d'être raisonnable: par exemple, deux entrées accompagnées d'un verre de vin vous prendraient 40 $ avant les taxes.

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage

- - -

Références :

La salle à manger
Domaine Antoine Sunier
Domaine Philippe Tessier
Les fromagiers de la Table Ronde

- - -

Pour découvrir l'univers culinaire d'Yves Gagnon, vous pouvez parcourir son plus récent livre Le festin quotidien.

Le festin quotidien

Pour commander, voir : Nos publications

Thématiques : Alimentation, Restos vegés, Tourisme vert



Un jardin né sur la grève des carrés rouges
    

Un jardin né de la grève des carrés rouges

Il y a cinq ans déjà, le Québec vibrait au rythme des casseroles en appui à la grève étudiante des carrés rouges. Rappelons que cette grève étudiante générale et illimitée dans les cégeps et les universités a été la plus longue (du 13 février au 7 septembre 2012) et la plus imposante (plus de 300 000 étudiants en grève fin mars) de l’histoire du Québec et du Canada. Le déclencheur fut la hausse des frais de scolarité totalisant 1 650 $ sur cinq ans que voulait imposer le gouvernement de Jean Charest. Les étudiants ont élargi le débat à une critique globale du système capitaliste néolibérale et une plus grande justice sociale.

Ce printemps « érable » a été pour les étudiants, à peine âgés de 17 ans, qui amorçaient leur première année de cégep, un cours accéléré de militantisme politique. Ce fut le cas de Frédéric . Cette grève a transformé sa vision du monde. Voici le témoignage d’un étudiant anonyme et de ce qu’il a vécu de l’intérieur.

Pour un nouveau monde

Tout commence pour Frédéric à la mi-février 2012 lorsque 3 000 des 4 000 étudiants du Cégep Saint-Laurent sont réunis en assemblée générale et ont à voter pour se joindre à la grève étudiante en cours. Ils sont 80 % à être en faveur.

Outre les grands rassemblements de jour, les manifestations nocturnes, les concerts citoyens de casserole, intra-muros dans les cégeps et les universités, la matière grise était active. Il se donnait des cours autogérés de réflexion sur divers sujets : féminisme, écologie, le monde étudiant, la communauté lgbt et queer, les valeurs sociales, etc. Il y avait des ateliers de créativité et de fabrication de bannières. Une cuisine populaire récupérait les aliments jetés au rebut pour nourrir les grévistes. Bref, un univers parallèle était en activité. À chaque semaine, les étudiants étaient convoqués à une assemblée générale extraordinaire pour reconduire le vote de grève.

Manifestation
Photo : Justin Ling
La délégation de la CLASSE passe au viaduc Berri lors de la manifestation étudiante du 22 mai 2012 à Montréal.

« En faisant la grève, nous, les étudiants, étions les acteurs de la réalité et nous étions à la une des journaux, explique Frédéric. Je n’ai jamais tant lu les journaux qu’à cette époque. Avec les autres grévistes, nous nous sommes vite rendus compte que les médias n’exprimaient pas la réalité et que les nouvelles étaient biaisées. Par exemple, le premier jour de piquetage, l’administration de notre cégep a fait appel à la police pour tenter de garder l’institution ouverte et dans les journaux, on lisait qu’elle n’avait pas demandé à la police d’intervenir pour nous tenir en respect ».

Plus qu’un enjeu autour de la hausse des frais de scolarité, cette grève questionnait les fondements de notre société et dénonçait, notamment, la marchandisation de l’université qui devait être un lieu de connaissance et pas seulement une rampe de lancement pour des emplois lucratifs. Au cours des deux premiers mois, le gouvernement Charest est resté inflexible malgré le fait que le mouvement de grève prenait de l’ampleur, que le soutien aux étudiants dépassait les frontières du Québec et que de nombreux professeurs se sont ralliés à leur cause. « Jean Charest occultait les vrais enjeux en dénonçant la violence des étudiants, relate Frédéric. Une manif n’est pas une partie de plaisir, poursuit-il. C’est au contraire, un moment traumatisant. L’adrénaline est au maximum. La peur nous prend aux tripes quand la police charge. On te tape dessus et on reste là. Tu vois des personnes à qui on fait mal. La personne à côté de moi s’est fait casser une jambe. Tu es envahi à la fois par la colère et la tristesse. Un jour que nous manifestions pacifiquement devant le siège social de la Banque Nationale, les employés ont applaudi la police venue nous disperser violemment. Cela laisse un goût amer. »

Tout au long de la grève, les étudiants se demandaient s’ils devaient tenir compte de l’opinion publique mais comme ils n’avaient aucun contrôle sur celle-ci, ils ont choisi de ne pas s’en soucier. Ils ont donc bloqué l’accès aux moyens de transport et manifesté devant les sièges sociaux des institutions économiques dans l’espoir d’élever le débat et la prise de conscience sociale sur les valeurs de notre société.

Un goût d’amertume

Ce n’est que fin avril, que le gouvernement Charest accepte de négocier avec les associations étudiantes qui coordonnent la grève. Les négociations sont laborieuses et la grève se poursuit. Plusieurs étudiants sont sceptiques quant aux intentions réelles des leaders. Défendent-ils la cause ou travaillent-ils pour se faire du capital politique ? Le 1er août, le gouvernement Charest annonce la tenue des élections générales anticipées qui auront lieu le 4 septembre 2012. Cette annonce marque le début de la fin de la grève. Le mouvement étudiant s’essouffle. Le PQ prend le pouvoir sous la gouverne de Pauline Marois. Son gouvernement abroge la hausse des frais de scolarité et cela met le point final à la grève étudiante.

De nombreux étudiants se sont sentis floués. Pour eux, ils venaient de perdre une bataille importante après avoir mobilisé autant de personnes. Le véritable débat social n’avait pas eu lieu.

« Nous sommes rentrés en classe comme si rien ne s’était passé. Pire, c’était l’omerta. Il n’y a pas eu de post-mortem sur le mouvement. Nous étions brûlés et déprimés. Cela a été un moment difficile à vivre après autant d’intensité », précise Frédéric encore incrédule.

Se réaliser

Frédéric et son groupe d’ami-es complices, aussi en état de choc, éprouvaient le besoin de canaliser leurs énergies dans du concret. Une réalisation tangible à la mesure de leur rêve d’une société plus juste et équitable. Ainsi est né l’idée du jardin. Soutenue par l’Association étudiante, une table de consultation est mise en place avec l’administration collégiale. On leur octroie un local assorti d’un budget de près de 3 000 $ pour démarrer les semis.

Jardin

Le projet initial était d’acquérir quelques ruches et de faire un jardin en pots. Mais le groupe voit soudainement plus grand et a l’ambition de faire un vrai jardin pour l’approvisionnement en légumes frais de la cuisine du cégep. Un terrain vacant attenant au cégep était l’endroit tout désigné. Sans autorisation formelle des autorités collégiales « parce que le dédale administratif est restrictif et sans fin. Nous avons créé un jardin en pleine terre de 200 m2 assorti de quelques ruches. Au grand dam de l’administration qui avait perdu le contrôle du projet », dit Frédéric.

Plan

La première année, les récoltes de légumes et de miel ont été abondantes. « Les surplus de légumes ont été distribués gratuitement », précise Frédéric.

Jardin

Fait intéressant, le projet de jardin, tant décrié par l’administration qui a vainement tenté de le faire avorter, a gagné la bourse intercollégiale en développement duralbe. Le prix d’une valeur de 750 $ consistait en un voyage de cinq jours au Maroc pour parler du dit jardin. Partir pour une si courte période était anti-écologique aux yeux du groupe. Il a décliné l’offre de voyage et a utilisé les fonds pour planter des arbres fruitiers et creuser un étang.

Jardin

Cette fois l’administration a menacé d’arracher les arbres. Le groupe a rédigé un article pour dénoncer cette menace qui fut publié à la une du journal de quartier. Finalement, les esprits se sont calmés grâce à l’intervention du CA du collège. Sur ce lopin de terre squatté par les jardiniers et jardinières, la biodiversité a repris ses droits : lapins, renards, oiseaux et insectes ont peuplé le lieu. Aujourd’hui, le jardin fait la fierté du collège et l’été dernier des réfugiés syriens y jardinaient.

Jardin

Clôde de Guise

Frédéric et son groupe tissé serré poursuivent cette aventure comme maraîcher dans Lanaudière. Ensemble, ils sont à la recherche d’une terre pour faire la culture des légumes racines et réinventer la vie. Si vous avez vent d’une bonne terre à vendre beau, bon pas cher peu importe où au Québec, faites le savoir à Covivia. L’information sera relayée.

Clôde de Guise
coupsdecoeurvoyages.com

- - -

Thématiques : Agriculture, Alimentation, Collectivité, Jardinage, Permaculture, Société



Statines : des médicaments controversés
    

JeanYvesDionne

Statines : des médicaments controversés

L’usage des statines en prévention primaire (chez quelqu’un qui n’a jamais subi d’évènement cardiaque) est remis en question par plus d’un.

Des études ont montré que les statines sont utiles chez le malade cardiaque lorsqu’ils sont utilisés en prévention secondaire, c’est-à-dire chez quelqu’un qui a déjà subi un évènement cardiaque.

Par contre, un nombre grandissant de médecins connus s’affiche contre leur usage en prévention primaire. Déjà il y a 3 ans (1er février 2014), on pouvait lire dans le journal de Montréal: « Le cardiologue montréalais Colin Rose ne croit pas que les statines aient vraiment d’effet bénéfique sur l’humain. » 1 Et il n’est pas le seul.

Selon plusieurs auteurs, il n’y a aucune preuve de leur efficacité à prévenir la maladie cardiaque. 2, 3

  1. Sultan et N. Hymes n’y vont pas avec le dos de la cuiller (traduction libre): « Il y a un manque catégorique de preuve clinique pour appuyer la thérapie par les statines en prévention primaire. Non seulement y a-t-il une insuffisance de preuve pour la prévention cardiovasculaire primaire, mais il y a amplement de preuves montrant que les statines, en fait, augmentent le risque cardiovasculaire chez les femmes, les patients diabétiques et les jeunes. » 2

Diminution du risque?

L’étude HOPE-3 semble montrer que la prise d’une statine (la rosuvastatine) pourrait diminuer le risque relatif d’évènement cardiaque de 24% en prévention primaire si le médicament est pris plus de 5 ans (5,6 ans en moyenne dans l’étude). 4, 5 Ce risque relatif pourrait se traduire en une diminution du risque absolu de 1,1%! 5

Si ces médicaments n’avaient aucun autre effet, on pourrait toujours se dire que 1,1% (selon cette étude), c’est mieux que rien. Mais ce n’est pas vraiment le cas…

Statines: effets secondaires

On a trop souvent tendance à minimiser les effets secondaires des statines. Aseem Malhotra, un cardiologue anglais, rapporte que, dans une grande étude d’observation sur 150 000 personnes utilisant des statines pour réduire leur taux de cholestérol, les effets secondaires ont causé un abandon de la médication chez près de 18% des patients. 6 Ce chiffre est loin, très loin au-dessus de ce que rapportent les études cliniques sur les statines.

D’ailleurs, sur le site The NNT (http://www.thennt.com/), David Newman publie des chiffres intéressants sur la prévention par les statines. Prises sur 5 ans, les statines 7 :

  • Ne sauvent pas de vie;
  • Peuvent prévenir 1 crise cardiaque sur 104 utilisateurs;
  • Peuvent prévenir 1 AVC sur 154 utilisateurs;
  • Peuvent entrainer 1 cas de diabète sur 100 utilisateurs;
  • Peuvent causer 1 cas de dommages musculaires sur 10 utilisateurs.

Prendre ou ne pas prendre de statines: votre choix

Avec toute la controverse entourant les statines, il est tout à fait normal d’hésiter. Sachez simplement que la prise de statines n’est pas une panacée et que plusieurs approches ont fait leurs preuves pour réduire la maladie cardiaque et améliorer la qualité de vie.

En 2009, le Dr Martin Juneau, cardiologue à l’Institut de cardiologie de Montréal, publiait un blogue où il explique les bénéfices majeurs d’outils simples : l’alimentation et l’exercice (http://www.docteurmartinjuneau.com/blog/articles/exercice_alimentation_maladie-2009-12-03.html). « Ces 2 outils sont beaucoup plus efficaces que la médication: l’exercice réduit la mortalité de 30 à 45%; l’alimentation, à elle seule, est plus de 2 fois plus efficace que les statines (70% vs 30%) pour prévenir un second évènement cardiaque. »

Outils pour améliorer votre santé cardiaque

Alimentation

De tous les conseils, l’augmentation des fibres solubles, tant alimentaires (pains complets, avoine, graine de lin, graine de chia) qu’en supplément (psyllium, inuline, dextrines, etc.), est probablement le plus efficace pour les dyslipidémies (cholestérol et triglycérides). Ces fibres ont un effet sur plusieurs paramètres du syndrome métabolique, depuis la glycémie postprandiale (après les repas) jusqu’aux différents lipides sanguins (cholestérol, triglycérides). 8-10

Certains aliments sont aussi particulièrement intéressants :

  • Noix : surtout la noix de Grenoble 11-14 et l’amande 11, 15
  • Graines de lin 14
  • Diète méditerranéenne 16
  • Sources d’anthocyanes : petits fruits colorés (bleuet, framboise, canneberge, cassis, framboises noires et rouges, grenade, sureau, etc.), légumes (chou rouge, oignon rouge), légumineuses (fève noire). 17

Épices

Les épices aussi méritent qu’on s’y intéresse. Un cocktail d’épices (14 g du mélange : poivre noir, cannelle, clou de girofle, ail, gingembre, origan, paprika, romarin et curcuma) a réduit le taux de lipides sanguins après le repas de 31% chez des volontaires suite à la consommation d’un repas riche en gras. 18

Exercices

Une étude s’est penchée sur un protocole d’exercices réguliers associé à la diète méditerranéenne. Les exercices étaient du type Tabata (haute intensité par intervalles). Les participants ont également pris 550 mg d’omégas 3 (AEP+ADH) 3 fois par jour, durant 12 semaines. À l’échéance, les chercheurs ont mesuré des réductions significatives de : 19

  • masse graisseuse totale;
  • gras abdominal;
  • tour de taille;
  • pression artérielle systolique;
  • insuline plasmatique à jeun;
  • IL-6;
  • triglycérides.

Vitamine D

Certains produits de santé naturels ont tout à fait leur place dans une approche globale.

Le taux de vitamine D est inversement proportionnel à la prévalence du syndrome métabolique20 À doses élevées, la vitamine D peut faire régresser les paramètres du syndrome métabolique. 21, 22

Les doses utilisées pour le syndrome métabolique sont très fortes, particulièrement chez les obèses à cause du volume de distribution. Si possible, il faut viser un taux sanguin d’un minimum de 75 nmol/l, idéalement entre 125 et 150 nmol/l. Doses recommandées par les experts en l’absence de test sanguin: 3 000 à 5 000 UI par jour.

Magnésium

La carence en magnésium serait associée au diabète, à l’hypertension et à l’obésité et perturberait le métabolisme des acides gras essentiels (et leur rôle dans l’inflammation). 23 Un supplément de magnésium améliore le profil métabolique et la pression artérielle chez des patients atteints du syndrome métabolique. 24 Il peut également améliorer la sensibilité à l’insuline, même lorsque le taux sanguin de magnésium est normal. 25

Dose : 140 à 400 mg par jour (choisir un sel soluble comme le citrate ou le bisglycinate).

Artichaut

Des suppléments de feuilles d’artichaut (Cynara scolymus) améliorent le profil lipidique 26, 27 et la fonction endothéliale 28 chez des patients avec un taux de cholestérol élevé. Mais attention, les doses utilisées sont beaucoup plus élevées que les produits habituellement vendus en pharmacie pour « supporter le foie » ou dans des cures de détox aux ingrédients sous-dosés.

Dose : 1 000 à 1 280 mg d’extrait standardisé en doses divisées, aux repas.

Avoir le courage de ses choix

Bien entendu, il est plus facile de prendre une pilule que de changer ses habitudes de vie. Pour obtenir des résultats, il faut du courage et de la persévérance. Mais pour améliorer votre qualité de vie et votre espérance de vie en santé, ça vaut bien le coup!

Santé !

Jean-Yves Dionne

Références :

  1. Archambault H. Une majorité de Québécois prend des pilules contre le cholestérol pour rien, selon des médecins Journal de Montréal 1 février 2014 http://www.journaldemontreal.com/2014/01/31/une-majorite-de-quebecois-prend-des-pilules-contre-le-cholesterol-pour-rien-selon-des-medecins
  2. Sultan S, Hymes N. The Ugly Side of Statins. Systemic Appraisal of the Contemporary Un-Known Unknowns. Open Journal of Endocrine and Metabolic Diseases, 2013, 3, 179-185 doi:10.4236/ojemd.2013.33025 Published Online July 2013 (texte accessible gratuitement) http://www.scirp.org/journal/ojemd
  3. Abramson J, Wright JM. Are lipid-lowering guidelines evidence-based? Lancet. 2007 Jan 20;369(9557):168-9. PubMed PMID: 17240267. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17240267
  4. Yusuf S, Bosch J, Dagenais G, et al. Cholesterol Lowering in Intermediate-Risk Persons without Cardiovascular Disease. New England Journal of Medicine April 2, 2016 DOI: 10.1056/NEJMoa1600176 http://www.nejm.org/doi/10.1056/NEJMoa1600176
  5. Cushman WC, Goff DC. More HOPE for Prevention with Statins. New England Journal of Medicine April 2, 2016 DOI: 10.1056/NEJMe1603504 http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe1603504
  6. Zhang H, Plutzky J, Skentzos S, Morrison F, Mar P, Shubina M, Turchin A. Discontinuation of statins in routine care settings: a cohort study. Ann Intern Med. 2013 Apr 2;158(7):526-34. doi: 10.7326/0003-4819-158-7-201304020-00004. PubMed PMID: 23546564; PubMed Central PMCID: PMC3692286. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3692286/
  7. Newman D. Statins given for 5 years for heart disease prevention (with known heart disease). http://www.thennt.com/nnt/statins-for-heart-disease-prevention-with-known-heart-disease/ (Accès avril 2016)
  8. den Besten G, Havinga R, Bleeker A, Rao S, Gerding A, van Eunen K, Groen AK, Reijngoud DJ, Bakker BM. The short-chain fatty acid uptake fluxes by mice on a guar gum supplemented diet associate with amelioration of major biomarkers of the metabolic syndrome. PLoS One. 2014 Sep 9;9(9):e107392. doi: 10.1371/journal.pone.0107392. eCollection 2014. PubMed PMID: 25203112; PubMed Central PMCID: PMC4159349. http://dx.plos.org/10.1371/journal.pone.0107392
  9. Dall’Alba V, Silva FM, Antonio JP, Steemburgo T, Royer CP, Almeida JC, Gross JL, Azevedo MJ. Improvement of the metabolic syndrome profile by soluble fibre – guar gum – in patients with type 2 diabetes: a randomised clinical trial. Br J Nutr. 2013 Nov 14;110(9):1601-10. doi: 10.1017/S0007114513001025. PubMed PMID: 23551992. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/23551992
  10. Weickert MO, Pfeiffer AF. Metabolic effects of dietary fiber consumption and prevention of diabetes. J Nutr. 2008 Mar;138(3):439-42. Review. PubMed PMID: 18287346. http://jn.nutrition.org/content/138/3/439.long
  11. Kalgaonkar S, Almario RU, Gurusinghe D, Garamendi EM, Buchan W, Kim K, Karakas SE. Differential effects of walnuts vs almonds on improving metabolic and endocrine parameters in PCOS. Eur J Clin Nutr. 2011 Mar;65(3):386-93. doi: 10.1038/ejcn.2010.266. PubMed PMID: 21157477. ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21157477
  12. Lozano A, Perez-Martinez P, Marin C, Tinahones FJ, Delgado-Lista J, Cruz-Teno C, Gomez-Luna P, Rodriguez-Cantalejo F, Perez-Jimenez F, Lopez-Miranda J. An acute intake of a walnut-enriched meal improves postprandial adiponectin response in healthy young adults. Nutr Res. 2013 Dec;33(12):1012-8. doi: 10.1016/j.nutres.2013.08.010. PubMed PMID: 24267040. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24267040
  13. Tapsell LC, Batterham MJ, Teuss G, Tan SY, Dalton S, Quick CJ, Gillen LJ, Charlton KE. Long-term effects of increased dietary polyunsaturated fat from walnuts on metabolic parameters in type II diabetes. Eur J Clin Nutr. 2009 Aug;63(8):1008-15. doi: 10.1038/ejcn.2009.19. PubMed PMID: 19352378. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19352378
  14. Wu H, Pan A, Yu Z, Qi Q, Lu L, Zhang G, Yu D, Zong G, Zhou Y, Chen X, Tang L, Feng Y, Zhou H, Chen X, Li H, Demark-Wahnefried W, Hu FB, Lin X. Lifestyle counseling and supplementation with flaxseed or walnuts influence the management of metabolic syndrome. J Nutr. 2010 Nov;140(11):1937-42. doi: 10.3945/jn.110.126300. PubMed PMID: 20826632; PubMed Central PMCID: PMC3361016. http://jn.nutrition.org/cgi/pmidlookup?view=long&pmid=20826632
  15. Nishi S, Kendall CW, Gascoyne AM, Bazinet RP, Bashyam B, Lapsley KG, Augustin LS, Sievenpiper JL, Jenkins DJ. Effect of almond consumption on the serum fatty acid profile: a dose-response study. Br J Nutr. 2014 Oct 14;112(7):1137-46. doi: 10.1017/S0007114514001640. PubMed PMID: 25138064; PubMed Central PMCID: PMC4189119. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4189119/
  16. Salas-Salvadó J, Fernández-Ballart J, Ros E, Martínez-González MA, Fitó M, Estruch R, Corella D, Fiol M, Gómez-Gracia E, Arós F, Flores G, Lapetra J, Lamuela-Raventós R, Ruiz-Gutiérrez V, Bulló M, Basora J, Covas MI; PREDIMED Study Investigators. Effect of a Mediterranean diet supplemented with nuts on metabolic syndrome status: one-year results of the PREDIMED randomized trial. Arch Intern Med. 2008 Dec 8;168(22):2449-58. doi: 10.1001/archinte.168.22.2449. PubMed PMID: 19064829. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19064829
  17. Valenti L, Riso P, Mazzocchi A, Porrini M, Fargion S, Agostoni C. Dietary anthocyanins as nutritional therapy for nonalcoholic fatty liver disease. Oxid Med Cell Longev. 2013;2013:145421. doi: 10.1155/2013/145421. Review. PubMed PMID: 24282628; PubMed Central PMCID: PMC3824564. http://www.hindawi.com/journals/omcl/2013/145421/
  18. McCrea CE, West SG, Kris-Etherton PM, Lambert JD, Gaugler TL, Teeter DL, Sauder KA, Gu Y, Glisan SL, Skulas-Ray AC. Effects of culinary spices and psychological stress on postprandial lipemia and lipase activity: results of a randomized crossover study and in vitro experiments. J Transl Med. 2015 Jan 16;13(1):7. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 25592751. http://www.translational-medicine.com/content/13/1/7/abstract
  19. Dunn SL, Siu W, Freund J, Boutcher SH. The effect of a lifestyle intervention on metabolic health in young women. Diabetes Metab Syndr Obes. 2014 Sep 19;7:437-44. doi: 10.2147/DMSO.S67845. eCollection 2014. PubMed PMID: 25278771; PubMed Central PMCID: PMC4179401. http://www.dovepress.com/the-effect-of-a-lifestyle-intervention-on-metabolic-health-in-young-wo-peer-reviewed-article-DMSO
  20. Vitezova A, Zillikens C, van Herpt T, et al. Vitamin D status and metabolic syndrome in the elderly: the Rotterdam Study. Eur J Endocrinol. 2014 Dec 2. pii: EJE-14-0580. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 25468955. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25468955
  21. Kelishadi R, Salek S, Salek M, et al. Effects of vitamin D supplementation on insulin resistance and cardiometabolic risk factors in children with metabolic syndrome: a triple-masked controlled trial. J Pediatr (Rio J). 2014 Jan-Feb;90(1):28-34. doi: 10.1016/j.jped.2013.06.006. PubMed PMID: 24140383. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0021755713001770
  22. Belenchia AM, Tosh AK, Hillman LS, Peterson CA. Correcting vitamin D insufficiency improves insulin sensitivity in obese adolescents: a randomized controlled trial. Am J Clin Nutr. 2013 Apr;97(4):774-81. doi: 10.3945/ajcn.112.050013. PubMed PMID: 23407306. http://ajcn.nutrition.org/content/97/4/774.long
  23. Das UN. Magnesium Supplementation Reduces Metabolic Syndrome-How and Why? Arch Med Res. 2014 Oct 13. pii: S0188-4409(14)00215-X. doi: 10.1016/j.arcmed.2014.10.002. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 25444715. ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/25444715
  24. Rodríguez-Moran M, Guerrero-Romero F. Oral magnesium supplementation improves the metabolic profile of metabolically obese, normal-weight individuals: a randomized double-blind placebo-controlled trial. Arch Med Res. 2014 Jul;45(5):388-93. doi: 10.1016/j.arcmed.2014.05.003. PubMed PMID: 24830937. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24830937
  25. Mooren FC, Krüger K, Völker K, et al. Oral magnesium supplementation reduces insulin resistance in non-diabetic subjects – a double-blind, placebo-controlled, randomized trial. Diabetes Obes Metab. 2011 Mar;13(3):281-4. doi: 10.1111/j.1463-1326.2010.01332.x. PubMed PMID: 21205110. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21205110
  26. Rondanelli M, Giacosa A, Opizzi A, et al. Beneficial effects of artichoke leaf extract supplementation on increasing HDL-cholesterol in subjects with primary mild hypercholesterolaemia: a double-blind, randomized, placebo-controlled trial. Int J Food Sci Nutr. 2013 Feb;64(1):7-15. doi: 10.3109/09637486.2012.700920. PubMed PMID: 22746542. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/22746542
  27. Bundy R, Walker AF, Middleton RW, et al. Artichoke leaf extract (Cynara scolymus) reduces plasma cholesterol in otherwise healthy hypercholesterolemic adults: a randomized, double blind placebo controlled trial. Phytomedicine. 2008 Sep;15(9):668-75. doi: 10.1016/j.phymed.2008.03.001. PubMed PMID: 18424099. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/18424099
  28. Lupattelli G, Marchesi S, Lombardini R, et al. Artichoke juice improves endothelial function in hyperlipemia. Life Sci. 2004 Dec 31;76(7):775-82. PubMed PMID: 15581909. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15581909

Thématiques : Alimentation, Santé



Suggestions de lectures
    
[sans texte]



Sur la toile
    

Encyclopédie des fleurs

Répertoire de toutes les plantes à fleurs qui possèdent présentement une fiche descriptive sur le site Fleurs sauvages du Québec. Il vous permet d’avoir un aperçu des principales caractéristiques de chaque fleur. Par défaut, les fleurs sont classées par ordre alphabétique du nom commun accepté de l’espèce. Vous pouvez aussi choisir de faire une recherche par le nom scientifique ou le nom commun anglais accepté de chaque fleur.

FleurFleur

[ Source ]


Comprendre les phénomènes d’effondrement de sociétés. Quel avenir pour la nôtre ?

Avons nous à faire à une combinaison passagère de crises liée à une redistribution globale des cartes ou sommes nous face à des phénomènes encore plus profonds comme un effondrement de société ?
De façon à mieux appréhender ces phénomènes et à les rendre plus palpables, nous présenterons tout d’abord les analyses scientifiques les plus saillantes qui décrivent les mécanismes en jeu. Nous nous interrogerons ensuite sur la situation actuelle de notre société contemporaine. Vérifie t-elle les caractéristiques pouvant engendrer un effondrement ?
Les choses sont-elles inéluctables ? Pouvons nous agir ?

Par Emmanuel Prados, Chercheur à l’INRIA, Equipe STEEP (Soutenabilité, Territoires, Environnement, Economie et Politique).

[ Source ]


Pour des vaccins sans aluminium

Le Professeur Lucija TOMLJENOVIC est Docteur en biochimie, Chercheuse au Neural Dynamics Research Group de l'Université de Colombie-Britannique, Vancouver (Canada), Rédactrice en chef adjoint de Journal of Alzheimer’s Disease. 

[ Source ]


mudra

There is a saying, your health is in your hands, and it’s quite likely that it was inspired by yoga. Yoga helps you to be healthier and battle serious illnesses easily with the power of mudras. Mudras are hand gestures that direct the flow of energy to your body during meditation. Here are some yoga mudras for better health:

[ Source ]


Relaxing with impermanence

A reflection on fearlessness of death from Pema Chödrön on her 80th birthday.

[ Source ]


The Beat of the Heart

The Beat of the Heart is a feature length documentary film by Jeremy Frindel exploring the revolutionary work of music therapist Brian Schreck. Based at the Norton Cancer Institute in Louisville, Brian has been recording the heartbeats of cancer patients to incorporate into a unique musical composition written with the patients and/or their families. Just as each individual’s heartbeat is unique, each musical composition becomes a celebration of the individual beauty and spirit of each of the patients involved.

[ Source ]


 
 
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 7 — Mercredi, 5 avril 2017
Flèche droite