Acupuncture Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Calendrier Chamanisme Channeling Chant Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Jardinage Kabbale Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Mort Mouvement Mycothérapie Naturopathie Numérologie Nutrition Ostéopathie Parkinson Permaculture Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Société Soin Corporel Son et vibration Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche


TroisTriangles
Kangen
CentreDentaire

Volume 13, numéro 3 — Mercredi, 8 février 2017



Retour de la lumière
    

Chères lectrices et chers lecteurs

Bonjour,

Les traditions de différentes cultures fêtent le retour de la lumière au début du mois de février. Les chrétiens ont la Chandeleur qui souligne la présentation de Jésus au temple, quarante jours après Noël. Les Chinois célèbrent le Nouvel An. Depuis quelques jours,le prolongement de la clarté diurne est évident, générant dans ma psyché soulagement et bonheur. Le printemps viendra. Paradoxalement, février est le climax de l’hiver avec sa neige abondante et ses froidures. C’est dans cet apogée que nous basculons dans la période yang de l’année dans l'hémisphère nord.

L’hiver est une saison magnifique à la campagne. La blancheur éclatante dans la nature offre un spectacle de pureté somptueuse. Tout est virtuellement possible comme sur la feuille blanche. 

La lumière feutrée est aussi splendide dans les photographies des artistes que sont Claude Charlebois et Jacqueline Martin. Leur sensibilité aiguisée et leur habileté à capter la beauté est un baume pour l'âme.

Dans ce numéro, Yves Gagnon s’épanche sur cet événement tragique que nous avons vécu dans la dernière semaine au Québec. Je le remercie de souligner cette tragédie. Dans les journées qui ont suivi la tuerie, j’ai surpris un état de petite guerre en moi à l’égard d'un ami. Je me suis ressaisie. Je veux la paix et l’amour dans mon être. Pour moi et pour les autres. Je peux contribuer au paradis sur Terre en moi tout d’abord. Ce que je suis consciemment et inconsciemment participe à l’état de la société. À chaque instant, j’ai le choix d’aimer. Être bienveillant envers soi, voir le beau dans l'autre n’empêche pas de poser des limites, d’avoir des exigences et d'inciter des changements.

J’offre mes sympathies les plus sincères aux veuves des victimes, à leurs orphelins et à leurs proches. Que la souffrance immense engendrée par ces actes leur livre son trésor de profondeur et d’attendrissement plutôt qu’elle ne les endurcisse. Je souhaite aussi du bien à jeune homme malade qui a commis ces meurtres. Puisse-il recevoir en prison des soins et des enseignements qui éclairent sa conscience et ainsi amorcer un processus de réparation. Finalement, j’ai aussi des pensées de soutien pour sa famille.

Que la lumière et l’amour nous portent tous !

La mémoire est une faculté précieuse que nous désirons préserver tout au long de l'existence. Jean-Yves Dionne explique l’effet des omégas 3 sur notre cerveau et recommande la prise quotidienne de ce supplément pour jouir de nos souvenirs et d’un bon moral même à un âge avancé.

Dans la foulée des articles que je partagerai à haute voix à l’Expo Manger Santé dans la cadre de la conférence intitulée Pleine conscience, nourriture pour l’esprit, je publie dans ma chronique un exposé sur la méditation.  Il est destiné aux néophytes qui désirent s’initier à cette pratique spirituelle. Pour lire le premier texte de cette série, rendez-vous sur le dernier webzine.

Je vous souhaite une heureuse quinzaine,

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

Vous aimez notre publication ? Voulez-vous y participer financièrement ? Abonnez-vous ou faites un don ! 



Méditation
    

Renée Demers

Pleine conscience, nourriture pour l'esprit

Dans le cadre de l’Expo Manger Santé 2017 à Montréal, je donnerai une conférence intitulée : Pleine conscience. J’avais pensé ajouter à ce titre les termes « même dans le bruit » car au Palais des congrès lors de cet événement, c’est festif, éducatif, gargantuesque, mais peu silencieux. J’ai opté pour « nourriture de l’esprit », étant donné l’axe privilégié de cette exposition. En réfléchissant à cette sortie publique ainsi qu’aux thèmes des prochains textes publiés dans Covivia, j’ai réalisé que je pouvais me servir de cette plate-forme pour développer l’autre, tels des vases communicants. Je vous présente un deuxième texte qui porte sur la méditation.

Pour les personnes qui souhaitent assister à cette conférence, je la donnerai à Montréal à Expo Manger Santé les 24 et 25 mars à 14 : 30 sur la Petite Scène Atelier. J’ajouterai alors à ces informations, l’énergie de ma voix et la présence révélatrice.

2- Méditation 

La majorité d'entre nous est consciente de son corps physique et de son intellect, mais l'âme et l'esprit nous sont moins familiers. La beauté, la bonté et la dévotion nourrissent l'âme humaine. La méditation ouvre les voies de l’esprit.

Le corps mental est constitué de différentes couches. Le mental (mind en anglais) qui se manifeste par des pensées furtives, remémoratives et égoÏstiques sans queue ni tête, circulant sans cesse. L’intellect structuré pour l’action que nous utilisons quand nous nous concentrons, que nous réfléchissons et que nous imaginons. L’esprit dans lequel apparaissent les intuitions et les révélations, domaine de la création artistique, de la connaissance spirituelle et du lien avec le cosmos. L’état méditatif favorise le développement de cette dernière matrice.

Normalement, nos sens sont tournés vers l’extérieur. Nous regardons les formes et les couleurs, nous écoutons les sons, nous humons les parfums. Nous analysons les informations recueillies par nos sens. Dans l’espace méditatif, nous prenons le chemin inverse. Notre attention se porte au-dedans. Nous contemplons notre monde intérieur. Nous sommes passifs.

La méditation est un lieu de présence à soi. Lorsque nous méditons, nous n’agissons pas, nous ne réagissons pas, nous ne cherchons pas à acquérir des habiletés, nous n’accaparons rien. Nous sommes. Plus exactement, Je suis. Car chacun de nous ne peut le faire que pour soi. Seulement et uniquement être, voilà ce qu'est méditer. Pour cela, il faut se rapprocher des conditions du vide soit l’inaction et le silence. Au début de la pratique méditative, en diminuant l’apport de stimulus extérieurs, on rend plus aisée l’attention à ce qui est là.

On peut comparer les conditions idéales au début du processus méditatif avec celles d'une salle de cinéma. Pour voir le film, pour que les images se révèlent et que les dialogues s'entendent, il est nécessaire d’installer la noirceur et le silence. Le méditant établit volontairement ce vide qui favorise la présence à soi et à l'invisible. Des zones du cerveau en latence sont éveillées par cet exercice. Une perception des mondes immatériels se développe.

Dans la dernière décennie, la médecine a rejoint les maîtres de sagesse dans ses vues sur la méditation. Les recherches en neurosciences démontrent que méditer change la structure du cerveau, diminue le processus de remémoration et réduit le stress.1 Ce sont des retombées significatives à un point tel que la méditation de pleine conscience laïque (mindfulness meditation) est maintenant enseignée dans les hôpitaux et les facultés de médecine.2 Jon Kabbat-Zinn,3 médecin américain est à l’origine de ce mouvement holistique en milieu hospitalier auprès des grands malades. Il est maintenant prouvé scientifiquement que s’adonner à cette technique aide ces personnes à surmonter le stress, la souffrance et à se distancer de leur maladie.

Pêcher solitaire - 31 janvier 2012
Photo : Jacqueline Martin - Pêcheur solitaire 

Passons maintenant aux choses pratiques. Comment méditer ?

Choisissez une pièce tranquille. Assurez-vous que vous ne serez pas dérangé pendant dix minutes. Programmez la sonnerie de votre cadran. Fermez les écrans et la radio. Portez des vêtements amples. La température ambiante doit être confortable sans être trop chaude et votre estomac ne doit pas être surchargé, car ces conditions favoriseraient l’assoupissement.

Assoyez-vous confortablement en lotus ou en indien. Utilisez des coussins ou un banc de méditation. Il est important que les genoux soient situés légèrement plus bas que le bassin. Le dos est droit et détendu. Vous pouvez aussi vous asseoir sur une chaise pour vous accoter si cela est difficile de tenir votre dos droit sans assistance. La méditation se pratique en position verticale, car ainsi l’énergie peut monter de la base de la colonne vertébrale à la tête.

Une fois installé, ressentez le sol, le contact de l’air sur votre corps, entendez les sons ambiants. Prenez le temps d’observer ce qui se passe durant une minute. Soyez là, simplement présent à ce qui est. Constatez la situation. Ensuite, fermez les yeux. Balayez tout votre corps avec votre conscience. Si vous percevez des tensions corporelles et que vous pouvez les diminuer en rectifiant votre position, faites-le. Déposez-vous sur la terre, bénéficiez de son soutien. Redressez-vous jusqu'au ciel, prenez conscience de cet appel. Soyez là entre les deux. Juste là. N’ajoutez pas de la pression. La perfection n’est pas exigée ici. Vous pouvez pousser un ou deux soupirs pour aider à la détente. Ne bougez plus, et ce pour les dix prochaines minutes.

Maintenant, soyez attentif à la respiration. La respiration va vous servir d’ancrage. Une des façons de déjouer le mental qui cherche constamment à attirer votre attention est d’observer la respiration soit l’inspiration, l’expiration et les espaces entre les deux mouvements. Prenez quelques minutes pour installer cette vigilance. Détente dans la posture et observation de la respiration. Respirez jusque dans votre coccyx et votre périnée, ce muscle situé sous le bassin qui soutient votre tronc. Relaxez le dos, la poitrine, les épaules et tout le corps. Prenez de la distance par rapport aux pensées qui vous interpellent. Regardez-les circuler. Quand vous vous surprenez accroché à une pensée comme à un hameçon, décrochez, ramenez l’attention à la respiration ainsi qu'au bassin. Détendez-vous. L’envie de vous gratter vous prend, ne vous agitez pas. Autant que possible, observez cette impulsion automatique de déplacer le bras. Ne faites rien. Qu’est-ce qui se passe alors ? Observez. Si des tensions persistent, soyez curieux. Regardez. Servez-vous de la respiration pour les dissoudre et les laisser-aller si cela est possible. Sinon attendez. Ne réagissez pas.

Tournez vos sens vers l’intérieur. Observez les sensations corporelles, les émotions, les phénomènes psychiques. Soyez présent. Les pensées apparaissent encore et encore dans votre mental, laissez-les passer. L’anxiété, l'irritation se pointent peut-être. Les manifestations nerveuses vous titillent. Rappelez-vous de respirer, de relaxer et d'être. Laisser circuler. Si une sensation physique est insupportable, soulagez-vous et revenez à la position statique, à l’attention à ce qui est et à la respiration. N'en faites pas de cas.

Profitez du vide qui s’installe momentanément dans votre esprit. Une seconde de vide vécue est suffisante. Appréciez ce repos du mental. La vacuité prendra de l'ampleur d'elle-même. Soyez patient. La semence spirituelle est présente dans votre terre intérieure. L'extase est dans votre nature. Soyez confiant. La graine n'a pas encore poussé parce que vous n'aviez pas favorisé les conditions propices à son déploiement. Maintenant, cela se fait tout seul. Il s'agit de s'arrêter et d'être. Ayez un regard bienveillant envers vous-même. Oubliez la raison, le discernement et la performance. Restez présent à la globalité de votre être. Si vous vous surprenez encore une fois hypnotisé par une pensée, reconnaissez-le et revenez à la respiration. Ne vous jugez pas. Ne vous tapez pas dessus. Aimez-vous. L'amour agit pour votre être comme le soleil pour les semences.

Parfois, des intuitions fascinantes et des enseignements révélateurs apparaissent dans votre esprit. Recevez. N'ayez pas d'Inquiétude à savoir que si vous ne les notez pas sur-le-champ, ces informations disparaîtront. Une fois descendues dans votre conscience, elles sont implantées et accessibles.

Quand la sonnerie retentit, restez quelques secondes en contact avec votre intériorité. Puis ouvrez les yeux et déliez vos jambes. La méditation statique est terminée. Remerciez pour ce moment privilégié de présence à soi. 

Au cours de la journée, revenez quand cela est possible à cet état. Quand vous attendez chez le dentiste ou dans le métro, assis à votre bureau ou seul dans la salle de bain, marchant dans la nature, soyez pleinement présent pour quelques secondes. Cela peut très bien se faire les yeux ouverts en public pour ne pas attirer l’attention. Alors, gardez le regard flou, ne focalisez pas avec vos yeux. Seulement laisser passer la lumière, les sons, les sensations corporelles, être présent à l’espace au-dehors et au-dedans. Relaxer. Être attentif à la respiration. Être. Pleinement là.

Dans les méditations assises subséquentes, vous pouvez augmenter la durée de la séance selon votre aisance.

Bonne intériorisation,

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

1. La pleine conscience, MBSR Paris
2. ESSENCE: ATELIERS DE MÉDITATION PLEINE CONSCIENCE
3. Center for Mindfulness: Jon Kabat-Zinn
4. La méditation selon le docteur Jon Kabat-Zinn

Vous avez apprécié ce texte ? Voulez-vous soutenir Covivia ? Abonnez-vous ou faites un don ! 

Thématiques : Méditation, Spiritualité


Ressources
Charlebois
ClaudeLeger
ChantalBeaulieu

Publicités
    

Tarot spirituel

reneedemers@covivia.com


Formation en channeling

Site web : carolinecoulombe.com


Semences de lumières, racines de joie

Offerts par Sylvia Berlin,
formatrice en aucupression Jin Shin Do, Gestalt et Mouvement authentique.
Elle pratique le Qi Gong et la méditation depuis plus de 25 ans.
sylberlin@gmail.com 450-242-1559


Semences du Portage

Site web : semencesduportage.com - Courriel : info@semencesduportage.com



Mal du pays
    

Champs libres

Mal du pays

J'ai mal au pays.

J'ai mal au cœur, au cœur de mon pays.
J'ai mal à son essence, à son ouverture, j'ai mal à son amour.

J'ai honte aussi. Honte de la xénophobie, de l'ignorance, du racisme et des préjugés.
J'ai honte que mon pays soit devenu un terreau fertile pour la culture de la haine.

Tout ce que je vois et entends depuis quelques jours aux nouvelles me déroute.

Pardonnez-nous nos offenses chers amis.
Je m'excuse Khalid, Ayoub, Karima, Mustapha pour le mal que nous faisons.

Nous avions pourtant un si beau projet.
Un projet de pays, un projet de vie, un projet d'ouverture,
de communion, de respect et d'accueil.
Un projet d'amour.

Force est de croire que nous avons été marginalisés, dilués, édulcorés.
J'ose espérer que les lendemains de cette barbarie chanteront quelque peu.

Comme le répète inlassablement Daniel Bélanger dans son dernier Paloma
Je cherche la paix et la sérénité.

Heureusement, nous pouvons encore atteindre des états paisibles et sereins dans le jardin.
Je commencerai le mien bientôt avec les premiers semis.

Semer un peu d'espoir?
Quelques laitues, quelques nigelles. Du cumin aussi ?
Pourquoi pas?

Essayer, à tout le moins.

Ceux qui ont eu la chance de visionner le film Le goût d'un pays de Francis Legault furent réjouis. J'ai tenté de le voir, mais n'ai pu arrimer mon horaire à celui de sa projection. Je me reprendrai sous peu.

En guise de baume pour l'âme, je vous offre en version vidéo un poème intitulé Le pays.
Ce serait un honneur pour moi de vous émouvoir.

https://youtu.be/eeI4Bz9silU

Roche au Bic

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage

Thématiques : Poésie



Mémoire: le nutriment le plus utile
    

JeanYvesDionne

Mémoire: le nutriment le plus utile

Des chercheurs de l’Université Laval, dont Frédéric Calon, une sommité mondiale dans le domaine des maladies neurologiques, ont relevé la documentation sur l’usage des omégas 3 pour diminuer les pertes cognitives associées aux démences liées à l’âge et à la maladie d’Alzheimer.1

La première étude qu’ils mentionnent est l’étude MIDAS (Memory Improvement after DHA Study).2 Dans cette étude, 485 personnes âgées en santé (âge moyen 70 ans) ont pris un supplément de 900mg d’ADH seul (un oméga 3 habituellement associé à un autre, l’AEP), provenant d’une algue, ou un placébo fait d’huile de maïs et de soya, durant 24 semaines. Les participants ont subi plusieurs tests de mémoire et de fonctions cognitives. Avec le supplément d’ADH, ils ont vu leur mémoire s’améliorer et le nombre d’erreurs diminuer par rapport au placébo.

La seconde étude à laquelle les auteurs se sont intéressés touche des patients diagnostiqués avec la maladie d’Alzheimer. Cette fois, ce sont 402 patients qui ont reçu 2g d’ADH ou un placébo d’huile de maïs, et ce durant 18 mois. Des tests classiques de mesure de la fonction cognitive (ADAS-Cog) ont été utilisés. De plus, les chercheurs ont aussi tenu compte de la présence de la variante génétique ApoE4 associée à une progression plus sévère (le gène ApoE joue un rôle fondamental dans le transport et le métabolisme des lipides cellulaires au cerveau). De manière générale, l’étude n’a pas montré d’effet de l’ADH sur les tests, incluant l’atrophie cérébrale, sauf pour le groupe qui n’avait pas le gène ApoE4. Dans ce sous-groupe, l’usage d’ADH a entrainé des effets significatifs, une réduction de la progression, etc.3 Consultez aussi l’article http://www.jydionne.com/prevenir-la-maladie-dalzheimer/ pour voir comment les vitamines B peuvent être utiles en présence du gène ApoE4.

Bienfaits chez la femme ménopausée

Dans une autre étude très récente, des femmes ménopausées âgées entre 60 et 84 ans, ont utilisé un complexe de nutriments contenant une bonne dose d’ADH (1g ADH, 160mg AEP, 240mg Ginkgo biloba, 60mg phosphatidylsérine, 20mg d-α tocophérol, 1mg acide folique et 20µg de vitamine B12). Les fonctions cognitives et la mémoire ont été améliorées, de même que la mobilité des participantes.4

Omégas 3: un effet lié à l’âge?

Les omégas 3 ont-ils uniquement un effet sur la mémoire dans la prévention du déclin cognitif lié à l’âge? Il semble que non. Dans un groupe de jeunes adultes (18-25 ans), la prise d’omégas 3 (750 mg ADH et 930 mg AEP par jour durant 6 mois) a également amélioré la mémoire. Cette amélioration, comme dans les études ci-haut mentionnées, est proportionnelle au taux d’ADH dans les globules rouges. Par contre, fait intéressant, les chercheurs ont établi, à l’aide de tests d’imagerie sophistiquée, que le mécanisme d’action ne passe pas via les neurotransmetteurs et la section du cerveau où agissent les amphétamines.5

Prendre des suppléments d’omégas 3?

À dose importante, les omégas 3 sont un outil pour améliorer les fonctions de notre cerveau. D’ailleurs, plusieurs études démontrent aussi leur effet très positif dans la dépression, la dépression induite par l’interféron dans le traitement de l’hépatite C et le syndrome post-traumatique.6 Comme les poissons sont contaminés par le mercure et autres substances toxiques, mangeons-en modérément, et prenons des suppléments d’omégas 3.

Santé !

Pour en savoir plus, consultez aussi les articles http://www.jydionne.com/omegas-3-et-memoire/http://www.jydionne.com/prevenir-la-maladie-dalzheimer/ et les autres lectures qui y sont suggérées.

Références:

  1. Salem N Jr, Vandal M, Calon F. The benefit of docosahexaenoic acid for the adult brain in aging and dementia. Prostaglandine, Leukotrienes And Essential Fatty Acids. Jan 2015 ;92 :15-22 http://dx.doi.org/10.1016/j.plefa.2014.10.003 (Open access) http://www.plefa.com/article/S0952-3278(14)00169-0/abstract
  2. Yurko-Mauro K, McCarthy D, Rom D, Nelson EB, Ryan AS, Blackwell A, Salem N Jr, Stedman M; MIDAS Investigators. Beneficial effects of docosahexaenoic acid on cognition in age-related cognitive decline. Alzheimers Dement. 2010 Nov;6(6):456-64. doi: 10.1016/j.jalz.2010.01.013. PubMed PMID: 20434961. ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20434961
  3. Quinn JF, Raman R, Thomas RG, Yurko-Mauro K, Nelson EB, Van Dyck C, Galvin JE, Emond J, Jack CR Jr, Weiner M, Shinto L, Aisen PS. Docosahexaenoic acid supplementation and cognitive decline in Alzheimer disease: a randomized trial. JAMA. 2010 Nov 3;304(17):1903-11. doi: 10.1001/jama.2010.1510. PubMed PMID: 21045096; PubMed Central PMCID: PMC3259852. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3259852/
  4. Strike SC, Carlisle A, Gibson EL, Dyall SC. A High Omega-3 Fatty Acid Multinutrient Supplement Benefits Cognition and Mobility in Older Women: A Randomized, Double-blind, Placebo-controlled Pilot Study. J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2015 Aug 11. pii: glv109. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 26265727. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26265727
  5. Narendran R, Frankle WG, Mason NS, Muldoon MF, Moghaddam B. Improved working memory but no effect on striatal vesicular monoamine transporter type 2 after omega-3 polyunsaturated fatty acid supplementation. PLoS One. 2012;7(10):e46832. doi: 10.1371/journal.pone.0046832. PubMed PMID: 23056476; PubMed Central PMCID: PMC3463539. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0046832
  6. Su KP, Matsuoka Y, Pae CU. Omega-3 Polyunsaturated Fatty Acids in Prevention of Mood and Anxiety Disorders. Clin Psychopharmacol Neurosci. 2015 Aug 31;13(2):129-37. doi: 10.9758/cpn.2015.13.2.129. PubMed PMID: 26243838. http://www.cpn.or.kr/journal/view.html?volume=13&number=2&spage=129

Thématiques : Santé



Suggestions de lectures
    
[sans texte]



Sur la toile
    

Swedish Dads

This photo essay is based on portraits of dads who belong to that small percentage who choose to stay at home with their child for at least six months.

Père et enfant

[ Source ]


Un lichen gaspésien pourrait aider à lutter contre les caries

Des chercheurs de l'Université Laval et de l'Université de Genève ont découvert deux molécules dans un lichen qu'on retrouve notamment en Gaspésie et dans le Nord québécois, qui détiendraient des propriétés pouvant aider à combattre des problèmes buccaux, comme entre autres, des caries.

[ Source ]


Le Danemark en marche vers une agriculture 100 % biologique

Déjà très en avance dans le secteur de l’alimentation biologique depuis les années 1990 avec une baisse drastique des prix des produits bio qui a indiscutablement stimulé les ventes, sensibilisé la population et promu l’agriculture biologique dans tout le pays et favorisé les exportations, le Danemark veut aujourd’hui enfoncer le clou et devenir le premier pays européen avec une agriculture 100% écologique.

[ Source ]


Éclairage à Montréal : les astrophysiciens québécois soulagés

L'annonce par la Ville de Montréal que tous les lampadaires urbains seront munis de DEL à 3000 K réjouit les scientifiques du Centre de recherche en astrophysique du Québec (CRAQ) et de l'Observatoire du Mont-Mégantic (OMM).

[ Source ]


Montreal’s 25 Best Local Designer-Owned Boutiques

You want to buy fashion that is made right here in Montreal by ethical designers whose work is unique, funky and hip right? Looky here. We have the top picks in our city.

[ Source ]


Auréoler

Auréoler est plus qu’un document. C’est un chant offert à l’ensemencement géographique quand le sacré de l’amour humain rejoint l’érotique de l’infini. Mise en musique par Yves Desrosiers, la chanson éponyme reprend le poème de Fernand Ouellette « Auréoler ».

Sous la houlette visionnaire du conseiller artistique Hugo Latulippe, la direction photo de Geoffroy Beauchemin, le montage de Claude-Antoine Guibord, la coordination tout azimut de Stéphanie Robert et l’inspiration géopoétique de Jean Morisset, Auréoler a bénéficié par la suite de la gouverne d’Alexandre Domingue et l’équipage de Post-Moderne à la post-production.

Sans les habitants de l’Île Verte qui ont fait de l’événement «Retour de Gilles Carle» leur aventure et leur propre navigation, Auréoler n’aurait jamais vu le jour et moins encore traversé la nuit des temps.

[ Source ]


 
 
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 3 — Mercredi, 8 février 2017
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE