Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Les bonnes pratiques en géobiologie

L'hygiène vitale d'une maison

Qu'est-ce que l'hygiène vitale d'une maison ? L'étymologie du mot hygiène nous vient du nom de la déesse « Hygie » ; son rôle était d'enseigner les pratiques les plus saines à mettre en pratique au quotidien. En naturopathie, on parle d'hygiène vitale comme étant un ensemble de moyens et de pensées pour aider l'homme à vivre harmonieusement, physiquement et psychiquement dans son environnement, ceci incluant son alimentation, ses activités etc.

La maison est aussi un être vivant, avec différentes dimensions. Une maison est en quelque sorte une extension de notre être : si un « organe » de la maison est malade, alors nous avons beaucoup de risques de l'être aussi. L'hygiène vitale d'une maison va donc inclure différentes dimensions, allant du monde physique au monde subtil.

HygieneVitalL'hygiène sanitaire est la premières des hygiènes à mettre en place, où depuis le depuis vingtième siècle, un bon prodigieux a été fait en ce sens. Un travail d'éducation a été fait, par les instances gouvernementales suite à de grandes épidémies. Mais depuis la révolution industrielle, de nouvelles pollutions sont venues se greffer à nos habitations. Celles-ci sont plus subtiles et pas toutes reconnues officiellement.

On retrouve en premier lieu la pollution électromagnétique, de plus en plus mise de l'avant, car des milliers de personnes, appelées « électrosensibles », sont sensibles à ces nuisances. Mais des enjeux économiques majeurs sont présents au niveau de l'industrie. Quand on parle d'électromagnétisme, on parle de champs basses fréquences émis par l'électricité qui alimente nos maisons et des champs hautes fréquences émis par les tours cellulaires, Wi-Fi, etc. Actuellement, les personnes électrosensibles font face à un déni du monde médical et scientifique, mais ne sommes-nous pas des électrosensibles en devenir ? D'où la nécessité de mettre en place une hygiène électromagnétique au sein des maisons.

Parmi les pollutions modernes, on retrouve une pollution de l'air en perpétuelle croissance. La révolution industrielle et les innovations technologiques ont amené de nouvelles sortes de pollutions tels que :

Les composés organiques (COV) : ce sont des molécules de carbone de grande volatilité (qui passent fréquemment de l'état gazeux à l'état liquide, et inversement). On retrouve une grande variété de ces molécules dans les hydrocarbures, les alcools, les esters (on les retrouve dans les peintures, vernis, meubles agglomérés, etc.).

Le dioxyde de carbone (CO2) : le taux de CO2 rejeté dans l'air a explosé depuis les années 1960, provoquant un réchauffement de la planète, à l'intérieur d'une maison ou d'un appartement, le taux de CO2 affecte aussi la qualité de vie. C'est l'expiration des habitants qui produit du dioxyde de carbone relâché dans l'air, le CO2 devient un facteur important d'asthme ou du syndrome du bâtiment.

L'ionisation positive de l'air : la première étude sur l'impact des ions négatifs sur la santé a été faite en 1931 en Allemagne, démontrant que ceux-ci avaient un impact sur la santé. L'ionisation négative est liée principalement aux appareils électroniques/électriques, matières synthétiques, etc.

La mise en place d'une hygiène de l'air dans nos maisons est maintenant hélas requise.

Un autre type de pollution peut altérer notre habitat sur des plans plus subtils, pourtant connus depuis des millénaires dans les grandes traditions religieuses : on parle d'hygiène énergétique. Des charges énergétiques lourdes peuvent se trouver au sein de notre habitation, en fonction de notre mode de vie (pensées négatives, maladie, aller dans les bars, etc.). Ces énergies négatives peuvent stagner dans la maison et amener un mal-être permanent si aucun nettoyage n'est fait. On peut trouver d'autres charges négatives dans une maison qui ne sont pas en lien avec les occupants, mais plutôt avec l'histoire du lieu : pour cela une hygiène énergétique n'est pas suffisante, il faut faire appel à des gens spécialisés tel que des géobiologues.

Par des actions simples et quotidiennes on peut améliorer l'hygiène de notre maison et éviter d'être malade. Par exemple pour l'hygiène électromagnétique, si vous ne pouvez-vous passer de votre Wi-Fi, l'éteindre seulement la nuit rendra vos nuits bien meilleures et permettra une meilleure récupération pour vous. Pour l'hygiène de l'air, il suffit de changer l'air de la pièce régulièrement pour avoir une meilleure qualité de l'air. Concernant l'hygiène énergétique, un nettoyage avec de l'encens de temps en temps peut changer l'ambiance de la maison…

Benoît Tramblay


GuideHygieneVitalExtrait du livre « Guide d'hygiène vitale pour une maison saine » qui propose des outils simples et non dispendieux, accessibles à tous pour améliorer l'hygiène vitale de sa maison.

Benoît TramblayGéobiologue et naturothérapeute, Benoît Tramblay détient une formation universitaire en physique.

Formé en gébiologie en 1992 par Gilbert Fleck, auteur du livre Les Réseaux Géobiologiques, publié aux éditions Jouvence. M. Tramblay est fondateur et directeur de l'École de la Terre, offrant une formation professionnelle en géobiologie accréditée par plusieurs associations en naturopathie et naturothérapie.

www.ecoledelaterre.com


Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 11 — Mercredi, 11 juin 2014
  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE