Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

La culture du framboisier

La culture du framboisier
par Diane Mackay

J'ai choisi d'inaugurer cette nouvelle rubrique avec une plante vivace, commune, facile à cultiver et généreuse, le framboisier. On en prépare une excellente infusion, riche de multiples vertus qui tonifie, équilibre et fortifie le système reproducteur féminin et reminéralise l'organisme grâce au fer, au calcium et aux vitamines qu'elle contient.

La feuille de framboisier est nutritive et on devrait prendre l'habitude d'en boire fréquemment. Astringente et fébrifuge, elle nous accompagne l'hiver pour soigner les rhumes, les grippes et la congestion. Ses tanins et ses minéraux contribuent à traiter les problèmes menstruels. Consommée pendant la grossesse, elle facilite l'accouchement en tonifiant l'utérus.

Le framboisier (Rubus strigosus ou Rubus idaeus) peut aussi se récolter en nature.

Après deux jours de temps sec, on récolte en mi-journée les tiges florifères de 2e année avant l'apparition des bourgeons floraux, au mois de mai. On peut aussi récolter les tiges de première année en septembre, mais les feuilles seront alors moins concentrées en tanins. On les sèche en les suspendant à l'envers dans un endroit sombre et aéré; on peut aussi les étaler sur une grille dans un séchoir. Les feuilles se détachent mieux une fois sèches et on les conserve dans des sacs de papier ou des contenants à l'abri de la lumière et de l'humidité.

Pour préparer l'infusion, on ébouillante 75 ml (une poignée) de feuilles sèches par litre d'eau. On laisse infuser au moins 20 minutes. Plus on infuse, plus les tanins seront présents.

Framboisier, plante médicinale (Rubus idaeus)

Une grande alliée de la femme. Sa feuille nourrit et tonifie l’utérus. À prendre avant la grossesse et à partir du 2è trimestre. Aussi utile pour les menstruations abondantes, les inflammations utérines, nous l’incluons dans presque tous les mélanges de plantes médicinales pour traiter le système reproducteur féminin.

Voir la vidéo de Caroline Gagnon de Flora Medicina sur le framboisier.

Culture

On cultive le framboisier Rubus idaeus jusqu'en zone 1 en plein soleil ou à mi-ombre dans une terre riche, à un pH entre 6 et 7. La framboisière sera productive plusieurs années donc il est important de bien préparer le sol l'année précédant l'installation des plants afin d'amender le sol et d'éliminer les herbes compétitrices, surtout le chiendent. On propage le framboisier par la transplantation de plants au printemps, on peut aussi transplanter des pousses d'un an en septembre. La distance à respecter est de 1 m entre les rangs et de 60 cm entre les plants.

À partir de la troisième année, votre rang s'élargira, mais il faudra le limiter à 30 cm de largeur.

Il est recommandé d'installer de chaque côté du rang un fil de fer à 1 m de hauteur pour la protection hivernale contre les vents violents, un éventuel verglas ou une neige trop lourde. À tous les 60 ou 90 cm, on regroupe plusieurs tiges qu'on attache ensemble autour du fil de fer, ainsi elles se soutiendront.

En automne, on doit nourrir les plants avec quelques centimètres de compost et protéger les racines des grands froids avec un paillis de feuilles mortes, de paille ou de bois raméal.

Entretien

De la mi-juin jusqu'à la fin juillet, si vous remarquez que les têtes des framboisiers flétrissent et que la tige présente un anneau d'un centimètre situé à environ 15 cm du bout des nouvelles tiges, c'est que le plant est parasité par l'anneleur du framboisier, un insecte très répandu. Il faut alors que vous coupiez la tige à environ 4 cm sous l'anneau inférieur. Il est important de faire cette coupe pour empêcher la descente de la larve dans la tige, sinon elle affectera tout le plant jusqu'à la couronne. Par la suite, il faut brûler les sections de tiges qu'on aura coupées.

Le framboisier est une plante vivace qui produit chaque année de nouvelles tiges qui donneront des framboises l'année suivante puis se dessècheront à la fin de leur deuxième été. Pour favoriser les futures récoltes, il est conseillé de tailler à la base ces vieilles tiges rigides de couleur foncée après la récolte des fruits. Cette taille évitera la propagation de maladies.

Pour favoriser une bonne aération des plants et faciliter la cueillette des fruits, on suggère de conserver une distance d'environ 30 cm entre les tiges et de tailler les pousses frêles et faibles.

Cependant, pour les herboristes, il vaut mieux attendre au printemps pour prélever les tiges feuillues au moment idéal juste avant l'apparition des bourgeons floraux. On peut aussi à ce moment rabattre du tiers (mais pas plus) les tiges trop longues qui atteignent parfois 2 m de hauteur. De cette façon, on prélèvera une plus grande quantité de feuilles pour sécher ou transformer.

Même si vous ne disposez que d'un petit espace de culture, vous pouvez transplanter quelques plants de framboisiers dans un secteur plus ombragé de votre terrain. Ce pourrait être 3 plants installés autour d'un poteau qui vous servirait à les attacher ainsi vous auriez quelques framboises à savourer et probablement assez de feuilles à récolter et sécher pour votre pharmacie familiale.

Je vous souhaite de belles récoltes de cette merveilleuse plante médicinale, grande alliée de la femme.

Diane Mackay,
Biologiste, jardinière et herboriste

Les Jardins du Grand-Portage
Diane Mackay
© Diane Mackay

Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 2 — Mercredi, 5 février 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE