Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Le thym

Le thym

Pour prévenir et soulager le rhume et la grippe!

Parmi les plantes aromatiques médicinales, le thym est de celles qui résistent le mieux au froid et à l'hiver. Encore tout vibrant au jardin en cette fin d'octobre, j'en récolte quelques tiges afin de les mettre à sécher pour cuisiner ou pour infuser. On récolte les feuilles et les sommités fleuries par temps ensoleillé, le midi.

Les propriétés du thym sont multiples. On le sait antiseptique, antibiotique, antispasmodique, carminatif, stimulant, emménagogue, tonique, vermifuge, expectorant, fébrifuge. On utilise beaucoup cette lamiacée en herboristerie traditionnelle pour les problèmes respiratoires, car elle contribue à liquéfier le mucus et favorise l'expectoration. Ajouté aux préparations culinaires ou consommé en infusion après le repas, le thym, grâce à ses vertus carminatives et antispasmodiques, facilite la digestion et prévient les gaz, les fermentations et les ballonnements. Petite précaution pour les femmes enceintes : il faut éviter des dosages thérapeutiques puisque le thym est un stimulant utérin.

Peu exigeant et facile de culture, le thym, Thymus vulgaris, communément appelé thym anglais ou thym allemand, accompagne bien les choux au potager. On le cultive en plein soleil dans un sol léger. Si on le bute et on lui octroie une protection hivernale, cette espèce survivra 3 ou 4 ans.


Thymus vulgaris

En septembre, j'ai empoté un plant dans un terreau qui garde bien l'humidité ; il pourra ainsi passer l'hiver à l'intérieur, dans une pièce fraîche et lumineuse et servir à parfumer de multiples plats.

Les thyms rampants, comme le thym citron Thymus x citriodorus, le thym sauvage, Thymus praecox et le thym serpolet Thymus serpyllum résistent encore mieux au froid et, comme couvre-sol, ils sont du plus bel effet en bordure du jardin.

Un vinaigre médicinal à la portée de tous

Pour préparer un vinaigre médicinal, j'effeuille patiemment les tiges fraîches, je hache les feuilles dont j'emplis aux 2/3 un petit pot de verre, puis comble le pot de vinaigre de cidre de pomme. J'emploie le vinaigre de cidre biologique d'Orphée à 8 % d’acide acétique. J'utilise un couvercle de plastique pour fermer le pot, car le vinaigre réagirait avec un couvercle de métal. Si vous n'avez qu'un vinaigre à 5 %, le vinaigre sera moins concentré, mais efficace quand même. On n'aura qu'à en prendre un peu plus.

Je place le contenant à l’abri de la lumière et le brasse une fois par jour en inversant le contenant une dizaine de fois. De deux à trois semaines plus tard, je le filtre dans un tissu, moulé dans une passoire au-dessus d'un bol, puis je presse le tissu dans mes mains pour bien récupérer tout le vinaigre. Je l'empote et le laisse décanter quelques jours, car il se formera un dépôt, puis j'embouteille le vinaigre clarifié dans de plus petits contenants.

Casser la grippe

Pour soulager une gorge irritée, on mélange 2,5 ml de ce vinaigre à 15 ml de sirop de guimauve – voir la chronique précédente –. On se gargarise avec le mélange et on l'avale ensuite. J'utilise beaucoup le vinaigre de thym comme casse-grippe. Dès que je perçois les premiers grattouillements dans ma gorge, je me gargarise avec 2,5 ml de vinaigre de thym dans une gorgée d'eau puis j'avale la potion. Je répète 3 fois dans la journée. Je complète cette contre-attaque aux microbes en suçant des comprimés de vitamine C, en buvant de la tisane de framboisier et de thym bien chaude, en prenant de la teinture de sureau antivirale et de la teinture d'échinacée, à raison de 30 gouttes, 6 fois par jour, et ce durant 2 jours, de façon à optimiser mon système immunitaire. Je complète ce traitement avec une bonne soupe à l'oignon que j'accompagne de quelques morceaux de pain trempés dans une huile dans laquelle j'ai mis à macérer une gousse d'ail pressée ainsi qu'un peu de cayenne. Il est bien rare que bactéries et virus résistent à ces traitements. J'évite ainsi de fréquenter la clinique ou la pharmacie.

Thym toé!

Diane Mackay Diane Mackay,
Biologiste, jardinière et herboriste
Les Jardins du Grand-Portage


Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 17 — Mercredi, 5 novembre 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE