Imprimer Imprimer

L'échinacée, étincelante et soignante

L'échinacée, étincelante et soignante

Belle échynacée

La belle rudbeckie pourpre – Echinacea purpurea – qui orne les plates-bandes des jardins d'Angleterre depuis au moins 200 ans, est originaire des grandes plaines des États-Unis.

De culture facile et de floraison prolongée, elle enjolive aussi de nombreux aménagements au nord du 45e parallèle.

Reconnue, il y a plus de 3 siècles, pour ses vertus médicinales par les Amérindiens des Plaines dont les Sioux Lakotas qui l'utilisaient, entre autres, pour soigner les morsures de serpent et les infections des voies respiratoires, l'échinacée a été adoptée pour les mêmes usages par les premiers colons. Au XIXe siècle, les médecins la prescrivaient si couramment qu'au début du XXe siècle, l'échinacée était devenue le remède à base de plante indigène le plus vendu. Actuellement, plus de 300 produits phytopharmaceutiques à base d'échinacée sont disponibles en Europe.

En Amérique du Nord, vers 1920, elle fut délaissée, mais en Allemagne, elle suscita de l'intérêt et les médecins commencèrent à la prescrire et à l'étudier. Depuis, grâce aux nombreuses recherches scientifiques conduites dans ce pays et aux États-Unis, la Commission E, – le comité scientifique regroupant 24 membres dont des spécialistes de la médecine, de la pharmacie et de la phytothérapie ayant étudié et approuvé l'usage de 254 plantes ou combinaisons de plantes – reconnaît l'usage de l'échinacée comme traitement d'appoint des infections des voies respiratoires et des voies urinaires, ainsi que son usage topique pour traiter les ulcères chroniques et les plaies cutanées.

Culture

Vivace et rustique jusqu'en zone 3, l'échinacée pourpre apprécie les terrains bien drainés, riches en humus. On la cultive de préférence en plein soleil. Elle nécessite un bon apport de compost mûr et un arrosage régulier en début de croissance.

L'échinacée se propage par semis extérieur à la fin de l'été ou par semis intérieur en mars. Pour obtenir les meilleurs résultats, il est préférable de stratifier les semences, c'est-à-dire de les semer à 2 mm de profondeur dans un terreau de germination bien humide et de placer la caissette dans un sac de plastique au réfrigérateur ou à l'extérieur pendant 2 à 3 semaines. Puis, on installe le semis à température ambiante. Les premiers germes apparaitront de 10 à 20 jours plus tard.

Lorsque les plantules ont développé 4 feuilles, on les repique dans un terreau de croissance plus riche en compost dans lequel ils croîtront. Après une période d'acclimatation, on les transplante au jardin après le dernier gel à 45 cm les uns des autres. La première année, les plants fleurissent rarement, mais l'année suivante, ils atteindront près d'un mètre de hauteur et fleuriront de juillet à septembre. La troisième année, année de la récolte des racines, il est préférable de tailler les hampes florales pour que l'énergie du plant se concentre dans la racine plutôt que dans les semences.

Échynacée lavée

Usage

L'échinacée pourpre s'emploie principalement en teinture, car contrairement à ses cousines, Echinacea pallida et Echinacea angustifolia, elle perd ses propriétés lorsque séchée. Les 3 espèces sont efficaces pour prévenir et traiter les infections du système respiratoire supérieur et tonifier le système immunitaire. Ce sont surtout leurs polysaccharides, dont l'échinacine, qui augmentent l'activité des globules blancs et ainsi supportent l'immunité cellulaire.

La teinture d'échinacée pourpre, qui doit toujours être préparée avec de la racine fraîche, combat l’infection lors de rhume, grippe, otite, amygdalite, laryngite, sinusite, mal de gorge et bronchite. Dès les premiers symptômes, il faut prendre de 20 à 40 gouttes de teinture à toutes les heures pendant un ou deux jours, puis diminuer la fréquence à 2 à 4 fois par jour. En prévention, prendre une dose de 15 à 30 gouttes tous les jours pour renforcer un système immunitaire affaibli et stimuler les réactions normales de défense de l'organisme. Dans les cas d'infections à répétition, jumeler l'échinacée à des infusions de racine d'astragale dont on boira de 3 à 4 tasses quotidiennement.

Un débat persiste au sujet de l'utilisation de l'échinacée en cas de maladies systémiques, comme la tuberculose, ou dans les cas de sclérose en plaques ou de sida. Certains recommandent aux personnes atteintes de maladies auto-immunes d'éviter l'échinacée puisqu'ils croient qu'en tant que stimulant immunitaire, elle pourrait stimuler leur système immunitaire déjà trop actif. Cette inquiétude demeure théorique. Les herboristes n'ont pas observé d'effet d'aggravation de problèmes auto-immuns avec la prise de plantes immunostimulantes. D'autres considèrent que l'effet immunomodulateur de l'échinacée, prise sur une courte période, pour aider à combattre une infection, serait plus bénéfique que nuisible.

On peut donner la teinture aux enfants en respectant le dosage d'une goutte par année d'âge. J'ai pu constater l'efficacité d'un traitement de prévention il y a 20 ans, alors que j'ai conseillé à une maman de donner chaque matin d'automne 3 gouttes de ma teinture d'échinacée à sa fillette de 3 ans qui était très souvent malade. Depuis sa naissance, à chaque consultation, le médecin la traitait systématiquement aux antibiotiques; l'enfant n'avait donc jamais combattu elle-même les virus ou les microbes qui l'infectaient et son système immunitaire n'avait pu développer d'anticorps. Quelle ne fut pas la surprise de la mère de voir sa fille passer un hiver sans être malade pour la première fois de sa courte de vie!

Il est facile de préparer à la maison de la teinture d'échinacée. En voici la recette. Elle se conserve 5 ans. Prise dès les premiers grattouillements d'un mal de gorge, les virus et les bactéries n'y résistent pas.

Récolte
Photo : Sara Poissant

La préparation d'une teinture d'échinacée

En teinture

Cueillir à l'automne les racines d'échinacée d'un plant âgé de 3 ou 4 ans. Laver les racines sous l'eau courante en les brossant, laisser sécher quelques heures sur un treillis, puis couper en petits morceaux ou hacher. Utiliser un bon couteau de chef et un sécateur pour les parties plus coriaces. Choisir un pot juste assez grand pour contenir toute la quantité de racines récoltée. Mettre les morceaux de racine dans un pot sans compresser et remplir d’alcool à 40 %. J'utilise la vodka. Indiquer la date, le nom de la plante et le solvant utilisé.

Le lendemain, rajouter un peu d’alcool de façon à remplir le pot à ras bord. Bien refermer. Brasser en inversant le pot une dizaine de fois une à deux fois par jour. Conserver à l’abri de la lumière.

Trente jours plus tard, filtrer à l’aide d’une passoire recouverte d'un linge de coton résistant. Presser les morceaux d'échinacée en tordant le tissu et ajouter le concentré au premier filtrat. Ranger dans une bouteille de verre opaque. Laisser décanter, car il se formera un dépôt puis utiliser de petites bouteilles de verre brun avec des compte-gouttes en verre pour embouteiller la teinture. Bien étiqueter les contenants et les garder dans un endroit sécuritaire.

Lorsque les premiers froids se manifestent, mon conjoint me presse de préparer la teinture d'échinacée qu'il prend avec 500 mg de vitamine C dès qu'il sent un picotement dans la gorge. De cette façon, il n'est jamais malade, mais aussi jamais reposant!

Diane Mackay Diane Mackay,
Biologiste, jardinière et herboriste
Les Jardins du Grand-Portage


Accueil
  Flèche gauche
Volume 11, numéro 17 — Mercredi, 4 novembre 2015
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE