Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Plantes médicinales au service du potager

Plantes médicinales au service du potager

Les plantes médicinales permettent de soigner une multitude de problèmes de santé. Une majorité de ces végétaux permettent également d'améliorer la qualité globale du potager par la planification d'un compagnonnage profitable, le brassage de purins fertilisants, insecticides, insectifuges et antifongiques et la préparation d'insecticides maison.

Chou et souci

Un compagnonnage profitable

En associant les plantes médicinales aux légumes du potager, on maximise l'utilisation de l'espace et surtout, on berne les ravageurs potentiels par le phénomène de la confusion olfactive. À titre d'exemple, le thym et la sauge repoussent les ravageurs des choux alors que la coriandre et le romarin éloignent la mouche de la carotte. De plus, la biodiversité ainsi créée attire une foule d'insectes auxiliaires qui par leur rapacité régulent les populations de ravageurs.

Voici une liste de plantes médicinales qui gagnent à être intégrées au potager. Attention cependant aux vivaces qu'on devrait installer plutôt en bordure du jardin qu'en son sein. Le thym et la sauge, cultivés ici comme des annuels, survivent souvent aux rigueurs de l'hiver : on pourra le cas échéant les déplacer le printemps venu.

Des plantes médicinales
en compagnonnage dans le jardin

Absinthe (vivace)

L’absinthe dégage une forte odeur qui éloigne ou déroute de nombreux ravageurs.

Basilic (annuelle)

Le basilic stimule la croissance des tomates et améliore la saveur des fruits. Attention à un compagnonnage trop intime tomate et basilic qui nuirait à la circulation d'air et favoriserait ainsi la présence de maladies fongiques.

Bourrache (annuelle)

La bourrache attire une vaste panoplie d’insectes pollinisateurs et éloigne certains ravageurs.

Camomille (annuelle qui se ressème)

La camomille joue un rôle insectifuge sur plusieurs ravageurs.

Capucine (annuelle)

La capucine attire les pucerons ainsi que leurs principaux prédateurs.

Coriandre (annuelle)

Tout comme la plupart des apiacées, la coriandre attire plusieurs espèces de guêpes parasitoïdes qui permettent de contrôler certains ravageurs. La coriandre, semée près des rangs de carottes, en éloigne la mouche de la carotte.

Hysope (vivace)

Les fleurs d'hysope diffusent de fortes fragrances qui déroutent certains ravageurs.

Marjolaine (annuelle) et origan (vivace)

La marjolaine et l’origan exercent un effet répulsif sur un bon nombre de ravageurs.

Menthe poivrée et menthe pouliot (vivaces)

La menthe poivrée et la menthe pouliot éloignent les fourmis.

Romarin (vivace non rustique; à hiverner à l'intérieur)

Le romarin éloigne la mouche de la carotte.

Sauge (vivace fragile)

La sauge éloigne la plupart des ravageurs. Elle exerce un effet répulsif sur la mouche du chou, la mouche de la carotte et la piéride du chou.

Souci (annuelle)

Le souci par son odeur éloigne bon nombre de ravageurs tout en attirant des insectes bénéfiques.

Tanaisie (vivace)

La tanaisie dégage une forte odeur qui éloigne ou déroute de nombreux insectes. On en fait un excellent purin insecticide.

Thym (vivace fragile)

Le thym éloigne certains ravageurs du chou.

Souci Camomille Thym Bourrache
Souci Camomille Thym Bourrache

Fabrication de purins végétaux à valeur fertilisante, insecticide ou fongicide

Un purin de pissenlit en préparation
Un purin de pissenlit en préparation

C'est bien connu, un être vivant bien nourri résiste mieux aux maladies et aux parasites. L'ortie et la consoude, deux plantes vivaces qu'on cultive à l'écart du potager, permettent de préparer un purin tonifiant, riche en azote, en potassium, en fer et en oligo-éléments.

Le pissenlit quant à lui donne un purin riche en phosphore, élément qui stimule le développement des racines; il convient donc bien à la fertilisation des végétaux fraîchement transplantés.

Lors d'infestation d'insectes, on peut effectuer un traitement avec des purins insecticides à base de feuilles de tanaisie, de rhubarbe ou d'absinthe. Pour les maladies fongiques, on préparera des purins à base de prêle des champs, de camomille allemande ou de feuilles de noyer noir.

Pour fabriquer du purin, il faut remplir à demi un grand contenant de plastique avec les plantes que l’on a choisies, sans trop les compresser. Puis on remplit le contenant d’eau. Le mélange est ensuite brassé quotidiennement. Après quelques jours, la fermentation s’amorce. Le purin sera prêt à utiliser après 8 à 12 jours lorsqu'une odeur caractéristique de purin en émanera.vide

Vaporisation

Les purins utilisés pour leur valeur antifongique, insecticide ou insectifuge s’appliquent en vaporisation foliaire. On les vaporise une fois bien filtré et dilué dans 10 parties d'eau sur le feuillage en fin de journée. Pour favoriser l’adhésion du purin au feuillage, on ajoute 1 ml de savon biodégradable par litre de purin dilué.

Les purins utilisés pour leur valeur fertilisante sont principalement employés en fertigation, c'est-à-dire dilués dans l'eau d'arrosage. On les applique dilués dans 10 à 15 parties d’eau ou plus concentrés après une pluie.

Rôles et usages de plantes médicinales pour la préparation de purins végétaux fertilisants, antifongiques, insecticides et insectifuges

Plantes médicinales Rôles Utilisations
Absinthe
Feuilles
Action insectifuge et insecticide En vaporisation : 1/10
Bardane
Feuilles
Action fertilisante
(azote, potassium et calcium)
En fertigation : 1/15
Consoude de Russie
Feuilles
Action fertilisante
(azote et potassium)
Action tonifiante
En fertigation : 1/15

En vaporisation : 1/10
Ortie dioïque
Feuilles
Action fertilisante
(azote et fer)
Action tonifiante,insecticide et insectifuge
En fertigation : 1/15

En vaporisation : 1/10
Pissenlit
Fleurs et feuilles
Action fertilisante
(azote, phosphore, potassium,
magnésium et calcium)
En fertigation : 1/15
Prêle des champs
Feuilles
Prévient les maladies fongiques
Efficace aussi en décoction
En vaporisation : 1/10
Rhubarbe
Feuilles
Action insecticide
Efficace contre les limaces
En vaporisation : 1/10
Tanaisie
Fleurs et feuilles
Action insecticide
et antifongique
En vaporisation : 1/10
Verge d'or
Fleurs et feuilles
Action fertilisante
(phosphore, potassium et calcium)
En fertigation : 1/15

Ortie Consoude Prèle Tanaisie
Ortie Consoude Prèle Tanaisie

Quelques insecticides maison

Pour conclure, voici quelques insecticides que vous pouvez préparer à partir de plantes médicinales.

Ail

Pour préparer un insecticide maison à base d'ail, efficace contre les pucerons, on fait macérer 20 g d'ail haché dans 20 ml d'huile végétale pendant une journée. Il faut ensuite ajouter à l'huile 1 litre d'eau et 10 ml de savon biodégradable; on mélange puis on tamise ce liquide qui constitue le concentré. Pour les vaporisations, il faut le diluer dans 4 fois son volume d'eau.

Afin d'augmenter le pouvoir insecticide de cette préparation, on fait bouillir 5 piments forts dans 2 litres d'eau qu'on laisse réduire de moitié. Le litre obtenu peut être utilisé à la place de l'eau pour préparer le concentré d'insecticide. On peut aussi broyer un piment sec et faire macérer cette poudre de cayenne durant une journée dans un litre d'eau et l'utiliser seul ou pour préparer le concentré d'insecticide à l'ail.

Pour préparer un insecticide maison à base de tanaisie ou d'absinthe efficace contre les pucerons, les fourmis et la mouche du chou, on fait mijoter 30 g de feuilles fraîches (et de fleurs si écloses) hachées dans 1 litre d'eau durant 30 minutes. Laisser tiédir puis filtrer. Vaporiser dilué dans une partie d'eau.

Voilà! Ces conseils peuvent paraître quelque peu prématurés en cette fin de mars, mais sachez que, dans bien peu de temps, nous aurons les pieds dans la terre. En espérant que ces quelques bénéfices marginaux des plantes médicinales vous seront utiles!

Pour connaître les 3 ateliers que j'offre cet été sur les plantes médicinales, veuillez consulter le site www.jardinsdugrandportage.com, onglet Nos formations.

Diane MackayDiane Mackay,
Biologiste, jardinière et herboriste
Les Jardins du Grand-Portage

- - -

Caroline Gagnon, directrice et fondatrice de l'école d'herboristerie Flora Medicina, nous présente le pissenlit.

Soignez vous proches naturellement: www.floramedicina.com/pissenlit-plante-medicinale


Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 6 — Mercredi, 30 mars 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE