Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

La production, la récolte et la conservation de semences de plantes médicinales

Abeille
Photo : Samuel Paré de Bellefeuille.

La production, la récolte et la conservation
de semences de plantes médicinales

Depuis près de 30 ans, nous récoltons aux Jardins du Grand-Portage des semences de légumes, de fleurs et de plantes médicinales afin de conserver et d'améliorer le patrimoine génétique des espèces et des cultivars que nous produisons. De cette façon, année après année, les végétaux sélectionnés s'adaptent à notre milieu et à notre mode de culture, à notre type de sol, à notre zone climatique. De plus, par une ségrégation soignée, nous améliorons les performances de nos végétaux.

Quiconque s'intéresse à la culture de plantes médicinales peut s'adonner à la récolte de semences en milieu sauvage ou cultivé et s'assurer ainsi de travailler avec des semences de qualité, résistantes et adaptées. L'exercice s'avère profitable pour les vivaces éphémères comme l'arnica, la mauve musquée et la scutellaire qu'il faut changer d'endroit régulièrement ou pour celles dont on récolte les racines, comme les échinacées, l'astragale et la guimauve.

Il faut cependant y mettre le temps, être vigilant et développer un bon sens de l'observation qui permet de récolter les semences à la bonne maturité. Il importe de prélever les semences sur des plants sains et non hybrides. Ce dernier critère est fondamental, car des semences issues d'hybridation ne transmettront pas nécessairement les caractéristiques du plant mère. Dans le même ordre d'idée, il faut s'assurer d'établir un seul cultivar d'une même espèce pour éviter des croisements.

Fleurs de mauve blanche
Fleurs de mauve blanche

Voici une anecdote qui illustre bien cette exigence : je cultive principalement la mauve musquée, Malva moschata, à fleurs roses. Mais aussi poussent spontanément ici et là dans le jardin quelques plants à fleurs blanches, Malva moschata alba. L'année dernière, j'ai récolté les semences de fleurs blanches d'un plant isolé des autres pour en introduire ce printemps dans une nouvelle plate-bande. Je voulais mettre de belles touches de blanc devant de grandes mauves de Mauritanie rose fuchsia. Mais j'ai observé cet été qu'elles s'étaient croisées avec les mauves roses. Les abeilles et autres insectes pollinisateurs avaient transporté du pollen d'une mauve à l'autre, attirés par leur parfum suave... J'avais donc quelques plants à fleurs roses parmi les blanches.

Mode de culture

Pour produire des semences de plantes médicinales, il faut privilégier les techniques de culture écologique : éviter de compacter le sol, l'aérer au besoin, l'amender légèrement, mais suffisamment avec du compost de qualité de sorte que la plante soit nourrie jusqu'à la fin de son cycle, soit la production de semences.

Il faudra arroser les plants en début de croissance et au besoin lors d'une période de sécheresse prolongée. Enfin, on doit laisser une bonne distance entre les sujets pour que la rosée ou la pluie puisse s'évaporer rapidement afin de prévenir des maladies, car, pour la récolte des semences, il faut absolument choisir des plants sains.

Mode de récolte

Les semences de toutes les espèces doivent être récoltées par temps sec, idéalement en après-midi, après 2 jours de temps ensoleillé. Si les semences semblent humides, il faut les laisser tête en bas dans un sac de papier suspendu dans un endroit sec, bien ventilé. Les semences qui se détachent d’elles-mêmes sont les plus faciles à récolter à condition de les récolter au bon moment.

La technique de récolte dépend de l'espèce et du système de propagation des semences.

Capitule d'arnicacapitule de chardon MarieCapitule d'arnica et capitule de chardon Marie

Certaines graines portent des aigrettes, des couronnes de soies qui terminent le fruit, comme le chardon Marie et l'arnica. Les graines tombent ou s'envolent dès qu'elles sont mûres : la vigilance est donc de mise pour ces espèces. Pour l'arnica, on peut récolter toute la couronne de semences à mains nues en la saisissant entre les doigts, alors que pour le chardon Marie, il faut se munir de bons gants et d'un sécateur pour cueillir le capitule et le déposer dans un contenant.

Capsules de molèneCapsule de pavotCapsules de mauve musquée
Capsules de molène, capsule de pavot et capsules de mauve musquée

Plusieurs espèces portent leurs graines dans des capsules, comme la molène, le millepertuis et les pavots. Lorsqu'elles sont brunes et bien sèches, les semences peuvent s'échapper par une ouverture au centre du réceptacle. On doit tailler avec précaution les sommités qui laisseront tomber facilement leurs semences lorsqu'on les place à l'envers dans un contenant. On peut secouer les tiges en les frappant légèrement sur les parois d'un seau profond afin d'en libérer les graines. On obtient lors de ce battage les semences mûres presque exemptes de résidus.

Pour d'autres plantes médicinales, comme la grande camomille et le souci, il faut frotter le capitule avec les doigts pour en dégager les semences. Il faut parfois attendre que les capsules brunissent et les ouvrir pour en détacher les graines ; c'est le cas des mauves où les semences même mûres restent accrochées dans leurs capsules translucides semblables à du papier.

Un léger tamisage permettra d'éliminer les résidus floraux et certains insectes qui s'y réfugient. Il est bon de laisser les graines dans une grande assiette ou un grand plateau quelques heures pour que les insectes puissent en sortir. On peut au besoin en profiter pour faire un léger fanage en soufflant doucement dans l'assiette afin d'éliminer la poussière fine.

Puis on ensache le tout dans une enveloppe identifiée avec le nom de la plante et la date de la récolte. On la range dans des contenants hermétiques à l'abri des rongeurs et de l'humidité.

La plupart des semences de plantes médicinales se conservent 3 ou 4 ans. J'ai même lu que celles de la molène se conservent plus de 20 ans. Cependant, certaines espèces ont une durée germinative très courte, comme l'agastache, le filipendula et l'angélique qui ne germent que quelques mois après leur récolte.

Fleur de souci MaayanFleur de souci Maayan

Pour une première expérience, je vous suggérerais d'essayer avec le souci, l'arnica, le pavot et la grande camomille. Bonnes récoltes.

Diane Mackay Diane Mackay,
Biologiste, jardinière et herboriste
Les Jardins du Grand-Portage

Présentation de la formation
en herboristerie clinique de FloraMedicina
Par Caroline Gagnon

Sources : chez Youtube ou en bas de la page d'accueil de Flora Medicina


Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 14 — Mercredi, 21 septembre 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE