Volume 14, numĂ©ro 2 – Mercredi, 7 février 2018

Renouveau

Bonjour tout le monde,

Je reviens à mes amours avec ce mot de l'éditrice. La rédaction de ce texte est toujours la touche finale du webzine. J'aime particulièrement cet exercice et celui-ci est spécial. Il présente le premier de la nouvelle série de dix numéros par année. Je suis de retour à la barre. Les soubresauts automnaux sont derrière. Ils ont provoqué une remise en question et une mise au point salutaires. Nous avons reçu plusieurs messages d'encouragement de lectrices et lecteurs. Toute l'équipe se réjouit de la continuité. 

J’ai toujours 12 ans quand je débute une réflexion sur une thématique pour un éventuel article pour Covivia. La vitalité, le désir et la timidité gauche d’une enfant à l'aube de l'adolescence telle une communicatrice vierge et inexpérimentée. N'est-ce pas le propre de l'état créatif ? Le cœur ouvert, l’esprit jubilant, la conscience craintive et l’âme allumée. Cette fois, la gestation a été plus longue. Pendant quelques semaines j’ai porté ce projet de rédiger un texte sur la dévotion. C’était inconfortable. J’ai hésité à commencer à inscrire les premières phrases. Plusieurs fois j’ai ouvert puis fermé la page dans Word. Le fruit n’était pas mûr. Puis un matin mes doigts animés sur le clavier dessinèrent rapidement la dévotion. Je souhaite qu'ils fertilisent vos esprits. Voici mon souhait. Sans prétention, en toute humilité.

La dévotion est un sujet hasardeux au regard de mon jugement contemporain matérialiste et pratique. Mais sans risque, l'écriture se réduit à de l’imitation et elle perd alors son pouvoir créatif. La lecture d’un ouvrage de Rudolf Steiner est à l’origine de cette rédaction. Rudolf Steiner (1861-1925) est l’initiateur du mouvement anthroposophique, appellation qui désigne l’étude de l’être humain à la lumière de la science spirituelle. Il est un de mes mentors depuis près de quarante ans. Je reviens à son enseignement sporadiquement et longtemps après que j’ai refermé un de ses ouvrages, je suis labourée par les vérités qu’il livre. Mon âme nourrie s’en réjouit.

Yves Gagnon nous livre un récit touchant de fin de vie. Il a accompagné sa mère dans ce passage mystérieux. La mère et la mort ont en commun le pouvoir de l’enfantement. L’une pour arriver ici sur la Terre et l’autre pour en repartir. Quand elles sont associées dans cet ultime acte personnel qu’est de quitter l'enveloppe physique, la puissance initiatique et spirituelle est immense pour celui et celle qui accompagne la mourante.

Diane Mackay nous présente le plantain, plante humble par excellence. Si la sagesse d’un maître expert se mesure à son humilité, le plantain gagne haut la main la médaille d’or mais il faudra aller le chercher dans le terrain vague plutôt que sur un parterre d’exposition horticole. Ce simple sert souvent d’initiateur à l’herboristerie. Dans tous les camps de vacances ou lors d’une excursion scoute, des animateurs ont informé des enfants en larmes des bienfaits du suc du plantain mâché appliqué sur une piqûre d’insecte. Et savez-vous quoi, c’est vrai ! C’est ce dont Diane Mackay nous informe et bien plus.

Jacqueline Martin et Danièle Laberge embellissent nos pages de leurs photos lumineuses. La scène mystérieuse du sommaire a été captée à Vanarasi en Inde. Les clichés du ciel et du plantain dans ces différents stades de Danièle Laberge ont été quant à eux pérennisés au Québec. Jean-Yves Dionne, pharmacien, pharmacologue, scientifique, expert en produits de santé naturelle et santé intégrative, communicateur (alouette !) nous suggère des pistes pour conserver un cœur en santé. Serge Grenier, webmestre et édimestre, a effectué un travail d'orfèvre avec tous nos morceaux épars. 

Vous trouverez plus de suggestions de lectures et de références sur la toile dans ce numéro. Étant donné que nous avons diminué le nombre de parutions, je me suis permis de bonifier ces sections. Les livres répertoriés dans la rubrique « Suggestions de lectures » sont choisis à partir des sites des éditeurs, des forums de lecteurs, de mon expertise comme libraire et de mon intuition. Je vous invite à consulter les ouvrages avant de vous les procurer. Je n’atteste pas de leur excellence.

On se retrouve le 6 mars pour une autre aventure de l'équipe de Covivia !

Jacques Languirand
 (1931-2018)

Jacques LanguirandJacques Languirand est décédé le 26 janvier 2018. Je rends un dernier hommage à ce passeur qui avec intelligence et humour a honoré la connaissance pendant plus de quarante ans à Radio-Canada. Il a traversé les âges mettant ses talents de communicateur au service des différents arts de la scène. Mes parents témoins du passé l'avaient apprécié comme comédien dans leur jeunesse. Pour ma part, j'ai connu l'animateur radio vulgarisateur d'excellence et l'auteur de livres sur l'ésotérisme, sujet tant décrié par plusieurs intellectuels québécois. Il avait cette capacité de synthétiser et de bâtir des ponts entre différents courants de pensée et savoirs scientifiques. Son rire, sa sagacité et la vitalité curieuse dans sa voix retentissent encore dans mes oreilles. Merci, Monsieur Languirand pour les nouveaux chemins, pour la promotion de la lecture, pour la vision écologiste et pour l'avancement de la conscience en terre québécoise.

Bonne lecture,

Renée Demers
reneedemers@covivia.com