Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

La première traversée

Ma mère raconte que ma naissance a été le plus facile de ses accouchements. Elle a mis au monde sept enfants.  Exceptionnellement, son médecin attitré qui l'avait assistée pour les autres parturitions était en vacances lors de mon arrivée. Ce dernier pratiquait des accouchements naturels, il était plus ancien, m'a raconté ma mère. Le jeune docteur remplaçant était moderne: il lui a proposé de l'endormir.  J'étais la sixième enfant de la famille et ses autres accouchements avaient été douloureux. Elle était fatiguée. Elle a accepté. Je suis donc venue au monde sous anesthésie, tirée par des forceps, ignorée par une mère endormie, soulagée de ne pas habiter ce corps physique qui l'incommodait. C'était le début d'un Nouveau Monde, pour l'obstétrique et pour moi-même.

CoucherDeSoleil
Photo : Claude Charlebois

La naissance imprime un schéma dans notre psyché. Ce qu'on enregistre à ce moment de notre existence est une manière d'être en relation au monde. Notre personnalité se formera sur ce moule.

Quand une impulsion de changement m'anime, j'ai comme schème de comportement, inscrit dans mes cellules, de commencer le travail puis de m'endormir. Tout à coup inactive,  j'attends qu'on vienne me cueillir. Je me retrouve en cours de route isolée,  désintéressée , pouvant difficilement porter mes projets à terme. Une sensation d'abandon me transit, embrouillant tout en moi et autour de moi. Je reproduis énergétiquement l'histoire de ma naissance.

Je vis présentement une renaissance. Je retrouve l'ambiance de ma mise au monde. Qui sait ce qui serait arrivé si mon accouchement avait été  différent ?  Ce qui est certain c'est que je suis en vie. Je dois ma survie à cette circonstance. C'est ce que j'ai enregistré. Cependant, ce modèle de comportement n'est plus nécessaire et en plus très restrictif. Les projets qui m'animent exigent que je m'implique totalement dans ma résurrection et que je m'entoure de personnes présentes. Je ne peux pas attendre qu'on vienne me chercher et prendre le premier sauveur, porteur d'un projet trippant pour mon accoucheur. Je ne peux continuer à passer à côté de moi.

Je suis témoin : la dépression me dégonfle. Je retrouve ce même spleen qu'a occasionné l'anesthésie lors de ma venue au monde. La pression était immense dans cette descente dans le couloir des entrailles de ma mère. Je commençais le chemin vers la lumière pour rencontrer peau, mère, famille et terre. Puis ce fut le knock-out! Réveil dans une chambre froide aveuglante de lumière, emmaillotée, seule, affolée et survivante.

Passer d'un utérus violacé, chaud, intime en symbiose avec un être humain à une chambre d'hôpital blanche, froide et anonyme est tout un choc pour un petit mammifère immature. Alors qu'il était partie intégrante d'un organisme nourricier, le voilà violemment devenu être vivant à l'intérieur de sa propre périphérie,  sans préparation, ni mode d'emploi !  Ses besoins fondamentaux n'étant pas comblés, il s'ensuit un stress épouvantable, avec tout son arsenal hormonal. Alors qu'il se préparait à l'amour agrémenté d'une bonne dose d'ocytocine, le voilà paré pour la guerre, bourré d'adrénaline, mais totalement impuissant. C'est le début de sa vie biologique autonome.  Des étapes ayant été sautées dans la traversée, un mode d'emploi inadéquat pour les passages de la vie se trace dans la mémoire de ses cellules.

Est-ce réellement l'expérience de vie que nous souhaitons pour nos nouveau-nés ? Cela démarre difficilement une biographie. Ces histoires de naissance différentes pour chacun d'entre nous tracent nos devenirs. De là, l'importance d'assurer aux bébés une venue au monde respectueuse du processus naturel de la naissance, à moins de circonstances exceptionnelles. Beaucoup de temps et de détours inutiles seront alors évités au courant de leur vie. Leur instinct sera préservé, leur avenir sera plus aisé, car ils seront plus confiants. La naissance est un premier défi de la vie. Désirons-nous soutenir le pouvoir des  bébés ?  La sortie de l'utérus est un voyage intense et formateur. La séquence des différentes étapes s'inscrit dans leur corps.

 Je vis en haute montagne dans une solitude douce et heureuse, parsemée de doute et de moments de désarroi. J'ai la chance maintenant d'avoir le choix : répéter cette première empreinte ou encore tenter l'aventure de la traversée, confiante et curieuse, en respirant, en avançant doucement.

Consciemment et volontairement, j'ai repris le flambeau que ma mère n'a pas pu porter malgré toute sa bonne volonté. J'ai pris soin de moi. Massage, portage, rebirth, toucher thérapeutique, respiration consciente sont des techniques de renaissance éprouvées. Beaucoup de guérison, de paix et de joie en découlent.


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 13 — Mercredi, 28 août 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE