Imprimer Imprimer

L'amitié

L'amitié

Il y a longtemps que je t’aime, jamais je ne t’oublierai...

Au cours de l’existence, nous sympathisons avec certaines personnes. Perchés tels des oiseaux côte à côte sur une longueur d'onde, se dorant au soleil de la rencontre, notre chaleur humaine s'embrase.

Un inconnu nous sourit dans un cours de patin. On se rend dans une librairie et un allumeur de conscience bienheureux nous ouvre un horizon nouveau. Une amie commune nous présente l’un à l’autre un soir de conférence sur l'alimentation saine. Des fils intimes jaillissent de nos coeurs et s’entrelacent.

On se retrouve pour les éclats de rire, la connaissance, le travail, la création ou des conversations fantaisistes sur l’herbe. On se rejoint pour nourrir cette qualité relationnelle qui rend belle la vie.

L’amitié s’installe sans crier gare dans le train du quotidien. Parfois, elle préfère l’Orient express pour se manifester dans la splendeur d’une rare occasion de communion.

Quand les cadences de nos pas étrangers s’harmonisent, quand refrains ils deviennent, des sourires naissent, des paroles se disent, des silences se détendent, des corps se touchent, des liens se créent.

L’amitié est partage, bienveillance et miroir.
Elle est sincère et drôle.
Ses racines se nourrissent d’authenticité.
Quand elle s’élève au-dessus du jugement du mental, elle danse, douce, douce et elle féconde.
C’est au présent qu’elle refleurit.
Ses fruits sont tendres, nourrissants et délicieux.

Les amis s’accompagnent. Ils sont là dans l’ordinaire des jours qui coulent sans histoire. Ils célèbrent ensemble les naissances, les étapes et les morts de leurs multiples aventures. Ils sont les premiers fans. Ils s'entraident. Ils se relèvent quand ils tombent. Ils se réjouissent quand le sort favorise l’un d’entre eux. Ils sont frères et sœurs de cœur.

Dans le jeu, dans l’accolade et dans l’union de l’esprit, l’amitié transgresse les illusions de la séparation. Elle révèle la profondeur du lien qui unit tous les humains.

Les amis tressent sous l'espace invisible un grand filet de cordes d’amour, rebondissant.

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

agrandir
Oiseaux

Photo : Claude Charlebois


Accueil
  Flèche gauche
Volume 11, numéro 3 — Mercredi, 18 février 2015
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE