Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

La Roue de fortune, dixième Arcane du Tarot

Renée Demers

La Roue de fortune, dixième Arcane du Tarot

Dixième arcane majeur du Tarot, La Roue de fortune nous ramène à l'univers forain que l'on a aperçu sur le Bateleur, premier arcane du Tarot, indiquant un nouveau cycle. Qui n'a pas un jour tourné la roue de fortune pour gagner un enjeu de loterie. De prime abord, la Roue de fortune est associée à la chance et à la providence. Traditionnellement dans les tirages, on dit que c'est la providence qui tourne la manivelle. Cette carte nous rappelle les forces du destin à l'œuvre dans notre destinée. Elle indique un gain d'argent et un bon coup du sort.

Le chiffre 10 marque la terminaison de la première dizaine et le commencement de la suivante, fin et début ne vont pas l'un sans l'autre. Dans le symbole 10, nous retrouvons les chiffres 1 et 0 : l'unité est juxtaposée au tout, le plein au vide. Il est le symbole du lien de l'unité avec le tout, auquel nous participons. La vie professionnelle nous interpelle peut-être quand cette carte apparaît. Le choix nous est ici donné de s'ouvrir à la dimension sociale ainsi que spirituelle de la vie sur Terre.

L'arcane de la Roue de fortune est surmonté du chiffre romain X.  Une indication importante nous est donnée ici sur le symbolisme de cette carte. Le X correspond à la signature des les gens illettrés. Il représente l'individu. L'individualité est une étape récente dans le développement de l'être humain au cours de la longue histoire de l'humanité. Alors que l'humain a vécu une existence tribale pendant des millénaires, la science moderne et sa technologie, dont la roue est un des fleurons, ont permis le développement de l'individualité. Avec elle, un nouveau cycle de l'évolution s'est amorcé. Il sera personnel. Nous avons le choix de coopérer, de réintégrer ou non la totalité.

Au moment de la naissance, nous sommes comblés d'une certaine quantité d'énergie. Dans l'enfance, la roue tourne rapidement, elle ralentit avec l'âge pour finalement s'immobiliser totalement. Tout au cours de la vie nous nous confrontons aux limites et à la résistance du monde matériel qui fatalement nous mènent à la mort. Selon la destinée et le soin que nous prenons de notre corps et de notre potentiel énergétique, notre longévité sera favorisée. Nous pouvons nous demander où nous nous situons dans la roue de la vie. À sa surface dans un rapide tourbillon ou plus près du centre dans le repos ?

Dans cette image, deux personnages tournent autour d'une roue : le singe couleur chair pourrait représenter le mental tel qu'il est imagé dans la tradition spirituelle indienne. Jamais il n'arrête son verbiage créant de l'appréhension et de l'envie. Le chien jaune, quant à lui, image l'attachement aux émotions qui par leur chaude et vibrante énergie nous enivrent et nous enlisent. Un troisième personnage, le sphinx ailé, est posé sur un plateau au-dessus d'elle. La Roue, tel un bateau, flotte sur l'eau. La réalité malgré son aspect solide est en perpétuel changement comme la mer. Une manivelle est jointe au moyeu. On ne voit pas qui l'active.

Deux mouvements sont à l'œuvre sur la Terre: jour et nuit, été et hiver, montée et descente, évolution et involution. La roue de fortune nous ramène à ce jeu de complémentarité.

Les forces de l'évolution et de l'involution se côtoient et insufflent le mouvement de la vie terrestre. Quand je désire une nouvelle maison, je l'imagine dans ma tête. Elle est potentiellement parfaite au départ. J'engage un architecte pour la concevoir. En suivant les devis, le tout, le constructeur bâtira la maison à partir de matériaux de rien, épars, sans liens entre eux. Du rien, les matériaux évolueront vers la totalité en se frottant aux limites du réel. Au bout du processus, une maison est terminée. Deux mouvements sont à l'œuvre dans cette création ? L'un se passe dans le désir et l'imaginaire, du rien au tout virtuel, puis du tout au rien quand les plans tombent dans les mains des constructeurs, qui en les appliquant et en suivant les différentes étapes, créeront une bâtisse en trois dimensions dans la réalité. Est-ce que la maison résulte de l'œuvre virtuelle de l'esprit, parfaite en soi ou est-ce que les ouvriers ayant assemblé les matériaux dans le temps et l'espace en sont les créateurs ? N'a-t-elle pas été rendue possible par la coopération des forces invisibles et visibles, de celles des intervenants et des circonstances?

Le cercle que l'on retrouve imagé sur cet arcane est un univers clos pour le singe et le chien. Il les enferme. Sans ouverture, nous tournons en rond dans un cercle. La parabole de la création du monde dans la Bible démontre la différence entre le cercle et la spirale. Alors que tous les éléments de la création étaient créés, Dieu se reposa le septième jour. Il indique que l'inaction et le vide sont nécessaires dans le murissement du processus créatif : journée d'ouverture qui permet l'émergence du miracle, de l'énergie, de la magie, de l'intuition et du sans-forme.

Le sphinx est assis sur la plate-forme au-dessus de la Roue, intégrant les 4 forces bibliques de l'ange, du lion, du taureau et de l'aigle dans son corps. Il est couronné. Il peut s'envoler. Il porte un glaive qu'il tient sur son cœur. L'énergie d'amour peut transcender l'espace et le temps et ainsi influencer dans le lointain. Les deux autres animaux sont prisonniers de la Roue et sont condamnés à s'élever et descendre inlassablement. Le désir et la peur sont les forces qui nous lient à la Roue. Si l'on n'arrive pas à les transcender, nous tournons en rond toute notre vie. Bouddha a aussi comparé la vie à une roue avec ses désirs et ses peurs. Il enseigne de se tenir au centre immuable pour connaître la paix et le bonheur. La Roue de fortune nous rappelle aussi la roue de la réincarnation où les désirs nous amènent à renaître.

Les animaux tournent dans le sens contraire des aiguilles de l'horloge, prisonniers du temps et réfractaires au mouvement naturel des choses. Le présent fécond et inconnu leur échappe. Leur existence est limitée aux projections du mental, de ses connaissances, de ses désirs, de ses appréhensions et de sa mémoire. L'individu s'oppose au tout dont il fait partie, créant ainsi une cellule, une bulle limitée dans un univers illimité. Il s'insurge contre l'universalité, prompt à croire qu'il est à l'origine de la création de sa vie et qu'il est dissocié du tout. 

Avec la Roue de fortune, le Tarot nous rappelle que de nouveaux débuts de cycle se présentent au cours de notre existence. Ces périodes de vie entre deux étapes sont propices à de profondes prises de conscience par le recul qu'elles induisent. Voulons-nous encore être pris dans ces cycles d'attachement émotif ? Est-ce que nous choisirons d'activer la manivelle ? Comment va notre vie ? Sommes-nous fatigués de tourner en rond, entre les bas et les hauts de la vie ? Remarquons-nous les chances qui arrivent et les saisissons-nous ? Nous joindrons-nous au tout ? Voilà les questions que pose la Roue de fortune.

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

Bibliographie:
Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Éditions Robert Laffont, 1982
Méditations sur les 22 arcanes du tarot, Anonyme, Éditions Aubier, 1980
La voie du tarot, Alexandro Jodorowsky, Éditions Albin Michel, 2004
La maîtrise du Tarot de Marseille, Claude Darche, Éditions du Rocher, 1998
Le tarot des imagiers du Moyen Âge, Oswald Wirth, Éditions Tchou, 1984


Accueil
  Flèche gauche
Volume 11, numéro 10 — Mercredi, 27 mai 2015
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE