Imprimer Imprimer

La Force, onzième Arcane du Tarot

Renée Demers

La Force, onzième Arcane du Tarot

Il monte de la terre au ciel, afin de s’approprier les lumières d’en-haut et (derechef) il descend en terre tout en réunissant en soi la vertu du supérieur et de l’inférieur, parce que la lumière des lumières (est) en lui, de sorte que l’obscurité s’éloigne de lui.
(Il est) la force de toute force qui vainc toute chose subtile et pénètre toute chose solide.
Table d’émeraude (1)

Le nombre 11 des arcanes du Tarot présente la Force sans effort. Elle fait écho au Bateleur, nombre 1, qui symbolisait la concentration sans effort. Tous deux sont des premiers éléments de dizaines. Ils se complètent et ils se miroitent. Ils sont simultanément l’illustration de la féminité réceptive et de la masculinité active présentes en chacun de nous.

Le concept de la Force est celui d’intermédiaire entre la conscience pure et le fait. Elle représente la créativité qui par une série de rapports dynamiques matérialise une idée en réalité. De la même façon que la mère conçoit l’enfant.

Une femme richement parée se tient debout sur un sol labouré. Elle maintient aisément ouverte la gueule d’un lion au niveau de son sexe. Autour d’elle, le vide. La lumière émane de la base du lion et illumine la femme de l’intérieur, colorant de jaune le dessous de sa cape, sa poitrine, ses poignets et son chapeau. Comme le Bateleur, son acolyte de la première dizaine, elle possède une coiffe en forme de lemniscate, symbole d’infini et de vitalité ainsi que six doigts au pied (2). Elle l’avance nu, prête pour le premier pas. L’ongle de son gros orteil est peint du même rouge que les six crêtes qui ornent son chapeau. L’énergie monte à travers elle de la terre au ciel. 

La nature féminine est réceptive. Elle est féconde telle la Terre. La Force a transmuté sa force instinctive et sexuelle en intelligence. Une idée est apparue dans son esprit. Elle médite sur cette graine de possible. Elle la couve. Elle pense. Elle étudie. Elle prépare la terre énergétique pour planter l’idée, telle une semence. Elle la réchauffe de la lumière de son cœur qui filtre à travers son corsage. Elle aime. 

Les labours sont terminés. Le sol est prêt à recevoir la semence intellectuelle. Il est maintenant temps d’implanter le projet dans la réalité. Son corps entre en action. Elle n’hésite plus. Le moment est venu. Elle ose le premier pas avec une assurance tranquille. Sans lui, pas de concrétisation. Le programme inscrit dans l’idée se déploie dans la matière. La Force sait la nature vierge, fertile et généreuse. Elle a intégré cet enseignement de la végétation. Le gland ne doute pas de sa capacité de se métamorphoser en chêne. La nature assure la croissance et le déploiement de la vie. La Force a de l'assurance. Elle va de l'avant. Son regard est calme et bon. Son visage est doux. La créativité est à l’œuvre et la matière s’organise comme un reflet de l’idée dans la réalité.

La nature participe avec bonheur à la volonté humaine. Son désir de coopération est immense et miraculeux, à l’image de cette dame élégante à laquelle le lion obéit. La Force nous indique la malléabilité de la nature.

Les principe d’opposition, de friction, de scission ont été largement utilisés en science dans le dernier siècle pour générer de l’énergie. Puissante mais stérile dynamique, il active dans un premier temps mais il engendre la mort ensuite. Il est tranquillement remplacé sur la Terre par le principe fécond de la coopération. Les sciences de l’environnement se tournent vers les énergies douces. Chez les physiciens contemporains, l’intellectualité cérébrale ne dédaigne plus la sagesse. Chacun de nous peut favoriser la vie en coopérant et en utilisant des technologies fécondes.

L’humain participe à la nature par son corps physique. Il est soumis aux mêmes lois terrestres. Se méfier de soi-même, douter dans son esprit de ses propres capacités est une forme d’opposition. Cela peut ériger un véritable mur psychique insurmontable au mouvement vers le but ou à la communication des idées.

La féminité accueille la semence. Elle laisse l’enfant se former en elle. Elle accouche en mettant en action la force spectaculaire des muscles de son bassin et l’énergie régénératrice de la détente. Cette combinaison de puissance et d’abandon assure les conditions nécessaires à un accouchement naturel. Comme le mouvement illustré dans la forme du chapeau, la Force se régénère éternellement en alternant mobilisation et abandon.

Septembre, mois de la vierge en astrologie, succède au mois d’août placé sous le signe du lion. La vierge calme les ardeurs du soleil. Dans plusieurs traditions, le lion symbolise le soleil. La lumière glisse de l’extérieur vers l’intérieur dans la psyché humaine quand l’automne arrive. Cet arcane est aussi une belle illustration de ce passage.

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

(1) Méditations sur les 22 arcanes du Tarot, Anonyme, Éditions Aubier, 1980
(2) Le bateleur a six doigts à la main gauche

Bibliographie:
Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Éditions Robert Laffont, 1982
Méditations sur les 22 arcanes du Tarot, Anonyme, Éditions Aubier, 1980
La voie du tarot, Alexandro Jodorowsky, Éditions Albin Michel, 2004
La maîtrise du Tarot de Marseille, Claude Darche, Éditions du Rocher, 1998
Le tarot des imagiers du Moyen Âge, Oswald Wirth, Éditions Tchou, 1984


Accueil
  Flèche gauche
Volume 11, numéro 14 — Mercredi, 23 septembre 2015
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE