Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

L'équinoxe du printemps et le cycle de l'intention

Équinoxe du printemps

Le soleil se rapproche. Nous avons entrevu la terre nue. L'espoir s'est glissé dans nos cœurs. Devant la fenêtre, ce matin, la neige brille. L'hiver âgé entonne son chant du cygne. L'oiseau est faible, la mélodie des dernières neiges est douce à l'oreille. Rendons grâce.

Nous quittons la profondeur de l'hiver, l'intériorité bienheureuse, l'inspiration envoûtante du yin, le grand repos. Nous nous éveillons à peine. Sous peu, nous nous ouvrirons, nous nous activerons dans la lumière.

La terre s'abandonne à la chaleur du ciel. La fécondité sur le point d'éclore valsera. Nous sommes invités à la grande fête printanière des épousailles. Le ciel et la terre se retrouvent. Ils enfanteront à nouveau le monde. C'est la joie. La sève monte dans les arbres et dans nos veines. Les extrémités des arbres rougissent. Nos joues aussi. Nos regards s'illuminent. Nos cheveux se lustrent. Nos odeurs se parfument. Nos bras s'entrouvent. Les enfants grandissent à vue d'œil. Le grand jeu de la survie de l'espèce et de l'ordre naturel orchestre encore une fois sa magnifique symphonie. Réjouissons-nous !

La joie du printemps
Photo Jakimage : La joie du printemps

Le jeu des saisons ressemble au mouvement de la vie. Création, conservation, destruction, repos tournent dans le manège. Notre biographie se déroule sur le même canevas. Dans quelle saison de votre parcours êtes-vous ? Chaque porte que nous refermons sur un épisode nous projette dans un autre lieu, plein d'avenir. Chaque commencement est une fin et chaque fin est un commencement. Le changement est la seule stabilité.

Mais le printemps ! Ha là, que c'est bon et que c'est attendrissant. Déjà, nous rigolons au son du ruissellement des sources d'eau qui jaillissent. Elles nous donnent du « spring » (1). Bientôt, les pousses dérouleront leur devenir, spiralant dans leur verticale beauté. Les peaux nues diaphanes cachées depuis des mois se dévoileront. L'odeur de la terre titillera notre cerveau, la chaleur du soleil nous enchantera et le frôlement du vent doux sur nos épidermes nous caressera. Nos corps se réjouiront d'avoir survécu à l'hiver et de connaître une autre joyeuse saison.

Les forces du yin et du yang sont en équilibre au moment des équinoxes. Au printemps, le yin se terre, le yang s'élève. Dans nos êtres, ils se rencontrent, se fondent, et s'interpénètrent. Encore une fois, nos foie et foi sont sollicités. L'un se désengorge et l'autre se gorge des promesses de croissance et de rencontre. Nous passerons les prochains mois à l'extérieur de nos maisons et de nous-mêmes. Nous puiserons dans les forces de vie abondantes du yang, nos réserves intérieures étant quasiment épuisées. Nous serons efficaces et actifs.

Dans la roue de la vie, je tourne et je me délecte.

Le cycle de l'intention

Je suis au cœur d'un projet important qui accentuera la bascule dans un nouveau schéma de vie. Ce processus en plusieurs étapes commencé depuis quelques années implique la conclusion d'une vente importante. Le cheminement pour arriver à mes fins défile à mesure que j'avance et mène inexorablement à la réalisation de mon intention.

Il y a d'abord eu la réflexion. Le miroir me renvoyait une image désuète de la demeure qui abritait notre bien-être familial pendant plusieurs années. Nous y avions vécu une grande saison estivale. Elle nous avait donné tous ses fruits et nous arrivions à la fin de la récolte automnale. Ce lieu ne reflétait plus le présent de ses habitants. Cette vision m'a indiqué qu'il était temps de s'en départir. J'ai tout d'abord consulté les personnes concernées par cette décision. Est-ce que ce changement leur convenait ? Finalement, nous étions tous murs pour cette mutation. Nous avons ouvert la phase de la destruction. Au dernier solstice d'hiver, nous avons projeté la dissolution hivernale de notre communion en rêvant et en accrochant aux étoiles les semences de nos devenirs. De mon côté, j'ai entrepris un processus de vente. Les autres ont opté pour le voyage et une location au centre-ville.

Cette situation de vie étant arrivée à maturité se dissout tranquillement, permettant à une nouvelle réalité d'émerger. Depuis la mort rôde, enceinte de nos embryons. Pour un temps, il n'y a rien à faire. Notre tâche est de patiemment laisser le temps et à l'énergie achever la maturation et nous inspirer les actions et les stratégies nécessaires.

Le printemps s'est pointé. La volonté, la créativité, la coopération et la discipline ont matérialisé nos songes. Patiemment tournant, descendant et perçant la surface du réel, mon intention s'est incarnée : une offre d'achat a atterri sur le répondeur.

J'aurais alors voulu que la chaleur s'installe pour de bon et que l'offre se développe en vente ferme. Mais les forces de l'hiver et celles de du rigoureux inspecteur en bâtiment n'avaient pas dit leur dernier mot. Et le gel de l'expertise a régné à nouveau refroidissant l'intuition ardente des protagonistes. Le printemps et son vent d'évolution ne se sont pas découragés. Ils sont revenus à la charge apportant une chaleur plus grande, une vigueur décisive. Les conditions étant définitivement favorables, la vente s'est conclue. Pendant ce temps, une déesse m'offrait de partager sa demeure en haut de la montagne du bonheur. Fin du rêve, la réalité s'est renouvelée.

Suivant le motif enfoui au cœur du souhait, l'alchimie de la vie déploie ce qui est désiré. Telle la couturière qui à l'aide de quelques lignes et chiffres dessinés sur un modèle, confectionne une robe de bal splendide. Telle la nature qui à partir d'un gland, crée un chêne gigantesque. Mon souhait est un symbole que l'existence, sortie de l'irréel, concrétise. Mon rôle dans ce cheminement est d'imaginer, d'écouter, de faire confiance au processus, d'être bienveillante devant l'insécurité envahissante, la mienne et celles de toutes les personnes concernées et de contribuer à transformer la peur en confiance. Ensuite, dans une attitude d'accueil, de souplesse et de gratitude, les décisions justes, les personnes-ressources et les gestes nécessaires s'imposent d'eux-mêmes.

Le printemps revient toujours après l'hiver. La roue des saisons tourne depuis le début des temps nous rappelant le grand modèle du vivant. Embarquée dans ce manège, je ressens la vie qui coule, surprenante et changeante. J'observe le processus de création qui a de multiples facettes. Alors que de mon côté, je laisse aller, l'autre acquiert. L'un ne va pas sans l'autre. Que cette vente soit un bienfait pour tous et une semence de bonheur.

Il ne nous reste qu'à exercer nos habiletés de couturier avec la volonté et la ténacité du bambin qui s'essaie à ses premiers pas.

Bon printemps !

Renée Demers

- - -

(1) Spring: printemps et ressort dans la langue anglaise


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 6 — Mercredi, 27 mars 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE