Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

La Tempérance quatorzième Arcane du Tarot

Renée Demers

La Tempérance quatorzième Arcane du Tarot 

Sur le quatorzième arcane du tarot, la Tempérance, un ange debout déverse un liquide bleu entre deux vases. Le plus petit qu'il tient dans sa main gauche est orné d’une seule bande de couleur sur sa base. Il en sort quatre jets qui s'amalgament en deux coulées en se déversant dans la deuxième urne plus volumineuse et plus colorée. Ange guérisseur, il rétablit la juste circulation des fluides. La guérison tout comme la maladie sont avant tout spirituelles comme l'indique la couleur bleue prédominante sur cet arcane.

La tempéranceCe qui frappe au premier regard, ce sont les deux ailes, les deux bras, les deux vases, les deux touffes d’herbes, la robe de deux couleurs. Tout est double sur cet arcane. Le décor place d’emblée les conditions fondamentales du bonheur terrestre : la verticalité dans la position du personnage qui touche sol et ciel, l’horizontalité avec la ligne que trace le liquide bleu ainsi que la polarité et la dualité illustrées par le dédoublement des éléments. L’ange nous indique que l’équilibre des forces en présence et l’harmonie dans la circulation de l’énergie assurent la santé du corps, la paix de l’esprit et la joie du coeur.

La Tempérance relie les opposés et apaise les dichotomies. Elle nous informe lors d’épisodes de débalancement dans notre vie que nous avons exagéré dans un sens ou dans l’autre et elle nous invite à la modération et à la frugalité.

Au pied de la femme, deux serpents jaunes, couleur de l’intellect, bordent sa robe. Ils ne semblent qu’en former un seul. La Tempérance a maîtrisé les exigences de la libido tout en conservant l'énergie créatrice de cette force enjouée. Le serpent est aussi présent dans la bible. Personnifiant le tentateur, il invite à dépasser les limites de l'instinct animal, à la liberté. Il révèle à l’humain sa capacité à connaître et à créer et il lui apprend qu’il a le choix. Il est aussi représenté sur le caducée, emblème de la médecine attestant le pouvoir guérisseur de la Tempérance. 

La Tempérance est en lien avec le ciel et avec la Terre. Sa stature va de l’un à l’autre de son pied violet, couleur de la vision spirituelle, à la rose rouge, symbole de passion et d’amour, sur son front.

L’ange est posé sur la partie fertile du terrain. Une semence, double elle aussi, placée à la droite de son pied promet un avenir prospère. Le vert tout juste derrière dénote la productivité du lieu. À l’arrière, le sol est bleu parsemé de touffes d’herbes affichant sa grande richesse spirituelle.

L’horizon immaculé encadre la femme ailée. Tout est en potentialité comme dans la semence. Ses yeux diaphanes nous indiquent sa qualité céleste et apposés sur sa peau rose et ses cheveux blonds, ils dénotent sa parenté humaine. Elle allie la blanche rigueur de l’hiver à la promesse éclatante de l’été. Elle est habillée de carmin et de bleu, de passion et de profondeur. Un peu de vert à la taille et au cou montre son lien avec la Terre. Ses bras actifs sont rouges.

La dame est ailée. Deux grandes ailes bleues de couleur spirituelle derrière elle attestent une fois de plus son origine céleste. Elle est l’ange gardien. Celui auquel, enfant catholique, on nous apprenait à nous adresser pour demander la protection. Elle est bonne, compréhensive, puissante et douce. Elle plaide en notre faveur auprès de Dieu devant le karma qui veut nous rendre la monnaie de notre pièce. Elle est le reflet de notre innocence perdue qui reste présente à jamais sous les ombres de notre culpabilité et de notre ignorance. Elle nous avertit des dangers en induisant dans notre esprit des intuitions salvatrices.

Rassurante, elle nous informe qu’elle nous accompagnera dans les années de turbulence à venir symbolisées par les arcanes du Diable et de la Maison Dieu qui la suivent dans le Tarot. Il ne faut pas se décourager, peu importe l’apparence des circonstances. Elle est toujours là dans les épreuves, adoucissant un parcours qui semble sinueux et escarpé et soignant notre corps malade. Le chiffre 14 dans la biographie humaine marque le passage de l’enfance à l’adolescence. Notre ange ne nous quitte pas à ce moment-là. Il veille. Cependant, il n’intervient que sur notre demande.

Taoïste, confiant, puissant, miséricordieux, aimant, l’ange gardien protège. Il apporte la fraicheur de la terre profonde à la chaleur torride et passionnée du soleil. Il réduit nos ardeurs, il apaise la colère, il maîtrise les désirs. Il guérit. Ses gestes sont assurés, il avance doucement et il est tranquille. Il privilégie la voie du milieu. Il assouplit les contacts, il établit des relations harmonieuses, il a une vision optimiste.

Il est la rosée du matin sur les blés desséchés par l’ardeur du soleil de la veille, le fluide animateur qui restitue les forces dépensées. Il est compatissant, affectueux et baigne dans une vaste ambiance d’amour. Il soutient l’effort de la quête de l’âme. Il est au service. Jamais il n’oblige. L’humain a toujours le libre choix de se tempérer.

Il est à la fois actif et contemplatif. Ses ailes représentent l’amour du divin, ses bras l’amour des êtres et ses pieds l’amour pour la terre et la nature.

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

Bibliographie:

Dictionnaire des symboles, Jean Chevalier, Éditions Robert Laffont, 1982
Méditations sur les 22 arcanes du Tarot, Anonyme, Éditions Aubier, 1980
La voie du tarot, Alexandro Jodorowsky, Éditions Albin Michel, 2004
La maîtrise du Tarot de Marseille, Claude Darche, Éditions du Rocher, 1998
Le tarot des imagiers du Moyen Âge, Oswald Wirth, Éditions Tchou, 1984
The Tarot Handbook, Angeles Arrien, Putnam Publishers, 1997


Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 8 — Mercredi, 27 avril 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE