Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Quand Occident rencontra Orient

Renée Demers - Penser pour panser

Quand l'Occident rencontra l'Orient

Oh, fécond fut le choc spirituel !

Un des grands changements historiques qui a caractérisé le 20e siècle en Occident est la rencontre de l’Orient. Une collaboration est née entre ces hémisphères et leurs philosophies diamétralement opposées jusqu’alors. Dans les centenaires précédents, les chercheurs occidentaux avaient favorisé la croissance intellectuelle. Ils avaient mis au point une méthode expérimentale scientifique rigoureuse et une expertise profonde et fonctionnelle de la matière. Les maîtres de sagesse orientaux avaient quant à eux acquis une connaissance spirituelle phénoménale grâce au développement supérieur de la substance mentale et de ses facultés d’inspiration, d’intuition et de contemplation. La fusion de ces deux tendances a énormément bénéficié à l’Amérique et à l’Europe.

En Occident au 20e siècle, la scolarisation était devenue collective et la recherche supérieure orientée vers le monde extérieur. En Orient, la transmission de la sagesse était individualisée et l’enseignement supérieur était axé vers la connaissance intérieure. Le mariage de la science occidentale et du mysticisme oriental a apporté un renouveau extraordinaire dans plusieurs domaines. En voici quelques exemples.

La venue en Amérique en 1920 de Swami Yogananda à la demande de son guru Swami Sri Yukteswar a provoqué une révolution spirituelle aux États-Unis. L’attrait pour tout ce qui était exotique lui a ouvert toutes les portes à son arrivée à New York et en Californie. Swami Yogananda a initié des milliers d’Américains à la pratique méditative, au yoga, à la pensée créatrice, à la réincarnation et à la spiritualité indienne. 100 ans plus tard, la méditation est enseignée à l’Institut de cardiologie de Montréal et à l’Université de Montréal dans une optique de réduction de stress.

Jean Herbert, directeur de la collection « Spiritualités vivantes » chez Albin Michel a apporté à des millions de francophones à la connaissance orientale et ce, à compter des années 40 en France. En lisant les enseignements traduits de Sivananda Shri Aurobindo, Râmana Maharshi, Gandhi, Vivekânanda, Ma Ananda Moyî, Râmdâs, Râmakrishna, les Français ont intégré les notions d'ego, de maya, de lumière intérieure, de témoin, etc. Les révélations contenues dans ces ouvrages auront une grande répercussion en Occident. Plusieurs intellectuels européens iront séjourner en Orient et s'abreuver à sa connaissance. La culture populaire intègrera les mots karma et nirvana.

La fréquentation de Swami Prajnanpad a été définitive pour Frédéric Leboyer dans sa remise en question des conditions d’accouchement des mères et des naissances des enfants en 1970 en France. La publication du livre « Pour une naissance sans violence » en 1974 a amené une révolution en obstétrique. 50 ans plus tard, au Québec, nous avons un ordre des sages-femmes et des maisons de naissance dans lesquelles les femmes accouchent naturellement et les bébés sont accueillis dans le respect et l’amour.

André Van Lisbeth étudie auprès de Swami Sivananda à Rishikesh dès 1963. Pionnier du yoga en Occident, il adapte l’enseignement de son professeur à la mentalité occidentale en respectant l’authenticité et l’esprit de cette discipline. Il y consacrera toute sa vie. Le yoga est maintenant transmis un peu partout au Québec et ses vertus sont reconnues par la science. Son métissage avec la gymnastique occidentale a donné naissance à l’éducation somatique devenue une spécialité universitaire.

Carl Gustav Jung a révélé aux Occidentaux la profondeur du monde onirique, la puissance du mandala et la divination du Yi King, entre autres. Il a démontré que la conscience occidentale n’était pas la conscience universelle, mais qu’elle était conditionnée par son histoire et sa géographie. Il a prôné un élargissement de la conscience. Il a légitimé l'expérience sacrée au-delà du dogme religieux en donnant ses lettres de noblesse au mysticisme oriental. Ses recherches encore avant-gardistes à ce jour ont effectué un virage radical et ont repoussé les limites étriquées qu'on attribuait à la dimension psychologique.

Au Québec, début 70 des disciples de Sri Aurobindo ouvre le premier restaurant et magasin d’aliments naturels végétarien sur la rue Ontario: ô ptits zoizos. Une véritable révolution alimentaire commence. Il est possible de vivre sans manger de viande! Les bienfaits du végétarisme sont reconnus par la médecine moderne alors que cela était totalement impensable cinquante ans plus tôt.

Grâce aux travaux du sinologue George Soulié de Morant qui étudia l'acupuncture durant son long séjour dans l'Empire du Milieu et publia lors de son retour en France un imposant traité en 1930, l'acupuncture fait son entrée en Europe. Alors que la médecine occidentale analytique admettait que seules les influences de la matière palpable causaient et guérissaient les maladies, la médecine chinoise initie les Occidentaux à l’apport énergétique dans les débalancements physiques ainsi que dans le rétablissement harmonieux de l’humain dans son intégralité. Pour la médecine énergétique orientale, tout est relié : psyché, émotion, corps, climat, alimentation. C’est un nouveau paradigme qui transforme lentement la pratique médicale dans ses fondements même. Cette dernière se diversifie et intègre progressivement les notions de terrain et d'interactions des différents systèmes, théories qui sont au cœur de la médecine orientale.

Matin méditatif fin mai
Photo : Danièle Laberge - Matin méditatif fin mai

Les recherches de pointe en neurosciences et en physique quantique telle la découverte d'un champ de cohérence universel prouvent des postulats de la spiritualité orientale. Tout provient du vide et y retourne raconte la sagesse éternelle de l'Est et cette dimension commune à tout est d'un dynamisme infini. Les maîtres spirituels indiens et chinois avaient accédé à la révélation de l'unité du tout dans la contemplation. Les scientifiques occidentaux en démontrent les mécanismes matériels et développent des applications pratiques dans plusieurs domaines scientifiques.

Une des contributions fondamentales que la tradition orientale a apportée en Occident à monsieur et madame tout le monde dont je suis, est la méditation. L’enseignement spirituel occidental avait été jusqu’au 20e siècle encadré par les religions chrétiennes. Celles-ci enseignaient à leurs ouailles la prière comme outil de contact avec le monde surnaturel. Il est certain que certains ordres monastiques pratiquaient le retrait dans le silence et la contemplation, mais cette démarche était réservée à une élite.

La prière consiste à adresser consciemment et consciencieusement un désir personnel, social ou universel à Dieu. Elle ne remet pas en question le désir, son origine, sa tension intrinsèque et ses répercussions. Il est vrai qu’une intention formulée avec dévotion et fermeté produit des résultats. Les bienfaits de la prière dans la guérison ont été attestés par des études en laboratoire. Elle vient du cœur.

La méditation quant à elle agit au niveau mental. Elle permet l'évolution de l'esprit humain après la maîtrise de l'instinct et de l'intellect. À l’aide de l’attention portée à un ancrage tel la respiration, un mantra ou la lueur d’une chandelle, le méditant apprend à observer sa psyché et à se libérer de l’emprise des pensées fortuites dans son esprit. Il prend de la distance par rapport aux ondes matérielles subtiles comme les pensées, les émotions, les désirs. Il comprend leur mécanisme et leur influence sur sa personne. Il développe la concentration, autre faculté mentale importante. Il accède à la vastitude de l’esprit. L'intuition, cette capacité de saisir la réalité sans conception ou projection du connu sur l'inconnu, l'informe. Tranquillement, il crée des conditions de silence et d’inactivité qui permet à l’inspiration de se manifester. C’est dans le rien, le vide, la vastitude et le silence que la contemplation ouvre le méditant à la splendeur. La méditation permet d’accéder à la quiétude et à la lumière à l’intérieur de soi. Elle apporte une plus grande perspective au-delà du temps et de la mesure, elle engendre la paix et la fermeté, elle atteste de la substance qui unit toute chose et elle donne accès à la révélation divine.

Que de chemin parcouru dans la connaissance de soi depuis cent ans. Nous vivons à une époque formidable, celle du village global, du mariage du yin et du yang, de l’Orient et de l’Occident, du féminin et du masculin, de l’intérieur et de l’extérieur, de soi et du Soi.

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

Bibliographie et références: 


Accueil
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 12 — Mercredi, 14 juin 2017
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE