Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Le Chant du Bienheureux

Renée Demers - Penser pour panser

Le Chant du Bienheureux

Alors que je vous entretenais de mon anxiété dans un contexte d’activité professionnelle dans le précédent numéro de Covivia, voilà que dans les jours qui suivirent, mon intuition me guida vers un livre exceptionnel qui m’apporte des éléments de réponses à cette question. Demandez et vous recevrez !1

J’ai aussi reçu des commentaires bienfaisants et des confidences de plusieurs lectrices et lecteurs au sujet de ce texte. C’est bon de se savoir lu et de vous lire à mon tour. Je vous remercie de m’écrire. 

Bhagavad-Gita

Je suis donc plongée depuis une semaine dans la Bhagavad-Gita. En état de grâce. La connaissance est nourrissante. J’ai deux exemplaires de ce recueil en traduction française et anglaise que j’ai stockés dans ma bibliothèque il y a quelque temps de cela. Je les avais achetés en me disant qu’un jour je le lirais, intriguée par des citations récurrentes tirées de cette épopée chez plusieurs auteurs. Novembre est propice pour ce genre littéraire. Sa noirceur et sa profondeur apportent un silence tranquille. J’arrive à percevoir plus aisément dans cette saison taciturne des concepts spirituels.

Vous devinerez que j’affectionne cette période de l’année. Quand le crépuscule tombe, je m’y love. Une cape de protection moelleuse m’enveloppe.

La Bhagavad-Gita ou Chant du Bienheureux est un texte mystique de l’Inde. Il a été transmis jusqu’à nous depuis des millénaires de génération en génération par transmission orale avant d’être publié. Traduit en langue latine, française et anglaise autour du début du 18e siècle, il a depuis influencé de multiples penseurs et plus près de notre époque Henry David Thoreau, Gandhi et Simone Weil entre autres.

Déroutant, il commence par une scène dans laquelle Arjuna, prince héritier de la couronne, s’apprête à conduire une bataille contre son demi-frère usurpateur du trône royal. En conversation avec son cocher qui se révélera plus loin dans le récit être la réincarnation de Krishna, il lui fait part de son hésitation à guerroyer contre ses parents tant aimés et leur entourage avec qui il a grandi. Triste, perplexe et incertain, il prend une pause et engage une conversation avec Krishna. 

Celui-ci tout au long du recueil lui explique pourquoi il doit mener à bien cette action. Il est question d'abord du doute qui ouvre des chemins infinis dans le mental et nous égare. Krisha l'exhorte à s'engager une fois pour toutes pour rétablir la paix, la justice et l'harmonie dans le royaume. Comment ! En clarifiant le rôle qu'il est nécessaire qu'il joue en fondant son jugement sur la réalité telle qu'elle est. Et ce sans l'intention de récolter les fruits de son action. L'inaction n'existe pas dit-il: agir et non-agir sont entrelacés. La plénitude, ajoute-t-il, vient d'un profond engagement dans le monde par la maîtrise et la création ainsi que la complète expression de notre spécificité et de notre devoir sacré en temps et lieu.2 L'implication paisible apporte le bonheur. Ne s'occuper ni des échecs ni des succès. Même qu'il est mieux, complète-t-il, de tomber en accomplissant son dharma que de prospérer dans le dharma d'un autre. Puis sacrifier tout à Brahman, autant l'acte que ses résultats.

À la fin, Arjuna conscient de sa mission, instruit et apaisé acceptera de conduire la bataille.

Au fur et à mesure que je reçois les mots et les concepts contenus dans ces pages, je perçois la justesse du titre qui les coiffe. Le chant du Bienheureux m’enchante et éveille en moi cet état placide du bonheur. Comme si on me fournissait l'abc de l'ordre du monde.

Bhagavad-Gita

Il est question de génie d’ailleurs dans ce texte, du magicien créateur qui habite en chacun de nous et qui ne demande qu’à agir et à exprimer son devoir, sa vocation. Le fil d’Ariane qui traverse tout l’ouvrage est le dharma. Actuellement, quel est le rôle que j'ai à jouer et comment l’exercer?

Incidemment, autour de moi, des gens m’ont consultée ces derniers jours pour que je leur donne un avis sur des guerres personnelles qu’elles vivent. Avec leur rejeton adulte qui s’incruste chez eux longtemps après l’enfance. Avec leur propriétaire qui ne s’acquitte pas de ses obligations. Pensons aussi aux activistes écologistes qui mènent une bataille essentielle. La Bhagavad-Gita répond à nos questionnements sur ces missions dans lesquels la vie nous demande de nous engager dans notre univers intime autant que social. "Touttt est dans touttt" pour citer Raôul Duguay dont il est question plus bas dans ce webzine.

On trouve également dans cet ouvrage, des instructions pour la méditation, des informations sur l’organisation sociale traditionnelle de l’Inde sous forme de caste ainsi que sur les trois attributs qui régissent la nature soit sattva, rajas et tamas ou clarté, passion et ignorance ou ténèbres. Krishna explique aussi la réincarnation, l’au-delà, le yoga, l’attachement, le désir, la colère, etc. L’enseignement y est poétique et imagé. Riche et stimulant. Ambroisie pour l'esprit.

Cela me fascine de discerner dans les textes mystiques fondateurs ainsi que dans la tradition orale des différentes civilisations au cours des âges un même fondement. Son enrobage se décline en plusieurs couleurs et formes propres à la culture dans laquelle les sages, les saints ou les avatars ont vécu. Cela ajoute à leur beauté.

Des questions sont soulevées dans mon intellect en parcourant ces pages de sagesse et de révélation. Qu’est-ce qui soutient les activités de l’esprit, du souffle et des sens ? Quelle est l’énergie à l'arrière qui dynamise ces organisations biologiques ? Dans quel champ apparaissent l’esprit, les idées, les pensées, la respiration et les perceptions des sens ? Quelle énergie irrigue ce champ ? Est-ce celle de Dieu, de Brahman, du non-manifesté, du vide ? N’est-ce pas la même pour nous tous ? Ne puisons-nous pas tous à cette source primordiale? N’est-ce pas là que nous nous retrouvons quand nous communions? Une fois passée à travers notre esprit, nos sens et notre respiration, cette énergie crée une multitude infinie de formes et de biographies. Mais avant cela?

Je suis bouche bée et cœur ouvert devant cette dernière interrogation...je retourne méditer.

Renée Demers
reneedemers@covivia.com

1. « Demandez et l’on vous donnera; cherchez et vous trouverez; frappez et l’on vous ouvrira. » Mattieu 7.7 La Bible de Jérusalem, Éditions Desclée de Brouwer, 1975

2. Traduction libre tirée de : The Great Work of Your Life, Stephen Cope, Bantam Books, 2012

Références:

  • La Bhagavad-Gita, suivie du commentaire de Sankara (extraits)
    Traductions d’Émile Senart et de Michel Hulin, Éditions Points, 2010
  • The Bhagavad-Gita, Krisnha’s Counsel in Time of War
    Translated by Barbara Stoler Miller, Bantam Classics, 1986

Accueil
  Flèche gauche
Volume 13, Numéro 17 — Mercredi, 15 novembre 2017
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE