Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Le vide en soi...

Le vide en soi…

Selon certaines traditions amérindiennes, il existe des prières mâles et des prières femelles. Les premières projettent une supplique: « Ô Grand Esprit, Mon Dieu, Mes Guides…, aidez-moi, faites que… ». On demande aux Forces toutes-puissantes d'entendre nos requêtes et d'infléchir le cours des choses selon nos voeux.

Les prières-femmes ont une dynamique contraire; ce sont celles où, devant les questions qui nous habitent, on installe au cœur de soi un espace de silence dans lequel on se recueille sans attente, confiant que ce vide est infiniment fécond, générateur d'inspirations et de perspectives qui nous aideront à voir plus loin, faire des choix, transcender. On est à l'écoute de ce qui se présentera, tangible ou pas, conscient que certaines graines demandent du temps pour germer. Ce qui importe est l'état de réceptivité dans lequel ces prières-femelles nous plongent.

Bien entendu, les prières des deux genres sont nécessaires et complémentaires. Ces modalités antinomiques sont profondément inscrites dans notre psyché et correspondent à différents besoins de l'expérience humaine. Malheureusement, l'espace social dans lequel nous vivons ne reconnaît pas l'importance de la contemplation du vide. Une mystification collective règne, nous faisant croire qu'être épanoui signifie belle humeur constante, proactivité, productivité et efficacité soutenus. Il faut rester au sommet de sa forme de jeunesse, mordre à pleines dents blanches dans une vie qui n'attend pas, caféine, Red Bull, et substances médicamenteuses à la rescousse. On comprend que dans une telle structure de valeurs, le viscéral besoin d'arrêt soit souvent vécu comme étant anormal, voire assimilé à la dépression.

Et c'est vrai que c'est dur de ressentir en soi le manque d'élan, la perte d'inspiration et la baisse d'énergie qui sont souvent des signes que notre être profond se replie et passe en phase de latence. Il est extrêmement difficile de se déposer dans l'hiver en soi. De pratiquer la présence quand plus rien ne bouge et que tout a l'air mort, que tout goûte la même chose au point qu'on croit manger des cendres. On est fragile, vulnérable; le doute et la honte ne tardent pas à se profiler. Bientôt, les voix implacables de nos juges intérieurs en profitent pour s'élever, amplifiées par la résonnance du vide. Nous pleurons d'angoisse dans la blanche étendue de ces pages d'existence.

Chez les mystiques on connaît la valeur des « nuits noires de l'âme » qui souvent précèdent une illumination. On sait par expérience, parce que certains qui l'ont vécu en ont témoigné, que l'âme se laisse parfois descendre aux plus bas points afin d'y prendre appui pour rebondir vers de nouvelles altitudes. Nous, les peuples du Nord, qui faisons chaque année la dure expérience de l'hiver, savons que la nature qui nous entoure est adaptée à cette saison rigoureuse: non seulement elle y survit, elle en profite aussi pour se régénérer. Nous participons physiquement à cette réalité; il y a donc forcément aussi, dans nos corps, une sagesse intrinsèque sur laquelle nous pouvons compter si nous nous en donnons la possibilité.

Mais cela est subversif et va à l'encontre de l'ordre social établi. Car comment fonctionnerait une civilisation où il serait non seulement admis, mais prévu qu'à certains moments de sa vie une personne devienne sombre et sans éclat, qu'elle perde le fil de ce qui a du sens pour elle. Quels types de supports seraient offerts pour lui permettre de ralentir, se retirer, faire le vide et baigner dans le silence intérieur ? Comment fournir des cadres bienveillants où l'on peut se laisser descendre avec dignité, jusqu'à ce qu'émerge une nouvelle impulsion créatrice. Car n'est-ce pas toute la communauté qui en bénéficiera en retour ? De quoi aurait l'air une société qui honorerait d'abord sa richesse humaine ?

Si ces questions sont trop vastes et utopiques pour qu'on y réponde aujourd'hui, on peut déjà commencer à les considérer à une échelle plus personnelle: comment puis-je apprendre à reconnaître ces états en moi, les accepter et leur laisser de la place, m'asseoir au beau milieu du vide et faire confiance à l'invisible et mystérieux processus que le silence favorise ?

Oh la belle prière-femme !

Marie-Josée LeclercMarie-José Leclerc
mjl@rolfing.qc.ca
www.rolfing.qc.ca


Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 19 — Mercredi, 3 décembre 2014
  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE