Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Chimpanzés : des personnes ?

Chimpanzés : des personnes ?

Cela fait plus d’une année que j’ai entendu parler de Fauna Foundation. C’est le seul sanctuaire au Canada pour chimpanzés qui ont été cobayes pendant de nombreuses années dans les laboratoires biomédicaux ou qui ont été traités comme des objets de curiosité dans les zoos. Seuls Tatu et Loulis font exception à la règle. Ils étaient les deux derniers individus du Chimpanzee and Human Communication Institute à Ellensburg, dans l’État de Washington, qui a dû fermer ses portes en 2013. Tatu a appris le langage des signes uniquement des humains. Loulis est le premier chimpanzé au monde qui a appris le langage des signes uniquement de ses congénères et tout spécialement de sa mère adoptive Washoe.

Dr Mary Lee JensvoldJe me suis rendue sur place pour rencontrer Dr Mary Lee Jensvold, scientifique du comportement et des communications à Fauna Foundation.

En arrivant sur le site, qui se trouve à Carignan (à proximité de Saint-Jean-sur-Richelieu), on aperçoit au loin, au milieu de la végétation, une longue passerelle grillagée qui est le premier indice de la présence des primates. En entrant à la réception, dans le bureau administratif, les photos des chimpanzés ornent les murs et déjà la fascination s’exerce tant ils sont expressifs. Le goût d’en savoir davantage s’intensifie. Que nous apprennent les chimpanzés sur nous ?

Faux homme

Les chimpanzés sont les animaux les plus proches de l’humain morphologiquement et génétiquement (nous partageons 98,6 % de gènes en commun). Ils sont membres de la famille des hominidés et de l’ordre des primates comme nous mais ils sont du genre Pan (48 chromosomes) et nous du genre Homo (46 chromosomes). Le terme chimpanzé est d’origine congolaise et signifie « faux homme ».

Maya
Photo : © NJ Wight

L’histoire de Fauna Foundation débute officieusement en 1990, lorsque le Dr Richard Allan, vétérinaire, et Madame Gloria Grow font l’acquisition d’une terre de 100 acres à Carignan. En 1997, Fauna Foundation est officiellement créée. Cette organisation sans but lucratif (OSBL) se donne comme première mission la mise en place d’un centre de conservation de la nature pour protéger la faune et la flore, on y accueille les animaux de ferme ou domestiques négligés, abandonnés ou abusés ainsi que les animaux utilisés à des fins de divertissement, à des fins éducatives ou comme cobayes dans les laboratoires de recherche. Cette même année, 15 chimpanzés sont hébergés au sein de la Fondation. Ils sont tous retraités d’un laboratoire de recherche de l’État de New York. Huit d’entre eux sont infectés par le VIH. C’est le premier centre au monde à accueillir des chimpanzés porteurs du VIH.

Pas un zoo

«  Un sanctuaire, n’est pas un zoo, explique Dr Mary Lee Jensvold. Ici les chimpanzés sont protégés de l’exploitation humaine. Ils ont la nourriture, le gîte, des soins médicaux, de l’affection. Ils nouent des liens sociaux nécessaires à leur épanouissement. En fait, nous mettons en place toutes les conditions favorables pour leur offrir un environnement sain afin qu’ils filent des jours heureux jusqu’à la fin de leur vie. Comme nos pensionnaires sont largement traumatisés et que quelques-uns prennent quotidiennement des anxiolytiques, outre les soignants dûment formés, rares sont les personnes du grand public qui ont accès aux unités de soins de nos chimpanzés. Cependant, ils peuvent être aperçus si ces derniers sont dans les îlots de jeu ou sur la passerelle. »

J’apprends que le chimpanzé a plus de similitudes avec les humains qu’avec les gorilles. Nous avons la même formule sanguine et nous partageons plusieurs pathologies en commun, comme le diabète, l’hépatite et un simple rhume de cerveau.

Gethro et Régis
Photo : © NJ Wight

Des êtres sensibles

Les chimpanzés sont des êtres sociaux, chacun avec leur propre personnalité, dotés d’un grand registre d’émotions. Ils sont câlins, aiment donner et recevoir des bisous. Ils éprouvent de la peine à la mort d’un des leurs. L’épouillage mutuel est une grande marque d’affection et de complicité. Ils ont chacun des habitudes qui leur sont propres. Ce sont des joueurs qui ont besoin d’exercices et de stimuli sinon ils peuvent être en proie à l’ennui. Ils peuvent peindre, créer et savent utiliser un I Pad. Ils ont des amis préférés, des couleurs préférées, des mets préférés. À ce propos, Fauna Foundation publie, en anglais, un livre de recettes, Fauna Cookbook, composé de 40 recettes végétaliennes toutes testées et approuvées par les chimpanzés. Vous vous délecterez des recettes proposées par la nutritionniste de l’institut. Des anecdotes agrémentent le tout.

Tatu
Photo : © NJ Wight

Pour approfondir la communication avec les chimpanzés Tatu et Loulis, quelques-uns des soignants utilisent le langage américain des signes. « C’est hallucinant de constater le degré de subtilité des échanges entre un chimpanzé et un soignant quand les deux communiquent par signes. Il est possible d’avoir une conversation qui dépasse la satisfaction des besoins primaires. Tatu, qui est une de nos pensionnaires « alphabétisées », si je puis dire, m’a étonnée lorsqu’elle m’a demandé où étaient mes filles qu’elle n’avait pas vues depuis des mois. La plupart des gens n’aiment pas trop ressentir cette proximité de comportement et sont inconfortables avec cette notion que les animaux sont des êtres sensibles qui sont plus proches de nous qu’on veut bien nous le faire croire », précise Dr Mary Lee.

Elle ajoute : « Les chimpanzés savent exactement décoder les humeurs des soignants. S’ils ont la forme ou pas. S’ils sont stressés, etc. » Tant que nous réfutons la nature sensible des animaux, notamment celle des chimpanzés, nous nous arrogeons le droit de les garder en captivité dans les zoos, de les charcuter ou de leur inoculer des maladies en laboratoire, d’en faire des sujets d’étude en les isolant de leur clan. The Nonhuman Rights Projects est le seul projet civil qui milite en faveur de la reconnaissance du droit des animaux non-humains.

Pour en savoir plus : https://www.nonhumanrightsproject.org

Le bouddhiste Matthieu Ricard a récemment publié un ouvrage intitulé : Plaidoyer pour les animaux, où il questionne notre manière inhumaine de traiter les animaux.

Pour en savoir plus : Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux

Vingt ans plus tard

Fauna Foundation célébre ses 20 ans cette année. La propriété a doublé en superficie. Une portion des 200 acres est reconnue par le gouvernement du Québec comme la Réserve naturelle du Ruisseau-Robert. Outre la faune et la flore sauvage, Fauna Foundation abrite environ 80 animaux. Désormais, un décret de la ville, leur interdit d’héberger des animaux exotiques à moins qu’ils ne soient en grand danger.

La ménagerie est composée de quatre vaches, un âne, un cheval, un porc, quatre chèvres, plusieurs canards et oies, trois lapins, deux coqs, quatre singes (un babouin olive, deux macaques rhésus – rescapés de laboratoire et un macaque japonais – 27 ans en captivité dans une animalerie),

14 chimpanzés (dont Toby du zoo de Saint-Félicien, Maya et Spock du zoo de Québec et récemment de Dolly et Blackie du parc safari d’Hemmingford), 15 chats et trois chiens.

Toby
Photo : © NJ Wight

Fauna Foundation vit des dons du public et a besoin d’au moins 500 000 $ par année pour assurer une qualité de vie à leurs pensionnaires. Vous pouvez participer de différentes manières pour les soutenir : adoptez un chimpanzé, participez au symposium du sanctuaire (vous trouverez les dates sur le site – entre le 23 avril et le 1er octobre) ou à un atelier d’une journée, le 23 juillet prochain, qui est une première. Au cours de cet atelier, vous aurez notamment l’occasion d’apprendre les rudiments du langage des signes utilisé par les chimpanzés et de contempler leur production artistique. La fondation a une boutique en ligne où vous pourrez acheter son fameux livre de recettes et divers autres produits. Vous trouverez d’autres idées originales pour soutenir Fauna Foundation et une foule d’informations sur les chimpanzés dont des portraits individuels de chacun d’eux. Vous ne verrez plus les chimpanzés de la même manière. Fauna Foundation est toujours à la recherche de bénévoles. Avis aux intéressés.

«  Nous ne pourrons redonner aux chimpanzés ce que nous leur avons fait subir mais nous pouvons leur donner de l’amour, du confort, de bons soins et un lieu sécuritaire où vivre. En changeant notre vision du monde et en ouvrant nos cœurs nous aurons un monde meilleur à nous partager », de conclure Dr Mary Lee Jensvold

Clôde de Guise

Pour en savoir plus : Fauna Foundation




Clôde de Guise
coupsdecoeurvoyages.com


On est aux oiseaux en Tanzanie


Accueil
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 9 — Mercredi, 3 mai 2017
  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE