Imprimer Imprimer

Soyons incroyables !

ChampsLibres

Soyons incroyables!

Pour cette dernière livraison du printemps 2013, j'aurais pu vous entretenir de la teneur d'un rapport du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs qui relate que l'eau de certains puits situés à proximité de champs de pommes de terre est si contaminée par l'herbicide métribuzine qu'elle ne peut même pas servir à l'irrigation, car elle détruirait les cultures, mis à part les pommes de terre. Étonnamment, le même rapport statue que les taux détectés ne dépassent pas les normes d'eau potable. Je me dis que si ça tue les plantes, ça doit aussi tuer le monde...


Je pourrais aussi vous parler d'une toute récente étude du consortium Ouranos Études des cas pour faciliter une gestion efficace des ennemis des cultures dans le contexte des risques phytosanitaires liés aux changements climatiques qui conclue qu'en réponse à la hausse des températures, les agriculteurs augmenteront l'utilisation des pesticides sur les cultures afin de les protéger de leurs ennemis qui se font d'ores et déjà plus nombreux et plus résistants. Et pourtant la démonstration est faite que toutes les cultures alimentaires mondiales — patate, raisin, banane, café, chocolat, soya, canola, maïs, riz, etc. — peuvent être conduites en régie biologique. Pourquoi ne pas forcer les agriculteurs à opter pour cette approche qui ne contamine pas notre nourriture, nos sols et nos puits, nos lacs et nos rivières et contribue à freiner l'effet de serre responsable des changements climatiques. Serait-ce lié aux 44 milliards que génère chaque année la vente de pesticides qui contribuent au PIB des pays producteurs ?

Mais je délaisse pour cette dernière chronique ces sujets désespérants pour vous entretenir d'une initiative jardinière originale initiée en 2008 par Mary Clear et Pam Warhurst dans la commune de Todmorden, dans le nord de l'Angleterre qui consiste à transformer une partie de l'espace public en une multitude de potagers dont les fruits sont partagés par tous les membres de la communauté. Cette démarche inédite fut par la suite introduite en France et adaptée aux pratiques françaises par François Rouillay et Jean-Michel Herbillon qui la nommèrent Les Incroyables Comestibles.


L'approche retisse les liens sociaux entre les générations et encourage de nouvelles coopérations solidaires. En participant à cette dynamique de production collective locale, les jardiniers se reconnectent entre eux, initiant de nouveaux rapports non plus basés sur la compétition qui sépare et divise, mais sur une coopération à tous les niveaux où chacun trouve à exercer son talent en réponse aux besoins du projet. Une façon heureuse de réagir à une crise économique rampante et latente qui permet de mettre en place les fondements d'un nouvel ordre économique reposant sur les besoins réels des citoyens et non sur ceux d'une minorité cupide et oppressante.

Pour en savoir plus sur Les Incroyables Comestibles :
http://www.incredible-edible.info/

http://youtu.be/KGwrcVWI6bwhttp://ow.ly/lDrso

Je conclus cette chronique en vous livrant en version audio ce texte que je dis spontanément sur une musique de Richard Lalonde, mon collègue de Terre cuite. La pièce qu'il a composée s'intitule Métamorphose. Bonne écoute et surtout... soyons incroyables!


Yves Gagnon

Site internet : Les Jardins du Grand-Portage


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9 Numéro 12 — Mercredi, 19 juin 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE