Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Fêter quoi ?

ChampsLibres

Le temps des fêtes

Expression dont je cherche toujours le sens en cette période de consommation fébrile, d'inconscience sociale, environnementale et politique. Une époque opaque où la matière, la cupidité, l'exploitation et l'individualisme ont préséance sur la nature et la vie, l'eau et la terre, le respect, le partage et le bien commun.

Le problème lorsqu'on aime la vie et qu'on veille à son chevet, c'est que les bonnes nouvelles sont plutôt rares.

Je pourrais vous entretenir des ours polaires, qui faute de banquise et de phoques, se rapprochent des habitations. En quête de nourriture, ils attaquent parfois les humains et se font abattre, sans procès ni sommation, par les autorités responsables...

Sables bitumineux
Photo : Greenpeace

Je pourrais vous entretenir de la commission parlementaire bidon tenue par le parti québécois qui a donné le feu vert au projet d'Enbrige d'inverser et d'augmenter le flux de son vétuste oléoduc 9B datant de 1975 pour nourrir nos raffineries de Montréal Est avec quelque 300 000 barils de pétrole lourd par jour et ainsi protéger quelques emplois d'une autre époque. Grâce au Québec et à un gouvernement qui se dit écologiste et social-démocrate, l'industrie des sables bitumineux qui produit le pétrole le plus sale de la planète pourra poursuivre son expansion et continuer impunément à répandre sa souillure dans la nature. Considérant que 610 déversements de pétrole furent attribués à Enbridge depuis les 10 dernières années, comment pouvons-nous leur faire confiance ?

Je pourrais vous entretenir du bonheur que nous aurons d'ici peu de déguster du saumon transgénique élevé au Panama à partir d'œufs produits à l'Île-du-Prince-Edouard par la firme américaine AquaBounty. L'approbation de la production des œufs transgéniques a été donnée dans le plus grand secret à Ottawa le 23 novembre dernier. Le saumonstre est le premier animal modifié génétiquement qu'on pourra élever sur la planète en toute légalité et offrir aux consommateurs sans qu'ils en soient informés, puisque l'étiquetage des OGM n'est pas obligatoire. Ce saumon OGM sera moins coûteux à produire, car deux gènes – l'un du saumon Chinook et l'autre d'une espèce d'anguille – qu'on aura greffés au code génétique du saumon Atlantique lui permettront de croître deux fois plus rapidement. L'histoire ne dit pas si le consommateur prendra lui aussi deux fois plus de poids pas plus qu'elle ne dit quels fonctionnaires et quels politiciens furent engraissés pour autoriser cet élevage qui menace de contamination génétique l'une des perles de l'évolution aquatique que constitue le saumon atlantique. Je n'ose même pas me demander si l’on a fait des tests pour évaluer les conséquences de la consommation de ce poisson modifié pour la santé humaine. S'avèrera-t-il poison ce poisson ? Les cobayes que nous sommes donneront la réponse sous peu !

Je pourrais aussi vous entretenir de la rétraction de la revue scientifique Food and Chemical Toxicology (FCT) de l'étude réalisée sur le maïs transgénique NK603 – permis de culture au Canada depuis le début des années 2000 – par le docteur Gilles-Éric Séralini et son équipe sur une période de deux ans avec 200 rats et 100 paramètres d'analyse. Après 13 mois d'alimentation avec des croquettes de maïs NK603 traité au Roundup « se produit un phénomène que nous n'avions pas prévu en commençant l'expérience : la multiplication des tumeurs. C'est le début de la deuxième année de consommation et les corps des femelles sont déformés. Les anomalies dépassent vite celles constatées chez les mâles. Les animaux font peine à voir. Les tumeurs ne cessent plus d'apparaître.1 »


(Tiré du film Tous cobayes ?, une réalisation de Jean-Paul Jaud, 2012)

Une fois une étude publiée, on doit en tenir compte pour les évaluations ce qui ne convient pas aux sociétés agrochimiques qui exigent d’avoir les champs libres pour établir leurs cultures de la mort. C'est un ancien dirigeant de Monsanto, Richard Goodman, nouvellement responsable de l'édition pour la revue FCT, qui a vu à la rétraction de l'étude de Séralini. La journaliste Corinne Lepage du quotidien Libération commentait ainsi la décision de la revue scientifique : « Les pressions pour la dépublication de l'étude du Pr Séralini montrent à quel point l'industrie biotech est en mesure de contrôler la production scientifique elle-même. On assiste à une véritable prise de pouvoir des lobbies, et c'est extrêmement préoccupant pour nos sociétés. »

Comme ces sujets sont trop déprimants pour le temps des fêtes, je préfère donc vous entretenir de deux CD que j'ai particulièrement appréciés cette année. Les compositeurs, Thomas Hellman et Yann Perreau, ont mis en musique des textes de deux grands poètes québécois qui me furent révélés grâce à ces productions.

D'abord, Thomas Hellman chante Roland Giguère, un livre CD publié à l'Hexagone. J'ai toujours aimé la voix chaude et suave de Thomas Hellman, sa guitare et son banjo aux accents folks du Sud, découverts avec l'album L’appartement.

Ici, il conjugue admirablement d'entrainantes mélodies aux vers de Roland Giguère – 1929-2003 – tirés de ses recueils L'âge de la parole aux Éditions Typo et Temps et Lieu aux Éditions de l'Hexagone. Le livre CD, actuel et pertinent, est magnifiquement habillé par des dessins et des textes calligraphiés de l'auteur qui fut également peintre, graveur et éditeur.

je vois les champs renversés
les champs inutiles où l'eau potable se gâte
des yeux qui ont soif me dévorent

Yann Perreau que j'apprécie pour son indépendance, sa présence, sa fougue et la qualité de ses musiques m'a complètement captivé avec son dernier opus, à genoux dans le désir, dans lequel il met en musique des textes de Claude Péloquin, un poète insolent et lucide. L'auteur de Lindbergh et du célèbre « Vous n'êtes pas écoeurés de mourir, bande de caves » est ici très bien servi par la créativité de Perreau qui propulse les textes du poète dans des sphères de pur enchantement. Catherine Major, Marie-Pier Arthur, Arianne Moffat et Lisa Leblanc, pour ne nommer qu'elles, apportent chacune une touche personnelle à l'une des dix pièces de l'album.

Ils nous trimballent en rodéo débile
Jouer dans les  lignes à haute tension
Baigner dans les mers d’huile
Manger du poisson au poison

Je termine cette chronique préfestivités avec une recette de gâteau aux fruits, car j'en ai soupé de voir en circulation ces gâteaux industriels aux fruits imbibés de colorants et de pesticides.

Pour préparer l'explosive confection, je n'utilise que des fruits séchés bios. Par surcroît, le gâteau développe sa saveur au fil du temps. Vous pourrez ainsi le savourer égoïstement ou socialement tout l'hiver durant.

Gâteau aux fruits explosif (2 gâteaux)

Ingrédients

100 g d'amandes entières
100 g de noix de Grenoble
100 g de noisettes entières
200 g de raisins secs
100 g d'ananas déshydratés
100 g de dattes dénoyautées
100 g d'abricots déshydratés
100 g de poire déshydratés
100 g de figues déshydratés
100 g de canneberges déshydratés
60 ml de rhum brun
480 ml de farine à pâtisserie
5 ml de poudre à lever
5 ml de sel
200 g de beurre
240 ml de sucre blond
6 gros œufs
10 ml de vanille

Préparation

Sortir le beurre du réfrigérateur pour qu'il soit à température ambiante.

Tailler les ananas, les dattes, les abricots, les poires et les figues en morceaux. Faire macérer durant une heure les fruits séchés et les noix dans le rhum. Remuer quelques fois.

Mélanger la farine, le sel et la poudre à lever.

Battre en crème le beurre, le sucre puis ajouter les œufs un à un.

Ajouter les fruits et les noix à la farine. Mélanger et verser petit à petit ces ingrédients dans la mixture œuf/beurre en remuant, mais sans excès.

Transférer le tout dans deux moules en pyrex beurrés de 12 x 21,5 cm et couvrir la pâte d'un papier parchemin.

Cuire au four durant 2 h 30 à 140 °C en prenant soin de placer un contenant d'eau dans le four pour accompagner le gâteau durant sa cuisson. Attendre que le gâteau soit refroidi pour le sortir du four et le démouler. Conserver au réfrigérateur dans un linge légèrement humecté de rhum.

Variantes

On choisit les fruits séchés selon les fruits bios disponibles. Il faut miser sur la fraîcheur et la qualité. S'il manque un fruit, on peut doubler la quantité d'un autre. Les poires et les abricots sont incontournables. Les cerises déshydratées donnent un caractère racoleur au gâteau. On peut employer une farine de kamut ou d'épeautre en mélange avec de la farine blanche ou de la farine à pâtisserie. Il est intéressant de remplacer le rhum par un whisky ou un brandy de qualité. Si l’on préfère ne pas utiliser d'alcool, on emploie du jus d'orange ou du jus de canneberge pour ramollir les fruits.

Le temps des fêtes
C'est du temps
Pour s'exercer à la conscience
C'est du temps
Pour prendre le temps
C'est du temps
Pour s'arrêter
Arrêter se se projeter
Dans le temps et l'espace
C'est peut-être
Le temps d'être
D'être
Tout simplement


Yves Gagnon

Site internet : Les Jardins du Grand-Portage


1- Séralini, Gilles-Éric. Tous cobayes. 2012, p. 92.

Organisme québécois de lutte contre les organismes modifiés génétiquement :
Vigilance OGM
454, rue Laurier Est (3e étage)
Montréal QC H2J 1E7

contact@infoogm.qc.ca - Page Facebook


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 21 — Mercredi, 18 décembre 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE