Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Des nouvelles du jardin

Champs libres

Des nouvelles du jardin

Asperges

Avec la chaleur qui a tardé à se manifester, la végétation fut lente à se déployer. Je fus ainsi plus longtemps que de coutume à scruter la surface de la terre dans l’espoir de voir poindre les premiers turions d’asperge. Mais grâce à la canicule qui s’est maintenant installée, nous avons le bonheur d’assister à une prodigieuse explosion du règne végétal. Ainsi, d’ores et déjà, nous récoltons une profusion d’asperges que nous apprêtons à toutes les sauces. Hier soir, elles garnissaient une décadente pizza aux trois fromages. C’est cependant poêlées que je les apprête le plus souvent, car elles conservent de cette façon une texture ferme et ne cèdent aucun arôme à l’eau de cuisson.

Verdures printanières

Les verdures se sont également fait attendre, figées qu’elles étaient dans ce printemps frileux. La chaleur nous permet maintenant de jouir sans retenue de diverses laitues, de feuilles d’épinard, de roquette, de moutarde, de chicorée frisée et de coriandre que nous amalgamons en de magnifiques mescluns. Nous y intégrons des oignons verts issus de nos échalotes de Sainte-Anne, semées en août dernier. Elles seront remplacées sous peu par les oignons verts des échalotes German Brown, plantées en même temps que l’ail, à la fin d’octobre.

L’ail, toujours vigoureux en période froide, atteint déjà 40 cm et nous surveillons déjà la présence de larves de la teigne du poireau que nous traiterons avec du BTK lorsqu’elles seront légion. Ce sera alors le temps de récolter les tiges de fleurs d’ail et d’en faire du pistou.

La livèche doit être récoltée lorsque les feuilles sont jeunes: ainsi elle offre le meilleur d’elle-même. Après avoir blanchi les feuilles à l’eau salée durant une minute, j’en ai fait un suave pistou que je congèle pour aromatiser de futurs potages.

Nous avons à ce jour transplanté nos concombres, nos melons, nos tomates, le basilic et le persil et au moment où vous lirez ces lignes, la presque totalité des cultures légumières sera établie. Il ne restera que quelques fleurs, plantes aromatiques et médicinales à mettre en terre, après quoi ce seront les tâches routinières d’entretien et de récolte qui deviendront notre quotidien.

Ajuga

Dans les sections ornementales vivaces, nous extirpons méthodiquement du sol les tiges de chiendent en prenant bien soin de retirer toutes les racines et ainsi prévenir un envahissement par cette graminée sournoise durant l’été. J’utilise un couteau ou une truelle étroite afin d’en dégager les rhizomes et d’éviter qu’ils ne se rompent au moment où je tire la tige. Le printemps se prête particulièrement bien à cette tâche fondamentale pour maintenir les jardins propres et chatoyants. Elle exige une attention constante et devient un exercice de concentration qui conduit à l’intérieur de soi. Les tiges séchées de thym sont taillées à la cisaille ou au sécateur, les adventices arrachées, les couvre-sol ratissés, une caresse qui stimule la reprise végétative et encourage l’imbrication harmonieuse des espèces rampantes qui recouvrent cet espace singulier, en mouvance perpétuelle.

Comme tous les printemps, le jardin se refait une beauté. Il se déploiera encore une fois en de multiples scènes, parfois dramatiques parfois énigmatiques, parfois troublantes parfois lumineuses. En souhaitant que ce 37e jardin ravisse les amateurs de nature, les artistes et les jardiniers de tous acabits qui pourront s’y fondre cette année du 9 juillet au 5 septembre.

Sur ce, je vous salue et vous dis le bonheur que j’ai conservé tout du long de cette cinquième année d’écriture pour Covivia. Au plaisir de se reconnecter en août !

Asperges grillées au sirop d’érable et à l’orange (de 4 à 6 portions)

Ingrédients

24 asperges
45 ml (3 c. à table) d’huile d’olive
30 ml (2 c. à table) de sirop d’érable
le jus d’une demi-orange
sel, poivre au goût
2,5 ml (½ c. à thé) de thym ou de romarin
Ciboulette fraîche hachée pour la garniture
Zeste d’orange

Préparation

Parer le pied des asperges à l’aide d’un économe.

Dans une poêle, faire chauffer l’huile et y colorer les asperges entre 5 et 10 minutes en les retournant au besoin. Déglacer au sirop d’érable et au jus d’orange. Assaisonner avec le sel, le poivre et le thym. Poursuivre la cuisson jusqu’à la tendreté des asperges. Servir chaud garni de ciboulette hachée et de zeste d’orange.

Le pistou de livèche (250 ml ou 1 tasse)

Ingrédients

500 ml (2 t) de feuilles de livèche lavées et essorées
80 ml (⅓ t) d’huile d’olive
1 gousse d’ail
15 ml (1 c. à table) de jus de citron
5 ml (1 c. à thé) de sel

Préparation

Retirer les tiges de la livèche puis faire blanchir les feuilles durant 1 minute dans une eau bouillante contenant 5 ml (1 c. à thé) de sel. Refroidir à l’eau glacée. On obtient alors 250 ml (1 tasse) de feuilles blanchies qu’on hache grossièrement.

Associer l’huile, le jus de citron, l’ail et le sel dans le mélangeur ou le robot qu’on actionne.

Ajouter les feuilles de livèche blanchies graduellement, l’appareil en marche, de façon à obtenir, au final, une pâte onctueuse.

Le pistou se conserve quelques semaines au réfrigérateur. On peut le congeler dans des petits pots ou encore dans des moules à glaçons.

Variantes

Il est intéressant d’intégrer à la recette des oignons verts, de la ciboulette ou du persil. On peut aussi expérimenter avec des feuilles de roquette.

Ces deux recettes sont tirées de mon livre de cuisine Le festin quotidien qu’on peut se procurer cet été aux Jardins du Grand-Portage au prix de 25 $, taxes incluses, une économie de 6,50 $ sur le prix en librairie, une dédicace de l’auteur en sus.

Le jardin

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage


Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 11 — Mercredi, 8 juin 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE