Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

La fébrilité liée aux premiers semis

La fébrilité liée aux premiers semis

Lundi matin – 3 mars – je démarre mes premiers semis pour cette nouvelle saison de jardinage: du basilic, de la coriandre et de la laitue en feuilles pour installer dans la serre en avril et des oignons pour transplanter au jardin dès les pemiers jours de mai.

Je sème ces végétaux en journée feuille en conformité avec le calendrier biodynamique qui indique que la lune se trouvera devant la constellation Poisson, un signe d'eau favorable à la croissance des feuilles. Je suivrai avec le semis d'artichaut en Scorpion, un signe d'air qui favorise le développement des fleurs, un choix approprié pour l'astéracée dont la partie comestible est un bouton floral. En biodynamie, on sème, on repique, on transplante, on bine et on récolte chaque légume en cycle lunaire favorable. Le calendrier Stella Natura de Kimberton Hills donne toutes les indications relatives à cette approche.

Les premiers semis marquent pour nous le début de notre 35e jardin. Tout comme les semences que nous mettons à germer, nous reprenons vie après un hiver polaire qui n'en finit plus. J'ai rentré près du poêle à bois une poche de compost de feuilles bien mûr qui servira à préparer le terreau de germination duquel émergeront les jeunes plantules.

J'associe 3 parties de compost végétal bien décomposé avec 3 parties de vermiculite et 3 parties de perlite. J'humecterai le mélange sans excès puis je disposerai le substrat dans des caissettes et sèmerai les oignons à la volée, à raison d'une centaine de semences par caissette standard; j'enlignerai les laitues, le basilic et la coriandre dans une autre caissette. On recouvre les semences de trois fois leur épaisseur de terreau, mis à part le basilic qui a besoin de lumière pour germer: on saupoudre dans ce cas la semence de seulement quelques milimètres de terreau. On arrose à l'aide d'un jet fin – un arrosoir à bec inversé s'impose si on désire s'y mettre sérieusement – puis on place les caissettes dans un endroit chaud de la maison.

Dès qu'on observe un renflement à la surface du terreau, on place les caissettes sous des fluorescents de façon à octroyer aux jeunes plants de 14 à 16 heures de lumière par jour, sans quoi, ils s'étioleront et deviendront flasques et fragiles. Si on place les semis en bordure d'une fenêtre, on peut n'utiliser que des fluorescents de type Cool White, alors que si on les installe dans un lieu sombre, sans offre de lumière naturelle, on devrait opter pour des fluorescents à spectre complet. Le sommet des plants doit être à quelques centimètres des néons, pour une pleine efficacité.

Au début de leur croissance, les plantules, à cause de leur surface foliaire réduite, transpire très peu ce qui réduit leur besoin en eau. L'erreur la plus fréquente observée est l'arrosage excessif, ce qui cause des problèmes de fonte des semis et de moisissure. En période nuageuse, un arrosage léger aux 3 jours suffit. S'il fait soleil, on arrose aux deux jours. Pour éviter les coups de froid, on tire les rideaux ou on baisse les stores le soir.

On ne repique pas les oignons, mais les laitues, tout comme la plupart des légumes, doivent être repiqués dans un terreau de croissance au stade des premières vraies feuilles.

Je vous entretiendrai de la suite des choses dans une prochaine chronique. Prenez votre temps pour les tomates et les poivrons, car rien ne sert de courir, il faut les partir ... au moment opportun: fin mars pour les poivrons, début d'avril pour les tomates.

Bon semis!

Yves Gagnon

Les Jardins du Grand-Portage
Catalogue de semences des jardins
Bon de commande


Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 4 — Mercredi, 5 mars 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE