Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Vagabondage Ô Canada (suite et fin)

Vagabondage Ô Canada (suite et fin)

C'est toujours vers 17 heures que mon estomac me rappelle que l'heure est venue de songer au souper. N'ayant pu faire des courses sérieuses depuis notre retour du Canada, le vide du réfrigérateur me coupe l'inspiration. Par contre, le jardin et le caveau regorgent de légumes: je devrais donc m'en tirer!

Je récolte quelques laitues, du kale, du persil, de la roquette, de la moutarde et de la chicorée pour le mesclun quotidien. Je saisis 2 poivrons, une aubergine dans l'atelier, quelques tomates dans la serre et me rends en cuisine, ne sachant pas trop encore vers quelle préparation je me dirige. Je mets à griller dans un poêlon les poivrons en morceaux grossiers, l'aubergine en tranches ainsi que 2 champignons émincés. Je sale l'aubergine et les champignons, ajoute un peu d'huile d'olive au besoin, retourne les légumes pour qu'ils s'abandonnent dans la poêle sans toutefois qu'ils ne colorent trop. Diane en entrant dans la maison est séduite par le mariage d'effluves qui embaume la maison.

Ça sent ben bon! Tu fais quoi?

Des grilled cheese aux légumes!

Les mots sont sortis du ventre! Le menu était déterminé.

On pourrait peut-être ouvrir le Cabernet franc du Frogpond Farm en accompagnement?

Pourquoi pas? Je suis curieuse de le goûter dans un autre contexte!

Un des grands plaisirs de l'amateur de vin consiste à savourer tranquillement une bouteille de vin rapporter de voyage. Ça ramène aux émotions et aux parfums des lieux visités, à l'énergie des gens rencontrés.

Lors de notre passage dans la vallée du Niagara la semaine dernière, nous avions choisi de visiter trois vignobles, car bien sûr, on ne peut tous les faire. Donc, un petit vignoble bio, le Frogpondfarm, un vignoble bio de taille moyenne, le Ravine Vineyard, et un autre, plus industriel, mais en culture raisonnée, le Château des Charmes.

Mercredi

C'est déjà notre dernière journée en Ontario. Comme toujours, le temps s'égraine trop rapidement! Après le copieux déjeuner anglais de Vicky, une marche digestive sur la piste cyclable bordant la rivière Niagara, nous amorçons cette journée consacrée à la visite de vignobles et à l'achat de quelques bouteilles.

On s'arrête d'abord à Frogpond farm, le premier vignoble biologique de la région, certifié depuis 2001. Comme nous arrivons avant l'heure d’ouverture, nous arpentons les lieux, observons les pintades qui vagabondent librement dans le vignoble où elles participent au contrôle des plantes compétitrices et des ravageurs tout en fertilisant les vignes.

Nous sommes accueillis au kiosque par le jeune Steven qui nous décline la philosophie de l'entreprise et nous fait goûter quelques pinards, dont un vieux Riesling 2008. Nous concluons avec un doigt de cabernet franc-merlot puis de cabernet franc seul qui nous séduit instantanément : robuste, terreux, plein de caractère, parfait pour les plats mijotés. On en prend une bouteille et on poursuit notre périple dans notre petite Fiat 500, vers le Château des Charmes.

Ici l'accueil est somptueux. Les lieux rappellent les châteaux de France. Accueil un peu trop solennel et approche trop formelle pour moi. Je préfère le côté paysan de l'agriculture que je ne retrouve pas ici, mais on se laisse tout de même séduire par les propos de la conseillère qui nous raconte comment la famille Bosc perçoit la viticulture pratiquée ici sur des vignobles totalisant 35 ha et de quelle façon elle a construit cette entreprise de prestige, hautement considérée de par le monde pour ses vins, plus particulièrement pour ses vins de glace. Tout en discourant oenologie, elle nous propose un plateau de dégustation comprenant un Sauvignon blanc bien claquant, le St David's Bench, tout en notes d'agrumes et d'herbes, suivi d'un Pinot Noir qui nous laisse indifférent. Nous poursuivons avec un rutilant Cabernet franc, le cépage le mieux adapté au climat local, nous explique-t-elle. Il donne des vins bourrus et rustiques, extrêmement séduisants. On apprend que l'hiver dernier fut intraitable pour le Pinot noir, le Merlot et le Cabernet Sauvignon alors que le Cabernet franc a bien résisté. La dégustation se conclut avec un verre de Late Harvest Riesling 2008, suave, liquoreux à souhait. Nous quittons avec une bouteille du Sauvignon blanc et une de la vendange tardive. On peut dire que la matinée fut apéritive. L'estomac nous interpelle. Il faut maintenant y acheminer quelques solides.

Notre troisième destination, le Ravine Vineyard, est tout près. Heureusement, car les facultés commencent à s'altérer. Leur restaurant nous permettra sûrement de rétablir notre équilibre acido-basique.

Une fois sur place, on nous informe qu'une table sera libre dans une demi-heure. On nous suggère de visiter le Tasting Parlor où nous sommes accueillis avec bienveillance et authenticité par Tommy qui nous invite à une table ronde, autour de laquelle il nous raconte l'histoire de l'entreprise, son approche écologique tout en nous préparant un plateau de dégustation qu'il nous est difficile de refuser. On enfile l'un derrière l'autre un verre de Cabernet rosé, fruité et coulant— vu de même, on a l'air sur la galère, mais il faut préciser que ce sont de petits verres de 30 ml partagés — un verre de Gewurstraminer, pas trop parfumé, sec et capiteux comme je les aime, et pour terminer un verre de Small Batch Riesling, élaboré avec des raisins colonisés par le botrytis, un champignon qui crée ce qu'on appelle la pourriture noble qui rend le vin plus rond et plus moelleux. Ce fut notre coup de coeur de la journée. Nous quittons avec une bouteille de Gewurstraminer, une de Small Batch Riesling et une de leur vin de glace de Cabernet franc, pour déguster aux Fêtes.

Notre serveuse nous informe que notre table est prête. Nous nous laissons séduire par la qualité de la proposition culinaire du jeune Nathan qui démontre par chacune de ses créations que la véritable gastronomie n'est pas une affaire de marketing, mais bien une question de coeur, de terroir et, bien sûr, d'un peu d'intuition et d'audace.

Une fois le double expresso siroté — même le café est bon ici —, nous nous perdons dans les rangs de vigne, observant, étudiant, photographiant et dégustant les différents cépages établis. Dans ce vignoble, pas de canon à oiseaux, dont on subit continuellement le retentissement aléatoire partout dans la vallée. Ici, les raisins sont protégés par des filets et les oiseaux trouvent refuge. Nous apprécions ce paysage vivant et ludique créé par des visionnaires qui privilégient la collaboration entre l'homme et la nature qu’ils savent la seule voie permettant le maintien de la capacité nourricière de la Terre.

J'ai tranché quatre tranches de pain kamut épeautre. J'ai posé sur deux d'entre elles, de minces tranches de fromage Victor et Berthold puis quelques légumes grillés encore tièdes que je recouvre d'une tranche de pain. À feu moyen, je fais frémir l'échafaudage dans une poêle avec un peu d'huile d'olive pendant que Diane toue le mesclun.

Le cabernet franc du Frogpond Farm est versé dans nos verres de dégustation. Le nez est explosif. En bouche, il est un peu revêche et râpeux comme avec la syrah. Complexe, il rappelle les griottes caramélisées, les cèpes sautés, le bois noble, le racinage. Accord parfait pour le Grilled Cheese aux légumes sautés!

Diane en le goûtant clame spontanément :

On aurait dû le garder pour faire goûter aux enfants.

Voyons! Y en aura d'autres. Il faut aussi savoir être égoïste, à l'occasion!

frogpondfarm.ca
chateaudescharmes.com
ravinevineyard.com

Il m'importe d'ajouter en guise de conclusion qu'il nous en a coûté 21,50 $ de pétrole pour cette escapade train-autobus-petitevoitureenlocation. Par ailleurs, nous fûmes témoins qu'une épidémie de mouffettes était en cours à Niagara-on-the-Lake, une nouvelle espèce qui s'ajoute aux ratons, aux marmottes, goélands, pigeons, perce-oreilles, scarabées japonais, coccinelles asiatiques et agriles du frêne, comme peste de nos villes et de nos banlieues.

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage


Après avoir lancé devant une foule enthousiaste
mon nouveau spectacle Vers solidaires
au vignoble Saint-Gabriel le 22 octobre dernier,
l'auteur-compositeur-interprète que je suis
récidive le samedi 15 novembre
à l'auberge La P'tite Verte,
à Sainte-Émélie-de-l'Énergie.


Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 17 — Mercredi, 5 novembre 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE