Imprimer Imprimer

Une nouvelle qui fait du bien

Une nouvelle qui fait du bien

Les bonnes nouvelles en environnement sont plutôt rares par les temps qui courent.

Je partage donc celle-ci avec vous en souhaitant qu'elle vous allège quelque peu le karma, comme ce fut le cas pour moi lorsque je l'ai apprise, lors du conseil des maires de la MRC de D'Autray qui se tenait à Berthierville, le 4 février dernier! Contre toute attente, le conseil de la MRC dont je fais partie a rejeté catégoriquement et à l'unanimité le passage de l'oléoduc Énergie Est sur son territoire.

Own work
Par btr

Le tracé de l'oléoduc de plus de 1 mètre de diamètre doit traverser les municipalités de Lavaltrie, de Lanoraie et de Berthierville, au sud de l'autoroute 40, enjambant 43 cours d'eau, dont les rivières Saint-Joseph, Bayonne, Chicot, Saint-Jean et Chaloupe, ces deux dernières se jetant dans le Saint-Laurent près de prises d'eau qui alimentent en eau potable les villes de Lavaltrie et de Berthierville. L'oléoduc doit également scinder la tourbière de Lanoraie, l'un des plus grands milieux humides intérieurs des basses terres du Saint-Laurent — 7 700 ha — un milieu qui joue un rôle fondamental dans la régulation et la qualité de l'eau, l'irrigation des terres agricoles et la conservation de la biodiversité faunique et floristique.

Peat Bog
Par incidencematrix

Le conseil des maires avait mandaté le 3 septembre dernier la firme J. Harvey Consultant & associés pour produire un rapport exposant les impacts du projet Énergie Est sur le territoire de la MRC. Ce rapport fut présenté au public le mercredi 21 janvier dernier. Les maires des municipalités se sont ensuite rencontrés pour l'analyser. Lors du Conseil des maires du 4 février, leur refus fut révélé au public présent qui l'accueillit avec des cris de joie et des applaudissements nourris.


Photo : l'Action

Le maire de Lanoraie, Gérard Jean, très proactif dans le dossier, a souligné l'importance du travail des comités Vigilance hydrocarbure qui ont sensibilisé la population et les élus aux conséquences catastrophiques de l'installation de l'oléoduc qui transporterait, si le projet voit le jour, 1,1 million de barils de pétrole lourd par jour jusqu'à des raffineries et des ports de l'est du pays.

Le rapport de la firme révélait que des fuites de moins de 1,5 % du débit total de l'oléoduc sont impossibles à détecter. Or, de telles fuites représenteraient 2,6 millions de litres par jour, des quantités significatives qui souilleraient pour des générations les cours d'eau et les terres qu'il doit traverser.

Ce gain politique est important, mais la guerre est loin d'être gagnée. Souhaitons qu'elle exerce un effet d'entrainement sur les autres MRC que doit franchir l'oléoduc. La mobilisation citoyenne devient dans ce dossier plus importante que jamais. Chacun peut militer au sein de son comité Vigilance Hydrocarbures, questionner ses élus, sensibiliser ses voisins ou écrire à son député ou aux ministres concernés par ce dossier scabreux.

En studio

Pour ma part, j'entre en studio afin d'enregistrer 20 textes — certains a cappella, certains avec ambiances sonores et d'autres chantés — qui figureront sur le cd qui accompagnera Écorchis, mon prochain recueil de poésie, à paraître ce printemps chez Planète Rebelle.

rien

Pour conclure cette chronique, je vous livre le premier texte qui y figurera.

Aube fragile

Nature

À l'orifice d'un matin givré de mai
Je milite résolument
Pour nos rêves dissipés

Tapi solitaire
Au creux de tes hanches
Je m'abreuve
Aux échancrures
De ton souffle ténu

Ma bouche frémit
Aux aisselles de tes ailes
Déployées et ravissantes
Pour te murmurer encore et encore
L'absurde des mines aurifères

Une escale nécessaire
Pour dénouer l'enchevêtrement
Des chaînes matières
Et juguler le rivage maléfique

Lambeaux de chair
Toujours solidaires
Des lichens et des fougères
Réfugié éternel au sein
De la falaise triste
D'où je vilipende
Notre chevauchée bitume

L'ocre cristallin du ciel a frémi
À la naissance de l'horizon
Des glaçures vermeilles
Éclaboussent mon être
Frisquet esseulé
À l'ombre de ses aspirations

Encore quelques aubes fragiles
Avant de succomber aux cristaux
Abrasifs de l'argile dispersée
Seul et vulnérable
Au pied de la falaise
Triste

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage


Accueil
  Flèche gauche
Volume 11, numéro 3 — Mercredi, 18 février 2015
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE