Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Calamondin, romarin, laurier et citronnier

Champs libres

Calamondin, romarin, laurier et citronnier

Orangerie

Je vous avais entretenu brièvement dans mon Champs libres du 20 janvier dernier de mon orangerie, une pièce vitrée et lumineuse que nous maintenons à 6 °C durant l'hiver, stores baissés la nuit, remontés le jour, question de luminosité pour les plantes qui y séjournent et de température pour les humains et les plantes qui apprécient le 25 °C qu'il y fait lors des journées ensoleillées.

Diane a voulu offrir l'automne dernier à notre fils un citronnier et un oranger. Tant qu'à se rendre chez Planterra dans l'ouest de l'île de Montréal, elle décida d'y prendre deux paires d'arbres. Elle revint donc avec deux citronniers Meyer et deux petits orangers d'appartement dits calamondins qui produisent de petits fruits amers, excellents pour la marmelade.

Calamondin

Toutes les plantes tropicales destinées au commerce sont nourries à grand renfort d'engrais chimiques et protégés artificiellement par une panoplie de fongicides et d'insecticides. Leur système immunitaire complètement affaissé, elles nécessitent dès leur acquisition un traitement organique choc. Comme nous étions encore en été, nous avons installé les arbrisseaux à l'ombre d'un arbre dans leurs nouveaux pots de 45 cm de diamètre dans lesquels on a transplanté les petits arbres, une fois les racines nettoyées de leur substrat industriel et mises à tremper durant une heure dans une solution d'algue liquide. Leur nouveau terreau fut constitué à moitié de compost mûr et d'une autre moitié d'un terreau d'empotage de fabrication domestique fait de parties égales de mousse de tourbe, de perlite et de vermiculite.

Les premiers jours, les arbres qui étaient en sevrage de leurs drogues dures semblaient en crise. Leur feuillage se rabougrit, leur vert s'atténua, quelques feuilles jonchèrent le sol. Avec l'automne, se poursuivit leur adaptation à la vraie vie, notamment à la photopériode décroissante ainsi qu'aux températures de plus en plus fraîches qui semblaient conférer aux arbres un certain tonus et un teint plus guilleret.

Laurier Romarin

Avant les premiers gels, nous avons livré un couple d'agrumes en bonne santé à notre fils et avons rentré les deux nôtres dans le solarium. Nous y avons déménagé au même moment un plant de romarin géant ainsi qu'un laurier comestible offert par ma mère lors de son déménagement de la maison familiale. Leur terreau fraîchement renouvelé, il ne fut pas nécessaire de les nourrir durant l'hiver tout comme les agrumes. Un arrosage régulier leur fut cependant nécessaire et une surveillance des parasites — cochenilles, pucerons ou acariens — dont aucun, pour le moment, n'a été observé. Le cas échéant, je traiterais les végétaux attaqués avec du savon insecticide.

À partir d'avril, je fertilise les arbrisseaux, un arrosage sur deux, avec une solution d'émulsion de poisson et d'algues liquide à raison de 5 ml chacun par litre d'eau d'arrosage. La température fraîche de la pièce où ils séjournent en compagnie de quelques autres espèces ornementales semble bien leur profiter, mais la condition qui permet de si bien réussir leur culture, c'est la qualité de la lumière qu'ils reçoivent.

Une fois les risques de gel passés, je sortirai citronnier, calamondin, laurier et romarin à l'extérieur, dans un premier temps à l'ombre sous un arbre, puis je les transférerai dans un espace ensoleillé en prenant soin, les premiers jours, de les voiler du soleil avec une mousseline légère, un tissu plein-jour ou un agrotextile. En été, il ne faut pas oublier de les abreuver régulièrement. Puis l'automne venu, avant de les rentrer, on leur offrira un nouveau terreau.

Fleur de citronnier

Bien que la littérature fasse état d'une floraison d'hiver pour les agrumes, le calamondin déploya ses fleurs dès la fin de l'été, diffusant dans l'air une fragrance musquée et suave. À la prochaine floraison, je me réserverai quelques fleurs que je mettrai à sécher, question de pouvoir me préparer à l'occasion des infusions de fleurs d'oranger au goût si caractéristique.

Les fleurs fécondées ont donné naissance à de petits fruits orange, au goût amer, aujourd'hui prêt à récolter. J'en ferai de la marmelade. En ce début de printemps, le citronnier embaume l'orangerie de ses fleurs de couleur blanche issues de boutons violacés. Qu'il fait bon de s'enivrer de leur parfum capiteux tout en s’exposant aux photons d'un radieux soleil printanier.

Citronnier Meyer

Citrus meyeri

Probablement un croisement naturel entre un citronnier et un oranger. Tolérant une température aussi basse que - 5 °C. Fruit orangé côtelé pesant autour de 75 g, juteux et peu acide, avec pépins. Excellent pour tartes au citron et cuisson avec petits fruits pour confiture. Floraison prononcée au printemps et en automne. Parfum suave et enivrant.

Calamondin

Citrus mitis

Probablement un hybride naturel entre le mandarinier et le kumquat, voici l'agrume parfait pour la culture d'intérieur, car il fleurit sur une longue période, diffusant un parfum parmi les plus suaves. Très facile de culture et nécessitant peu de soin, l'espèce membre de la famille des rutacées est bien adaptée à la culture intérieure et aux conditions sèches de nos maisons durant l'hiver. Sa floraison survient normalement entre mars et juin. Petit fruit orange de 1,5 à 2,5 cm à chair amère. Contient 1 ou 2 pépins.

Fournisseur:

www.planterra.ca

Marmelade de calamondin

Ingrédients

250 ml (1 t) de calamondins épépinés et taillés en quartiers
125 ml (1/2 t) de sucre blond

Préparation

Une fois les calamondins coupés en quartiers et épépinés, les faire mijoter à feu doux de 10 à 15 minutes.

Yves Gagnon vous sert une crêpe

à l'occasion du lancement de son livre Le festin quotidien qui se fera le mercredi 20 avril prochain au restaurant Le Sain Bol, sis au 5095, rue Fabre (près de Laurier) entre 9 h et 12 h.

L'auteur dédicacera son livre tout juste sorti des presses qu'il offrira pour l'occasion à 25 $, TPS incluse. Bienvenue à toutes et à tous!

L'auteur sera également présent au stand de Prologue lors du Salon du Livre de Québec pour des séances de signature à 13 h et à 19 h le vendredi 15 avril, à 9 h et à 16 h le samedi 16 et à 9 h et à 14 h le dimanche 17.

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage

- - -

LeFestinQuotidienCe printemps, aux éditions Colloïdales
Yves Gagnon lance
Le festin quotidien
Un livre d’alimentation et de cuisine
Arrimé au terroir et aux saisons

Avec Le festin quotidien, son onzième livre, Yves Gagnon complète sa proposition pour un mode de vie responsable et gratifiant en présentant une vision alimentaire saine et festive tout en partageant ses meilleures recettes.

En adoptant une approche alimentaire éthique, l'humain, tout en contribuant à sa santé et à son mieux-être, réduit son empreinte écologique. En optant pour une vie sobre qui gravite autour du jardin et de la table, de l'art et de la fraternité, il répond à ses aspirations fondamentales ce qui a le mérite de réduire son agitation, ses besoins d'acquisition et d'excitation. Il se rapproche ainsi de cet état de plénitude dont parlent les grands maîtres du bouddhisme. Ce sentiment de contentement et de bien-être rend l'avoir désuet et dresse la table pour l'état d'être. Une table dressée avec une proposition gastronomique santé, locale et responsable. Vous pourriez être surpris par les bienfaits qu'elle génère!
Ainsi sera le festin!

Offre de prélancement
Pour recevoir votre copie dès sa parution en avril, postez un chèque de 40 $ à :
Les éditions colloïdales, 800, chemin du Portage, Saint-Didace, Québec, J0K 2G0
Vous recevrez en primeur par la poste votre copie du livre Le festin quotidien ainsi qu’une copie de Terre cuite [ambiances climatiques]. Une valeur marchande de 45 $.


Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 6 — Mercredi, 30 mars 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE