Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Fusion Bayer-Monsanto

Champs libres

Fusion Bayer-Monsanto

Je vous répondrai par les étamines de mon jardin…

Étamines
Photo : Samuel Paré de Bellefeuille

Lorsque les premiers OGM firent leur apparition sur la scène agricole il y a de cela 20 ans, je me suis donné un temps de réflexion afin de bien comprendre de quoi il en retournait. Après maintes lectures, discussions et réflexions, j'en suis venu à la conclusion que le développement de la transgénèse visait principalement à maintenir et à accroître la production, la vente et l'application de pesticides sur les terres agricoles de la planète tout en créant un cadre dans lequel les producteurs et les fermiers seraient dans l'obligation d'employer les produits chimiques issus de l'industrie.

Les sociétés transnationales agrochimiques s'y sont attelées et ont réussi à atteindre ces objectifs en rendant leurs OGM tolérants à leurs herbicides. Ainsi, Monsanto, chef de file en biotechnologie, a intégré par greffage de gènes au code génétique du maïs, du coton, du canola et du soya une tolérance au glyphosate, l'ingrédient actif du Roundup, leur herbicide vedette. À cause de la croissance constante des surfaces établies en OGM, mais surtout à cause de l'inévitable résistance des mauvaises herbes à l'herbicide, les ventes du phytocide ont explosé. À titre d'exemple, citons le soya et le maïs Round-Up Ready dont les ventes ont augmenté de 71 % de 2006 à 2012. Selon Gilles-Éric Seralini, auteur du livre Tous cobayes OGM, Pesticides, Produits chimiques, depuis le début des cultures commerciales transgéniques en 1996, les ventes mondiales de Roundup ont été multipliées par 15. J'imagine les membres du conseil d'administration de Monsanto jubiler en apprenant ces nouvelles.

Tumeurs métastatiques

Je me suis toujours demandé comment la contamination des aliments, des sols et des cours d'eau pouvait réjouir quiconque. Je relie cette approche bêtement mercantile à un système économique capitaliste chaotique, pustuleux et en phase terminale.

Afin de maximiser les profits et les dividendes à leurs actionnaires, les sociétés transnationales fusionnent allègrement, créant ainsi des monstres pharmacoagrochimiques qui asphyxient la Vie !

Le 16 septembre dernier, la pharmaceutique allemande Bayer a acquis la multinationale américaine Monsanto pour 87 milliards $ CAN. La nouvelle entité comptera 140 000 employés et générera un chiffre d'affaires annuel de 34 milliards $ CAN. Tous les acteurs sensibles du monde agroalimentaire ont réagi en condamnant cette fusion morbide. Chefs cuisiniers, fermiers et syndicats agricoles, environnementalistes, paysans, jardiniers et consommateurs condamnent du même souffle cette concentration.

La fusion fait suite à celles toutes récentes de Dow Chemicals avec DuPont et de Syngenta avec Chem China. Alors que, jusqu'à tout récemment, 6 sociétés agrochimiques se partageaient plus de 60 % du marché des semences agricoles et des pesticides, aujourd'hui, elles ne sont plus que 3 dont Bayer-Monsanto qui en détient plus de 30 %.

La portée des étamines

D'aucuns se demandent comment réagir à ces phénomènes de convergence et de connivence. J'ai choisi de jardiner, de communier avec le règne végétal, de cultiver la beauté, de produire des semences et de bien me nourrir. J'ai aussi choisi de militer, à ma mesure.

Je vous offre en guise de conclusion quelques photos de mon milieu de vie, mon jardin de septembre qui me remplit de joie et de cohérence. J'y puise mon inspiration. J'y habite et y déambule à toutes heures du jour. Il me calme, m'inspire et me rend serein. Au final, il constitue ma réponse à Bayer et à ses semblables. Une réponse qui repose sur les étamines de mon jardin ...

Allée
Le sentier

Pavillon brume
Cheminant vers l’étang

Étang
L’étang dans la brume matinale

Coléus zinnia
Le mariage heureux des coléus et des zinnias

Jardin zen
Le jardin zen

je ne sais pas comment la vie
arrive à se faire belle
ne lui suffit
qu'un vol d'hirondelles
et un peu de soleil
pour qu'on s'émerveille

La vie. Paul Piché
Éditions de La Minerve. 2009.

À lire :
S'atteler à la tâche. Cultiver son jardin : un geste politique.
Josée Blanchette. Le Devoir. Le 23 septembre 2016.

Pour en savoir plus et agir :
Bayer-Monsanto: le mariage contre nature !

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage


Affiche ÉcorchisYves Gagnon sera en tournée cet automne avec son tout nouveau cabaret Écorchis.

Il sera accompagné sur scène par Marc-Antoine Sauvé (voix, guitares, mandoline, basse et percussion) et par Daniel Heikalo (guitares, basse, banjo, cistre, flutes et percussion).

En chanson, en musique,
en vers et contre tous…

Samedi 15 octobre à 20 h
Saint-Élie-de-Caxton.
Au Rond-Coin
340, rue Saint-Louis
Contribution de 10 $


Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 15 — Mercredi, 5 octobre 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE