Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Acerbe rhubarbe

Champs libres

Acerbe rhubarbe

Rhubarbe

Alors que je m'installe à mon clavier pour rédiger un texte sur la rhubarbe, la pluie perdure depuis trois jours, cela sans compter les trombes d'avril, prémisses des inondations que vous savez. Question de priorité, je préférerais vous entretenir du lien entre l'effet de serre, les changements climatiques et les fluctuations au régime des pluies qu'on observe depuis une décennie au moins, un phénomène amplifié par l'effet d'emballement.

En pitonnant, j'écoute le prophète Jean Leloup chanter son magnifique Paradis perdu.

Il y aura tout d'abord les épreuves et le vent
Il y a aura les tempêtes, les mers d'huile
Il y aura les vagues meurtrières
Il y aura les récifs, les écueils
Il y aura les requins, il y aura le scorbut, les épidémies
Il y aura les mutineries
Et plusieurs d'entre nous y laisseront leur vie…

… et j'ai envie de clamer aux humains de la Terre :

Vos dieux vous parlent ! Ne les entendez-vous point ?

De guerre lasse, je reviens à mes cultures, puisqu'il faut bien se nourrir. Et après tout, ne sait-on jamais, ce seront peut-être les jardiniers qui assureront la survie de notre espèce. Alors la rhubarbe, oui, acerbe rhubarbe.

Elle me rappelle mon père qui adorait la récolter toute jeune. Il trempait l'extrémité des pétioles dans le sel avant de les croquer, une habitude printanière qui semblait le combler de joie. Il ne m'a pas transmis ce rituel. Je trouve la rhubarbe crue trop acide, qu'elle soit givrée de sel ou de sucre. Par contre je l'apprécie en confiture, en tarte ou en crumble, associée à d'autres fruits, notamment la fraise, la framboise et le bleuet.

Tiges de rhubarbe

Facile de culture

Membre de la famille des polygonacées et originaire de la Sibérie ou du Tibet, la rhubarbe est vivace sous nos latitudes. Elle revient année après année pour peu qu'on la nourrisse avec un peu de compost. Lorsque sa productivité donne des signes de fléchissement ou que ses feuilles paraissent victimes de pathogènes, on n'a qu'à la déplacer, soit à l'automne, soit tôt au printemps. On en profite pour la diviser en espaçant les plants au mètre. C'est ainsi qu'on la propage, car les graines ne donnent pas des plants aux mêmes caractéristiques que les parents.

On récolte les pétioles au printemps alors qu'ils sont les plus tendres, mais on peut aussi en prélever à l'automne. En récoltant régulièrement, on stimule leur production. Par contre, on gagne à la laisser fleurir, car sa spectaculaire hampe florale de 1,5 m produit une multitude de fleurs blanches éblouissantes qui nourrissent de leur nectar une pléiade d'insectes bénéfiques.

BourgeonFleursGraines

Usages et propriétés

Le goût caractéristique de la rhubarbe est dû à l'acide oxalique qu'on trouve également dans l'oseille. Cet élément lui confère d'ailleurs des propriétés insecticides. On en fait une décoction en faisant bouillir 5 à 6 feuilles dans cinq litres d'eau durant une demi-heure. On laisse ensuite macérer durant quelques heures. On filtre, on ajoute un trait de savon liquide et on vaporise sur les plants infestés. On rapporte de bons contrôles notamment avec les limaces, les pucerons et les acariens.

La rhubarbe est bien pourvue en potassium, en fer, en calcium et en magnésium. Elle est réputée astringente, cholagogue, dépurative, stomachique, laxative, purgative, tonique et vermifuge. Sa teneur élevée en acide oxalique induit la fixation du calcium lors de sa digestion ce qui peut nuire aux reins tout comme aux articulations. Il est donc recommandé de la consommer avec modération. Associer à du sucre à raison de deux parties de rhubarbe pour une partie de sucre blond, on en fait une savoureuse compote qu'on peut congeler.

À l'occasion, j'aime bien en préparer des tartes en combinaison avec des petits fruits. Mais c'est en crumble que je la préfère, principalement en association avec des fraises. En voici une recette tirée de mon Festin quotidien.

Crumble à la rhubarbe et aux fraises (10 portions)

Ingrédients

Pour la croûte

250 ml (1 t) de flocons d'avoine
250 ml (1 t) de farine à pâtisserie
125 ml (½ t) de noisettes hachées
125 ml (½ t) de sucre
60 ml (¼ t) d'huile à cuisson
60 ml (¼ t) de beurre mou
5 ml (1 c. à thé) de sel
10 ml (2 c. à thé) de vanille

Pour la préparation aux fruits

500 ml (2 t) de tiges de rhubarbe émincées
250 ml (1 t) de fraises entières, fraîches ou congelées
125 ml (½ t) de sucre
60 ml (¼ t) de farine

Préparation

Dans un bol, mélanger les ingrédients pour la croûte.

Dans un autre bol, mélanger les ingrédients pour la préparation aux fruits.

Dans un pyrex de 20 x 30 cm (8 x 12 po) ou l'équivalent, compacter les 23 du mélange à croûte de façon à créer un fond de 1 cm (½ po) d'épaisseur. Ajouter la préparation aux fruits puis compléter avec le tiers restant du mélange pour la croûte, en garniture sur le dessus.

Cuire au four durant 45 minutes à 180 °C (350 °F).

Servir chaud avec une crème anglaise, une crème de soya à la vanille, un yogourt ou une glace à la vanille.

Et Jean leloup de poursuivre :

Au-delà de la mer, il existe un pays presque aussi beau que la folie
Y vivent des peuples parfaitement sains, parfaitement accueillants
On s'y baigne toute la journée dans des chutes et des torrents
Et des cascades et des rivières
Et l'eau est aussi pure et aussi légère que l'air
Nul besoin de planter
Le blé pousse à foison, attendant les moissons

Il faut bien garder espoir!

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage

- - -

Yves Gagnon offre un atelier intitulé Le jardinage écologique sur le terrain le samedi 17 juin. L’atelier d’une durée de 5 heures permet de voir et de comprendre l’organisation d’un jardin écologique en pleine effervescence. Le complément parfait aux lectures sur le sujet, surtout pour les visuels !! Pour inscription, aller à l’onglet Nos formations sur le site Les jardins du Grand-Portage.

Au jardinMalgré la pluie incessante, les semis vont bon train aux Jardins du Grand-Portage grâce à leur emplacement en altitude et leur sol sableux qui favorise le drainage. La 38e saison est bien partie !

Note de l'éditrice:
Vous aimez cet article ? Participez à Covivia en contribuant à son financement.
Adhérez à un abonnement payant ou faites un don. Merci !


Accueil
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 10 — Mercredi, 17 mai 2017
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE