Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Chasse printanière aux rhododendrons

Champs libres

Chasse printanière aux rhododendrons

Rhododendrons roses

Je vois peu mon ainé Samuel, d'une part parce qu'il demeure à Pointe-Saint-Charles, d'autre part parce qu'il travaille comme serveur au restaurant Le Serpent dans le Vieux-Montréal ce qui engendre des conflits d'horaire dans notre potentiel social. Lorsque je m'ennuie, je crée l'occasion. Parfois, c'est lui. M'ayant fait part d'un intérêt récent pour la photographie, je lui proposai une visite au Jardin Leslie-Hancock du Jardin botanique de Montréal, un microcosme suave sur lequel je désirais m'épandre.

Rhododendrons blancs

Nous nous sommes donnés rendez-vous au complexe d'accueil. Je lui apportai ma Nikon achetée il y a 20 ans pour mes projets d'édition. Je l'emploie peu aujourd'hui, lui préférant ma petite Lumix qui se range en poche. D'office, je chargeai Samuel de capturer les floraisons printanières, particulièrement celles des rhododendrons, vedettes du jardin Leslie Hancock.

Ce jardin, inauguré en 1976, porte le nom de Leslie Hancock (1892-1977), un pionnier ontarien de la culture des rhododendrons qui en a offert de nombreux spécimens au Jardin botanique.

On trouve dans ce jardin éclectique jusqu'à 60 espèces du genre Rhododendron, dont quelque 300 cultivars, cela sans compter des collections de nombreux autres membres de la famille des éricacées, notamment les azalées, les bleuets, les kalmias et les bruyères.

Cette famille de plantes commande des conditions singulières: un sol acide, bien drainé et riche en matières organiques. Elle nécessite également un environnement ombragé ce que leur offrent des colonies de pruches et de pins blancs qu'on peut apprécier dans ce petit ilot forestier aménagé au seuil de l'arboretum.

Les conifères assurent aux éricacées une bonne accumulation de neige qui les protège du froid hivernal tout en contribuant par leurs aiguilles à l'acidification du sol.

J'ai visité ce jardin à maintes reprises depuis sa création et je dois dire que je fus quelque peu déçu cette fois puisque nous nous sommes retrouvés entre deux vagues de floraison. Samuel ayant remarqué les magnolias en fleurs lorsque nous avons longé les Jardins d'exposition, il a suggéré d'aller les voir de plus près ce que nous ne regrettâmes point. Au maximum de leurs floraisons, ils nous en mirent plein les lentilles.

Magnolia

Jardin rond japonais

De là, nous traversâmes le Jardin des Premières Nations pour aboutir sur le faîte qui surplombe le Jardin japonais, son étang et sa cascade. Quelle ne fut pas notre surprise d'y trouver des massifs de rhododendrons au paroxysme de leur splendeur!

Ceux-ci créaient au sein de la rocaille d'éblouissants nuages fuchsia. Nous avons pris place à l'intérieur d'un petit pavillon où nous sommes arrêtés pour contempler ce paysage émouvant et partager quelques connivences.

Le désir d'être, de se déposer.

Moments précieux avec mon garçon, sans presse, sans attente.

Ôm depot.

.

Le Jardin japonais du Jardin botanique de Montréal constitue à mes yeux une parfaite évocation de l'harmonie et de la sérénité des jardins japonais traditionnels, tant par le choix des végétaux qui le constituent que par son aménagement à la fois sobre et soigné. Le pavillon, d'une architecture exquise, permet de contempler de l'intérieur un harmonieux jardin zen ainsi qu'un charmant jardin de thé où se tiennent d'ailleurs les cérémonies du thé.

Jardin japonais

Alors que j'appréciais dans une des salles d'exposition les photographies de la campagne japonaise saisies par le jeune photographe japonais, Takashi Sato, Samuel s'évertuait de son côté à capturer avec son appareil les bonsaïs en exposition dans une salle extérieure.

Bonzai

Toutes les photos de ce reportage sont de Samuel Gagnon-Mackay.

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage

- - -

Yves Gagnon offre un atelier intitulé Le jardinage écologique sur le terrain le samedi 17 juin. L’atelier d’une durée de 5 heures permet de voir et de comprendre l’organisation d’un jardin écologique en pleine effervescence. Le complément parfait aux lectures sur le sujet, surtout pour les visuels !! Pour inscription, aller à l’onglet Nos formations sur le site Les jardins du Grand-Portage.


Accueil
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 11 — Mercredi, 31 mai 2017
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE