Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

S'adapter à l'inconscience

Champs libres

S'adapter à l'inconscience

Diane Zen

D'aucuns sauraient prédire l'ampleur des désordres qu'engendrera la débâcle climatique. Les inondations du printemps ne sont rien comparées aux hécatombes rapportées en zones tropicales, là ou typhons, ouragans, tornades, inondations, glissements de terrain, famines et migrations climatiques sont devenus routine.

Comme jardinier, je scrute étroitement le temps depuis près de quarante années. À toute heure du jour, au fil des semaines, de saison en saison. En quarante années, nous avons gagné 40 journées sans gel pour une saison qui en compte aujourd'hui 120. Ce n'est pas encore les tropiques, mais on s'en approche.

Du haut de ma montagne, je constate la colère des éléments. J'observe les vents s'élever, les températures se quereller, la terre se refermer. Moins bienveillante depuis quelque temps, cette dernière ne s'est pas mise en robe des champs pour accueillir des semences qu'elle sait manipulées pour mieux abuser d'elle. La terre fourbit ses armes. Pourtant, elle ne demande qu'à être féconde.

Bouddha

Chez moi, dans mon jardin soigné à la main, la terre demeure bienveillante. Nos semis et nos transplantations furent effectués conformément au calendrier. Quoique moins exubérantes en cette date que les années passées, tomates, aubergines et courges déploient normalement leurs racines qui, dès que le temps se réchauffera, pourront acheminer les sels minéraux nécessaires aux feuilles, engendrant ainsi un foisonnement végétal inéluctable.

Binage

La pluie incessante des dernières semaines a rendu ardu le contrôle des adventices. Je les décapite à l'aide de la bêche tranchante, mais elles se réenracinent aussitôt. Les binages sont moins efficaces, car ils reposent sur la mécanique de la griffe combinée au pouvoir asséchant du soleil qui semble avoir déserté la voûte céleste. Il reste qu'un jardin abondamment irrigué offre des verts d'un éclat prodigieux.

Pommier fleuri

En ces temps où l'être humain sensible anticipe des lendemains moins chantants, je me répète inlassablement qu'il nous reste toujours comme arme à opposer à l'inconscience, notre capacité individuelle à décarboniser notre mode de vie. Se décarboniser par une économie locale, à petite échelle, en solidarité avec les gens de bonne volonté, de toutes couleurs, de tous horizons. Ensemble pour vivre bien.

Quoi de mieux que de jardiner pour concrétiser ce virage vers la carboneutralité. On y prend un tel plaisir, qu'on perd peu à peu l'envie d'agitations futiles qu'on remplace par des incursions tranquilles au cœur du jardin. On y trouve les plus belles lumières, les plus exquises résonnances.

Moine près de l'étang

L'art devient aussi pour moi un des fondements de ma résistance. Par la poésie je partage, j'émeus et je sensibilise. Par la musique, j'allie plaisir et transmission. Je tente par la scène d'atteindre une pertinence, une communion, une gratitude.

J'aurais la chance d'occuper quelques scènes cette fin d'été et cet automne. J'y présenterai le cabaret Rutabaga rumba — Cabale malade.

Je serai accompagné de Marc-Antoine Sauvé aux guitares, à la basse, à la mandoline, à la voix et aux percussions, parfois de Daniel Heikalo aux guitares, à la basse, au cistre, au banjo et à la flûte, parfois du tromboniste Étienne Lebel.

Voici le calendrier des prochains spectacles.

Le jeudi 10 août
Brasserie Albion
408, boulevard Manseau, Joliette
17 h à 19 h
Gratuit

Le samedi 26 août
Les Jardins du Grand-Portage
800, chemin du Portage, Saint-Didace
Visite des jardins à 15 h, festin champêtre à 17 h et spectacle à 19 h
Contribution: 40 $
Réservation : info@jardinsdugrandportage.com

Le vendredi 20 octobre
Crapo
187, rue Sainte-Louise, Saint-Jean-de-Matha
18 h à 20 h
Contribution volontaire

Le vendredi 10 novembre
Atomic café
3606, rue Ontario, Montréal
20 h
Contribution: 10 $

Le cabaret est disponible en de multiples versions pour vos fêtes ou évènements.

Trio psychédélique

Les Jardins du Grand-Portage ouvrent au public du samedi 8 juillet au dimanche 27 août. Une occasion pour venir se fondre dans une nature généreuse et voluptueuse et pour rencontrer d'authentiques artisans de la terre qui aménagent cette année la 38e édition de leur jardin émérite.

Pour toute la durée de la saison, Le festin quotidien, le nouveau livre de Yves Gagnon sera offert sur place à 20 $, une économie de 10 $ sur le prix de détail, ce qui correspond au prix d'entrée aux jardins.

Au plaisir de vous rencontrer quelque part durant l'été que je vous souhaite fécond, paisible et lumineux.

On se retrouve le 20 septembre.

La saison 2017 - 38 années de passion

Yves Gagnon
Les Jardins du Grand-Portage


Accueil
  Flèche gauche
Volume 13, numéro 12 — Mercredi, 14 juin 2017
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE