Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Danse Dentisterie Eau Écologie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

DEL et LiFi

Beaucoup plus sains
que les fluos et le Wi-Fi

Par André Fauteux, éditeur
Magazine la Maison du 21e siècle

Dans notre monde du tout-au-sans-fil, de plus en plus de gens développent des problèmes de santé à cause de leur surexposition aux radiofréquences de type micro-ondes pulsées par les téléphones sans fil et cellulaires, branchements internet Wi-Fi et autres antennes. « Une de mes patientes a récemment fait une rosacée sévère, la peau de son visage brûlait et pelait carrément, raconte la dermatologue June Irwin, de Pointe-Claire. Tout ce que je lui ai donné comme traitement ne faisait qu'empirer les choses. Finalement, elle a découvert que c'était dû au fait qu'elle lisait beaucoup de livres sur une tablette iPad (en ligne via le Wi-Fi), combiné à une crème à la cortisone qu'elle s'était achetée -- une erreur, car la cortisone amincit la peau. Finalement, cinq à six jours après avoir cessé d'utiliser l'iPad, son état s'est amélioré de 90 %. »

Bien qu'aucune étude scientifique n'ait jamais été réalisée sur les effets biologiques du Wi-Fi, cette technologie émet le même genre de micro-ondes pulsées qu'un cellulaire (typiquement à partir de la fréquence 2,4 gigahertz). Or en 2011, ces champs électromagnétiques de radiofréquences (RF) furent classés « peut-être cancérogènes » par le Centre international de recherche sur le cancer. C'est qu'un nombre croissant d'études indiquent que le risque de cancer cérébral double chez les gens qui utilisent un cellulaire régulièrement pendant au moins dix ans. Les risques augmentent avec la durée et l'intensité de la dose reçue et la sensibilité de l'individu.

Des pays déconseillent le Wi-Fi

Mais les effets possibles des RF ne se limitent pas qu'au cancer, explique le tout nouveau rapport BioInitiative 2012 qui sonne l'alarme sur ces risques. La chercheure ontarienne Magda Havas, de l'Université Trent, a remarqué que les RF provoquent divers symptômes cardiaques et du système nerveux à une dose d'exposition 95,5 % plus faible que la limite permise par Santé Canada : « L'internet est un outil d'apprentissage important qui ne devrait pas être retiré, dit-elle. J'insiste seulement pour que l'accès soit rendu possible par le biais de câbles plutôt qu'avec le Wi-Fi », dit-elle dans un rapport publié sur le site britannique Wi-Fi in Schools. Elle reprend ainsi les recommandations formulées par divers pays comme l'Allemagne, la Russie et Israël. Ceux-ci préconisent également les branchements internet câblés (ethernet) afin de protéger la santé des enfants et autres personnes hypersensibles aux RF.

Le nombre croissant des cas d'hypersensibilités environnementales serait dû à l'hyperstimulation constante du système nerveux par divers agresseurs, comme les polluants chimiques, biologiques et électromagnétiques ainsi que le manque de repos : « De nombreux aspects de la vie moderne peuvent déclencher un état d'éveil accru du système nerveux, explique le médecin néo-écossais Roy Fox, directeur médical de l'Integrated Chronic Care Service, centre spécialisé en maladies environnementales basé à Halifax. Notre approche est d'enseigner aux gens comment limiter leur exposition à ces agresseurs afin de diminuer leur niveau d'excitation cérébrale. » Lui-même hypersensible aux produits chimiques, le Dr Fox vante à ses patients les vertus de la méditation pour calmer un système nerveux hyperactif.

Le LiFi

LEDPar ailleurs, une nouvelle technologie pourrait offrir un autre espoir en ce sens et peut-être un jour supplantera-t-elle le Wi-Fi utilisé par les ordinateurs, tablettes et téléphones intelligents. Baptisée LiFi, elle permet de transmettre sans fil -- ni radiations nocives -- des données, sons et images à l'aide de la lumière produite par des diodes électroluminescentes (DEL, mieux connu sous l'acronyme anglais LED, pour Light Emitting Diode). Le LiFi est une solution de rechange plus appropriée pour nos maisons, écoles, transports publics et autres hôpitaux, estime l'organisme français Next-Up qui milite pour une réduction de la pollution électromagnétique. Seul hic : la lumière ne traverse pas les murs comme les radiofréquences.

Next-Up recommande cependant l'usage de DEL aux couleurs plus « chaudes » (rouges) que l'éclairage à prédominance blanche ou bleue de la plupart des DEL et des fluorescents (tubes longs ou compacts). C'est que cette lumière plus froide est liée à l'éclosion de la dégénérescence maculaire, une maladie oculaire qui prend des proportions épidémiques.

Le LiFi permet de transmettre images, sons et données sans fil ni pollution électromagnétique, grâce à la lumière émise par des diodes électroluminescentes (DEL).  (Photo : www.next-up.org)

LiFi 101

Développé depuis plusieurs années par un consortium japonais sous l'acronyme VLC (Visible Light Communication), le LiFi (pour Light Fidelity) vient d'être lancé en Europe pour utilisation commerciale et événementielle. Le site dédié au LiFi, lifi-led.com, annonce la commercialisation de flux audio par des terminaux avec clé LiFi d'ici la fin 2013, et du flux internet bi-directionnel avec terminaux pré-équipés d'ici la fin 2014.

Ce même site explique ainsi son fonctionnement très simple : « En allumant et en éteignant plusieurs de milliers de fois par seconde une lumière à LED, on peut transmettre des informations en créant une fréquence. Si une LED est allumée, elle transmet un bit 1, si elle est éteinte, un bit 0. Les changements de fréquence extrêmement rapides qui ne sont pas visibles par l'oeil humain permettent de transférer tous types de données vidéo, audio et connexion haut débit à des vitesses plus élevées que celles que l'on connaît aujourd'hui. » Des chercheurs allemands ont ainsi obtenu en laboratoire un flux fulgurant, de 800 mégabits par seconde.

Autre avantage sur les nouvelles technologies à radiofréquences (3G et 4G) dont les bandes passantes (largeur de fréquences mesurée en Hertz) sont congestionnées comme des autoroutes, sans parler des antennes qui enlaidissent et polluent le paysage : avec le LiFi, le nombre de fréquences disponibles est 10 000 fois supérieur à celui des ondes radio. Chaque lampadaire pourrait devenir une source de connections.

épidémie de dégénérescence maculaire

MaculaireLa dégénérescence maculaire a pris des proportions épidémiques depuis la généralisation de l'éclairage fluorescent dans les années 1930-40. (next-up.org)

Next-Up se réjouit particulièrement de l'engouement pour l'éclairage DEL/LED qui est de plus en plus abordable. C'est qu'il consomme cinq fois moins d'énergie pour éclairer autant qu'un tube fluorescent ou fluocompact contenant du mercure et émettant des champs électromagnétiques (CEM) plus élevés.

L'organisme français met par contre le citoyen en garde : « Attention, suivant les conclusions de diverses études scientifiques, certaines LED à prédominances bleues ou blanches sont à déconseiller car elles ont un spectre bleu de forte intensité qui peut être dangereux pour la rétine, voire la production de mélatonine (puissant antioxydant freinant la croissance des tumeurs); en conséquence, il est conseillé d'utiliser des LED à tons chauds (2500 à 3000 degrés Kelvin) ayant un spectre appauvri en lumière bleue. »

En effet, l'éclairage DEL ou fluorescent à prédominances bleues ou blanches émet typiquement des longueurs d'ondes comprises entre 425 et 450 nanomètres (nm). Dès 1974, l'Institut national américain de la santé et de la sécurité du travail (NIOSH) notait que ces longueurs d'ondes causaient le plus de dégâts à la rétine des animaux. Aujourd'hui, il est reconnu que l'exposition intense à cette lumière bleue « peut entrainer des blessures irréversibles à la rétine », souligne Next-Up.

Or, aujourd'hui, 14 % des personnes de 55 à 64 ans et 19 % des 65 ans et plus souffrent de dégénérescence maculaire, selon l'interniste américain Dr David Seftel. Cette terrible maladie cause un flou central de la vision centrale en accumulant des dépôts de débris dans la macula, petite rétine située à l'arrière de l'oeil. On soupçonne fortement que ses proportions épidémiques -- elle touche plus d'Américains que toutes les autres maladies oculaires combinées, selon ABC News -- sont dus à la généralisation de l'usage de l'éclairage fluorescent dans les écoles et édifices publics depuis les années 1930, rapporte Next-Up en citant l'ancien éditeur en chef du magazine américain Time. Décédé en 2005, ce journaliste d'origine australienne a démystifié cette maladie dont il était atteint dans son livre Twilight : Losing Sight, Gaining Insight. Depuis la publication de ce livre en 1999, la proportion d'Américains affectés par cette maladie progressive et indolore a doublé, passant de 15 à 30 millions d'individus. Autrefois associée avec la sénilité chez les gens âgés, elle touche de plus en plus d'enfants et d'adolescents.

L'avis d'un expert

Nous avons demandé au physicien québécois Anadi Martel, président de l'entreprise Sensortech ainsi que de l'International Light Association, de nous expliquer les bienfaits et les risques de divers types d'éclairage sur la santé. Il a ainsi confirmé les bienfaits de l'éclairage de couleurs plus chaudes : « La recherche médicale montre que l'éclairage infrarouge (longueurs d'onde > 650 nm) a des propriétés guérissantes et régénératrices pour nos cellules. Il existe bien des DEL infrarouges, mais on ne les retrouve que dans des appareils spécialisés à usage médical (utilisés pour le soulagement des douleurs musculaires, articulations, brûlures, soins esthétiques de la peau, ...) -- voir par exemple http://www.lightrelief.com/infrared-light-therapy. »

Il ajoute que les DEL blanches utilisées pour l'éclairage résidentiel ont un pic important dans le bleu (450 nm) qui est à éviter pour l'éclairage prolongé et de proximité. « Dans une utilisation normale, elles posent probablement peu de risques au niveau du dommage oxydatif de la rétine, mais peuvent potentiellement perturber le rythme circadien (l'horloge biologique). Les nouvelles ampoules DEL bien diffusées seront quand même une solution supérieure aux fluocompactes, dont les pics bleus sont encore plus prononcés. La meilleure option du point de vue santé (pour l'éclairage de proximité) reste encore l'incandescent et l'halogène. »

Enfin, Anadi Martel conseille d'éviter les lampes DEL avec gradateurs (« dimmers ») : « La plupart fonctionnent avec la technique du PWM (Pulse Width Modulation) qui génère des fréquences parasitantes dans la lumière émise. Bien que ce facteur ne soit pas encore reconnu officiellement comme malsain parce que non perceptible par notre système visuel, plusieurs chercheurs pensent que ces parasites sont à long terme des sources de stress. Le LiFi constitue une forme ultime de PWM haute-fréquence et même si son champ d'influence est très différent des CEM, il est bien possible qu'éventuellement on constate des effets biologiques aussi nocifs pour cette forme de radiation ambiante. C'est un domaine encore inexploré, reste à voir ce que la recherche future nous dira... »

Bref, si le Wi-Fi ou le LiFi nous permettent d'être mobiles, les branchements internet câblés seront toujours plus sécuritaires -- tout en nous permettant de décrocher plus souvent afin de reposer notre système nerveux hyper sollicité.

Sources :

éclairage et Li-Fi : « Pour ma santé j'ai choisi des LEDs de qualité et inférieures à 3000 Kelvin »
http://www.next-up.org/Newsoftheworld/2012.php

Lampe Fluo Compacte et Dégénérescence Maculaire
http://www.next-up.org/pdf/LFC_et_Degenerescence_Maculaire_06_2009.pdf


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 1 — Mercredi, 16 janvier 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE