Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Bleuet et système immunitaire

Une étude toute récente montre que la consommation de bleuet (Vaccinium angustifolium, Vaccinium spp) pourrait augmenter l'effet de la vitamine D sur le système immunitaire.

On sait déjà que la vitamine D circulante (calcidiol ou 25[OH] vitamine D) est transformée dans les cellules du système immunitaire dans sa forme active (calcitriol ou 1,25[OH]2 vitamine D). Cette dernière est nécessaire à la production de cathélicidines, des molécules bactéricides et viricides. Ces catélicidines font partie des outils des cellules de défense pour tuer les intrus. Lorsque la vitamine D n'est pas présente en quantité suffisante, les macrophages (les cellules de défense de première ligne) sont moins efficaces, voire inefficaces, pour nous défendre des infections et des contagions. D'où l'importance de maintenir un taux satisfaisant de vitamine D.

Quel est le rôle du bleuet?

Des chercheurs ont trouvé que, lorsqu'elles sont en présence de vitamine D et de certaines molécules du bleuet, les cellules immunitaires sont plus efficaces pour produire des cathélicidines. Les molécules du bleuet dont il est question sont des ptérostilbènes (un nouveau nom dont il faudra se rappeler :-) ) qui font partie du même groupe qu'une molécule plus connue, le resvératrol. Le ptérostilbène (bleuet) et le resvératrol (raisins foncés et renouée du Japon) sont des alliés de la vitamine D pour que le système immunitaire soit efficace.(1)

Pour mes lecteurs européens, le bleuet d'ici n'est pas la fleur bleue, centaurée, mais le petit fruit bleu, cousin de votre myrtille. En fait, ces deux baies sont très proches parentes. Leurs noms latins sont Vaccinium myrtillus pour la myrtille et Vaccinium angustifolium ou, quelques fois, Vaccinium myrtilloides pour le bleuet sauvage. Les compositions chimiques, sans être identiques, sont très similaires.

Comment consommer le bleuet?

Vaccinium angustifoliumEst-ce que la tarte aux bleuets est aussi efficace que le bleuet frais? Le bleuet doit-il être consommé frais pour que l'on puisse profiter de toutes ses propriétés?

Des chercheurs ont mesuré l'impact de la cuisson sur les composés chimiques intéressants du bleuet. La cuisson et le type d'aliments affectent la composition. Les anthocyanines (pigments bleus) sont réduits d'environ 20%, ce qui explique, entre autres, le changement de couleur lors de la cuisson. Lorsque les bleuets sont cuits dans une pâtisserie de type muffin, alors cette perte peut être quasi totale. Par contre, certaines autres molécules (quercétine, par exemple) ne sont pas affectées. Et le plus surprenant est que la quantité de certaines molécules, comme l'acide chlorogénique (un antioxydant qu'on retrouve aussi dans le café), est en fait augmentée.

La cuisson réduit donc une partie des effets du bleuet, mais pas tous, et conserve suffisamment de valeur à notre superfruit.(2) Bref, mangez-le cuit, mangez-le cru, mais mangez-en! :-) Par contre, comme toujours, faites attention à la quantité de sucre rajouté, surtout dans les produits industriels.

Autres bienfaits

La consommation du bleuet a des effets notables sur la santé, en particulier la santé cardiovasculaire. Ainsi, des chercheurs ont fait consommer à des volontaires une portion de bleuets séchés à froid sous forme de jus, ou un jus placébo. Le jus de bleuet contenait entre 14 et 80g de poudre, ce qui correspond à 240 à 560g de bleuets frais. Après cette consommation unique, les chercheurs ont mesuré la capacité de dilatation des vaisseaux du bras. Pour obtenir cette information, on soumet le bras à un brassard compressif exactement comme celui utilisé pour mesurer la pression sanguine (sphygmomanomètre). La différence entre la prise de la tension artérielle et cette mesure consiste en l'utilisation d'un appareil spécifique qui mesure la dilatation réflexe après cette compression. Cette mesure correspond à la fonction vasculaire ou, si vous préférez, à l'état de santé des vaisseaux. Plus ceux-ci se dilatent, plus ils sont en santé. S'ils se contractent, c'est signe d'une pathologie des artères.

Dans cette étude, la consommation d'une quantité importante de bleuets a apporté une amélioration immédiate de cette capacité de dilatation. Cet effet est dépendant de la dose (plus la quantité est élevée, plus l'effet est important).(3) Bref, les bleuets et leurs composés actifs ont pour effet de préserver la santé des artères. Les chercheurs n'ont cependant pas noté d'effet sur la tension artérielle.

Une autre étude a utilisé une quantité plus « raisonnable » de bleuets séchés à froid, soit 25g, correspondant à une tasse (148g) de fruits frais. La consommation du jus fut par contre quotidienne, durant 6 semaines. Le bleuet a diminué les marqueurs de dommages de l'ADN dans les globules blancs.(4)

La consommation régulière de bleuet aide à réduire les risques cardiovasculaires: réduction de l'oxydation des lipides et de l'oxydation des LDL (mauvais cholestérol); augmentation de la capacité antioxydant totale; amélioration des dyslipidémies et du métabolisme du glucose.(5)

Que ce soit pour améliorer l'immunité ou la maintenir, améliorer la santé cardiovasculaire ou encore prévenir le déclin cognitif (voir Des bleuets pour la mémoire),(6) le bleuet est un aliment à favoriser. Et le plaisir est en plus!

Jean-Yves Dionne


Références:

  1. Guo C, Sinnott B, Niu B, Lowry MB, Fantacone ML, Gombart AF. Synergistic induction of human cathelicidin antimicrobial peptide gene expression by vitamin  D and stilbenoids. Mol Nutr Food Res. 2013 Sep 14. doi: 10.1002/mnfr.201300266. PubMed PMID: 24039193.
  2. Rodriguez-Mateos A, Cifuentes-Gomez T, George TW, Spencer JP. Impact of Cooking, Proving, and Baking on the (Poly)phenol Content of Wild Blueberry. J Agric Food Chem. 2013 Oct 25. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 24083619.
  3. Rodriguez-Mateos A, Rendeiro C, Bergillos-Meca T, Tabatabaee S, George TW, Heiss C, Spencer JP. Intake and time dependence of blueberry flavonoid-induced improvements in vascular function: a randomized, controlled, double-blind, crossover intervention study with mechanistic insights into biological activity.  Am J Clin Nutr. 2013 Nov;98(5):1179-91. doi: 10.3945/ajcn.113.066639. Epub 2013 Sep 4. PubMed PMID: 24004888.
  4. Riso P, Klimis-Zacas D, Del Bo' C, Martini D, Campolo J, Vendrame S, Møller P, Loft S, De Maria R, Porrini M. Effect of a wild blueberry (Vaccinium angustifolium) drink intervention on markers of oxidative stress, inflammation and endothelial function in humans with cardiovascular risk factors. Eur J Nutr. 2013 Apr;52(3):949-61. doi: 10.1007/s00394-012-0402-9. PubMed PMID: 22733001.
  5. Basu A, Rhone M, Lyons TJ. Berries: emerging impact on cardiovascular healthNutr Rev. 2010 Mar;68(3):168-77. doi: 10.1111/j.1753-4887.2010.00273.x. Review. PubMed PMID: 20384847; PubMed Central PMCID: PMC3068482.  (texte complet accessible gratuitement)
  6. Cherniack EP. A berry thought-provoking idea: the potential role of plant polyphenols in the treatment of age-related cognitive disorders. Br J Nutr. 2012  Sep;108(5):794-800. doi: 10.1017/S0007114512000669. Review. PubMed PMID: 22475317.

- See more at: http://www.jydionne.com/bleuet-et-systeme-immunitaire/#sthash.1U9AehMk.dpuf


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 21 — Mercredi, 18 décembre 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE