Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Une petite graine banale, un grand pas en prévention

La graine de lin est un aliment immémorial. C'est une plante aux milles usages, d'où son nom Linum usitatissimum, qui signifie « lin le plus utilisé » ou le plus utilitaire ou le plus courant. 8000 ans avant notre ère, on trouve des traces archéologiques de son utilisation en Chine. Le lin est utilisé pour sa fibre (les égyptiens en faisait un tissu très prisé), pour son huile (qui protège les meubles en bois) ainsi que pour sa graine (comme aliment). Son histoire est bien racontée sur le site grain de lin : graindelin.wordpress.com/2013/03/25/creation/ et graindelin.wordpress.com/info-lin/.

Source de phytoestrogènes

Dès qu'on parle de cancer ou d'effet hormonal, la consommation de graine de lin (entière ou moulue, cuite ou crue, ou son huile) demeure controversée. En effet, la graine de lin est une source de phytoestrogènes, notamment les précurseurs des lignanes endogènes des récepteurs hormonaux. En bon français, la graine contient une série de molécules qui, une fois transformées par les bactéries de l'intestin, génèrent des molécules identiques à celles que nous produisons en métabolisant l'estrogène. Les molécules produites lors du métabolisme des hormones peuvent avoir un effet protecteur contre les cancers hormonaux ou un effet pro-cancer. La consommation de graine de lin semble nous pousser à produire plus de molécules anticancers.

Revue systématique

Une nouvelle revue systématique (compilation de plusieurs études publiées sur le sujet) montre que la consommation d'environ 25g de graines de lin par jour confère les bénéfices suivants :

  • Diminue légèrement les symptômes de ménopause.
  • Restaure l'apoptose (mort naturelle programmée) des cellules des tumeurs (les cellules cancéreuses deviennent presque éternelles parce qu'elles perdent cette programmation).
  • Inhibe la prolifération (multiplication) des cellules cancéreuses du sein.
  • Diminue l'expression de la protéine HER2 par les cellules cancéreuses. Plus cette protéine est présente, plus le cancer est agressif (malin).

Elle pourrait en plus :

  • Améliorer les cytologies atypiques.
  • Améliorer les densités anormales aux mammographies.
  • Avoir un effet anti-angiogenèse. L'angiogenèse est la capacité des tumeurs de créer de nouveaux vaisseaux sanguins pour répondre à leurs besoins. Ainsi, la consommation de graines de lin pourrait réduire la capacité invasive des tumeurs.

Finalement, le risque de cancer du sein pourrait être réduit de 18% et la mortalité due à ce cancer de 32%. Qui plus est, l'état de bien-être (santé mentale) est amélioré de 76%. (1,2)

Et chez l'homme ?

Les publications concernant la graine de lin sont moins complètes chez l'homme que chez la femme, mais plusieurs études montrent que la consommation de graines de lin :

  • Réduit la prolifération des cellules du cancer de la prostate.(3)
  • Réduit les lipides sanguins et la glycémie après les repas.(4)
  • Réduit le mauvais cholestérol et les facteurs de risque des maladies du foie.(5)
  • Réduit l'inflammation et les marqueurs de la maladie cardiovasculaire.(6)

Bref, l'humble graine de lin mérite d'être redécouverte et incluse dans nombre de recettes. Et surtout, il faut arrêter d'affirmer que la consommation de phytoestrogènes (comme les lignanes de la graine de lin) est nocive chez les personnes qui ont un antécédent de cancer hormonodépendant! Cette « fable » s'est répandue parce que certaines personnes, voyant le mot « estrogène » dans phytoestrogène, ont immédiatement supposé que ces molécules avaient les mêmes effets. Et pourtant, tout le monde sait que l'habit ne fait pas le moine. :-)

Pour plus d'information sur le cancer et sa prévention, lisez aussi:

Les mammographies sauvent-elles des vies?
La vraie prévention du cancer du sein
Des cosmétiques, causes du cancer du sein?
Pour hommes seulement (6e partie)

Santé!

Jean-Yves Dionne

- - -

Références :

  1. Flower G, Fritz H, Balneaves LG, Verma S, Skidmore B, Fernandes R, Kennedy D, Cooley K, Wong R, Sagar S, Fergusson D, Seely D. Flax and Breast Cancer: A Systematic Review. Integr Cancer Ther. 2013 Sep 8. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 24013641.
  2. Sayer Ji, Flaxseed Can Prevent And Kill Breast Cancer, Meta-Analysis Revealssur http://www.greenmedinfo.com/
  3. Demark-Wahnefried W, Polascik TJ, George SL, Switzer BR, Madden JF, Ruffin MT 4th, Snyder DC, Owzar K, Hars V, Albala DM, Walther PJ, Robertson CN, Moul JW, Dunn BK, Brenner D, Minasian L, Stella P, Vollmer RT. Flaxseed supplementation (not dietary fat restriction) reduces prostate cancer proliferation rates in men presurgery. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2008 Dec;17(12):3577-87. doi: 10.1158/1055-9965.EPI-08-0008. PubMed PMID: 19064574; PubMed Central PMCID: PMC2703189.
  4. Kristensen M, Savorani F, Christensen S, Engelsen SB, Bügel S, Toubro S, Tetens I, Astrup A. Flaxseed dietary fibers suppress postprandial lipemia and appetite sensation in young men. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2013 Feb;23(2):136-43. doi: 10.1016/j.numecd.2011.03.004. Epub 2011 Jul 29. PubMed PMID: 21802266.
  5. Fukumitsu S, Aida K, Shimizu H, Toyoda K. Flaxseed lignan lowers blood cholesterol and decreases liver disease risk factors in moderately hypercholesterolemic men. Nutr Res. 2010 Jul;30(7):441-6. doi: 10.1016/j.nutres.2010.06.004. PubMed PMID: 20797475.
  6. Prasad K. Flaxseed and cardiovascular health. J Cardiovasc Pharmacol. 2009 Nov;54(5):369-77. doi: 10.1097/FJC.0b013e3181af04e5. Review. PubMed PMID: 19568181.

Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 4 — Mercredi, 5 mars 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE