Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Ebola : doit-on avoir peur ?

Ebola : doit-on avoir peur ?

Il y a quelques années, c'était le H1N1. Toute une polémique et une campagne de peur pour un virus qui, somme toute, a été plutôt bénin. Nos gouvernements ont dépensé sans compter (notre argent) pour se procurer des vaccins dont une grande partie n'a pas été injectée parce qu'on n'en voulait pas… Voir :www.jydionne.com/campagne-de-peur-ou-de-sensibilisation et www.jydionne.com/scepticisme-de-bon-aloi

Crise humanitaire en Afrique

Depuis quelques temps, les médias nous martèlent le risque d'épidémie d'ebola matin, midi et soir. Je ne nie absolument pas la crise humanitaire en Afrique. Elle est très réelle. Cette crise est autant due au virus qu'à l'attitude et aux croyances de la population là-bas et au manque criant de ressources. Selon La Presse, en date du 10 octobre 2014, il y a eu plus de 4 000 morts dans les pays touchés. www.lapresse.ca/dossiers/epidemie-debola-a-fait-plus-de-4000-morts

Comparons un peu

Sans vouloir minimiser l'horreur de cette crise humanitaire, il faut avouer qu'elle pâlit grandement lorsqu'on la compare à la malaria. Cette maladie mortelle, aussi vieille que l'humanité, tue encore aujourd'hui environ 1 200 000 (1,2 million) personnes par année. www.planetoscope.com/nombre-de-deces-dus-a-la-malaria-dans-le-monde Pourtant, on n'en entend pas parler.

Quant au SIDA, il tue tous les ans 1 800 000 (1,8 million) personnes par année. www.planetoscope.com/deces-dus-au-sida-dans-le-monde

L'ebola, contagieux?

Contrairement au virus de la grippe qui se transmet très facilement parce qu'il est répandu par les éternuements, le virus ebola est très peu contagieux. Pour que le virus se transmette, il faut un contact avec les liquides biologiques (salive, sang, sperme, etc.) de la personne malade (comme pour le HIV/SIDA).

Si nos hôpitaux ont réussi à endiguer une maladie comme le SRAS (Syndrome respiratoire aigu sévère) qui est aussi contagieuse que la grippe, alors l'ebola ne sera pas un problème. Nos infirmières sont hyper-compétentes. Elles sont capables de gérer les soins de patients contagieux, comme pour la grippe, le C. difficile, etc. Alors pensez-vous qu'une maladie aussi peu contagieuse que l'ebola posera problème?

Que les autorités mettent en place des plans de contingence : bravo. Ça fait partie de leur rôle. Que l'on en soit informé : très bien. Mais je ne comprends pas pourquoi les médias s'acharnent sur le sujet jusqu'à créer un sentiment de panique. Veut-on nous préparer à recevoir un nouveau vaccin? Chez nous, le stress engendré par cette campagne de peur causera probablement plus de dommage que le virus lui-même.

D'ici peu, il faudra ajouter l'ebola à la liste des épidémies annoncées, mais qui ne se réalisent jamais (voir www.jydionne.com/la-grippe-porcine-et-autres-epidemies-promises-comment-pouvons-nous-y-faire-face).

Finalement, le vrai débat consiste plutôt à se demander pourquoi l'implication de nos dirigeants n'est pas pas à la hauteur du défi que représentent ces diverses maladies, l'ebola n'étant que la plus récente. Peut-on spéculer qu'il n'y a rien à gagner à aider l'Afrique? Malheureusement, l'implication de nos gouvernements semble suivre l'intérêt de certains et non la valeur de la cause.

Santé !

Jean-Yves Dionne


Accueil
  Flèche gauche
Volume 10, numéro 16 — Mercredi, 22 octobre 2014
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE