Imprimer Imprimer

Douleur chronique et pleine conscience

JeanYvesDionne


Douleur chronique et pleine conscience

La douleur aigüe est un signal d’alarme qui nous avertit que quelque chose ne va pas. Elle a généralement une cause identifiable: déplacement d’une vertèbre, spasme musculaire, stress, voire hernie discale. Par contre, quand la douleur est chronique, quand elle ne part plus, son rôle d’avertisseur n’est plus pertinent et d’autres facteurs entrent en ligne de compte. L’exemple du mal de dos est typique. Après un certain temps, après les traitements, la cause de la douleur aigüe peut disparaitre sans que douleur elle-même ne se dissipe. La douleur chronique peut aussi s’installer lorsqu’il y a une lésion irréparable.

Médicaments pour la douleur chronique

Lorsque la douleur est chronique, les médicaments utilisés pour la douleur aigüe ne fonctionnent plus. Les anti-inflammatoires et analgésiques ne soulagent plus, ou très peu. Souvent, les médecins prescrivent alors des médicaments de la classe des antidépresseurs (amitryptiline) ou certains antiépileptiques (Lyrica™ ou prégabaline). Ce ne sont pas des analgésiques au sens propre, comme l’aspirine ou la morphine (beaucoup plus puissante), mais ils sont utilisés pour leur capacité à « éloigner » la sensation de douleur.

Diminuer la perception de la douleur, avec ou sans médicaments

Le problème, c’est que les médicaments prescrits ne règlent rien. La douleur chronique devient plus endurable, mais elle est toujours présente et les personnes affectées sont handicapées par cette douleur. C’est pourquoi d’autres approches sont souvent recommandées. Les thérapies cognitives comportementales sont des approches psychologiques qui ont pour but d’enseigner à l’esprit d’autres comportements, d’autres réactions. Le plus gros problème de ces approches est souvent la perception du malade. Il se dit souvent: «Je ne suis pas fou. Ce n’est pas dans ma tête. J’ai vraiment mal!» Et il a raison! Ce n’est pas une douleur inventée. Par contre, ces approches donnent des résultats très intéressants pour diminuer la perception de la douleur, avec ou sans médicament.

Une étude sur les approches douces

C’est justement le sujet d’une étude publiée dans le Journal de l’association médicale américaine JAMA, le 22 mars 2016. Dans cette étude, on a combiné les traitements médicaux classiques pour le mal de dos avec la méditation pleine conscience et une forme de yoga douce, ou avec une thérapie cognitivo-comportementale. 342 personnes ont participé à l’étude durant un an. Un tiers des participants a suivi seulement le traitement médical classique, un tiers l’a combiné avec la pleine conscience et le dernier tiers l’a combiné avec la thérapie cognitive. Les participants ont été évalués à plusieurs reprises durant le cours de l’étude.

À mi-parcours (26 semaines), la thérapie conventionnelle a procuré un soulagement clinique chez 44,1% des participants. Additionnée à la thérapie cognitive, le soulagement clinique a touché 57,7% des gens et, avec la pleine conscience, 60,5% des gens. De plus, ceux qui ont suivi les thérapies combinées ont eu une amélioration en termes de qualité de vie et de bienêtre psychologique.

Cette étude est particulièrement intéressante parce qu’elle offre une lueur d’espoir aux personnes atteintes de douleurs chroniques. Elle nous montre, une fois de plus, que le corps et l’esprit ne sont pas des entités séparées. Quand on aborde l’être humain dans son ensemble, ce que les américains appellent «Mind and body medicine», on constate son immense capacité d’autoguérison.

Autres approches thérapeutiques

Certaines méthodes thérapeutiques ont aussi des effets sur la douleur. Pensons à l’acuponcture, la chiropratique, l’ostéopathie, etc. Il serait très intéressant de voir des études sur ces différentes approches, combinées ou non avec l’approche médicale. Les outils sont là, disponibles. Il faut par contre se défaire de l’esprit de clocher qui empêche la véritable collaboration. Mais, dès qu’on met la santé des gens en priorité, les fusions thérapeutiques et les résultats deviennent plus qu’impressionnants.

Santé!

Jean-Yves Dionne

- - -

Références :

  1. Cherkin DC, Sherman KJ, Balderson BH, Cook AJ, Anderson ML, Hawkes RJ, Hansen KE, Turner JA. Effect of Mindfulness-Based Stress Reduction vs Cognitive Behavioral Therapy or Usual Care on Back Pain and Functional Limitations in Adults With Chronic Low Back Pain: A Randomized Clinical Trial. JAMA. 2016 Mar 22-29;315(12):1240-9. doi: 10.1001/jama.2016.2323. PubMed PMID: 27002445. http://jama.jamanetwork.com/article.aspx?articleid=2504811

Accueil
  Flèche gauche
Volume 12, numéro 7 — Mercredi, 13 avril 2016
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE