Imprimer Imprimer

Blues d'automne

Pour plusieurs, automne et mois de novembre riment avec manque de motivation, augmentation de l'anxiété ou insomnie. Dans un monde où la nature tend à ralentir et à se replier sur elle-même, il est parfois difficile de continuer à maintenir sans conséquence la cadence rapide et exigeante de nos vies. Parfois ces déséquilibres se manifestent comme une réponse de notre organisme à une insatisfaction par rapport à la situation. Si, par exemple je dois faire quelque chose qui ne correspond pas à ce dont j'aurais profondément envie, il peut y avoir oppression de la respiration, tensions musculaires, rumination de pensées, réveils plus fréquents ou endormissement difficile, voire même de la dépression.

Il existe une panoplie de médicaments pour traiter ces désordres émotifs, qui peuvent être très utiles dans certaines situations, mais qui, selon moi, sont souvent prescrits trop rapidement, avant que l'on ait le temps de regarder ce qui cause ces insatisfactions...

Nutriments importants

Adapter son alimentation à ses besoins est primordial pour aider le corps à retrouver son équilibre. Dans le cas de la santé du système nerveux, certains aliments sont donc essentiels.

  1. Omega-3 : Le cerveau et les cellules nerveuses sont en grande partie composés de molécules d'acides gras insaturés, notamment les omega-3. On trouve ce nutriment en grande quantité dans la chair des poissons d'eaux froides comme le maquereau et la sardine. Le thon et le saumon en contiennent aussi, mais à cause de la contamination de nos océans et de nos cours d'eau par les métaux lourds — qui causent eux aussi des déséquilibres du système nerveux —, il est préférable de manger des petits poissons qui sont moins contaminés, car ils sont au bas de la chaîne alimentaire. Plusieurs études sur les animaux démontrent une amélioration du comportement et des capacités cognitivesi, tandis que les études cliniques prouvent qu'un manque de ces « bons gras » aura un impact négatif sur l'humeur, la concentration, etc.ii

  2. Vitamine D : Cette vitamine de plus en plus étudiée a un effet anti-inflammatoire et protecteur de l'immunité, etc. Elle semblerait diminuer le vieillissement prématuré du système nerveux central et, donc, protéger les fonctions cognitives et l'humeur en diminuant l'inflammation des cellules nerveusesiii. De plus, dans une étude visant à étudier la qualité de vie de femmes postménopausées, on a noté un lien entre la supplémentation en vitamine D et l'augmentation de la perception de la qualité de vie.iv Comme nous vivons dans l'hémisphère nord, nous avons en général une carence de ce nutriment, surtout de l'automne au printemps.

  3. Magnésium : Un des minéraux les plus essentiels à la santé du système nerveux, surtout lorsqu'il y a tics nerveux, anxiété ou insomnie, le magnésium se trouve dans la chlorophylle des végétaux. Manger quotidiennement des légumes verts foncés (kale, bettes à carde, épinards, brocoli, etc.) ou consommer des infusions d'ortie (Urtica dioica), de luzerne (Medicago sativa) ou de trèfle rouge (Trifolium pratense) permet d'avoir ce nutriment en quantité pour aider l'humeur.

Plantes médicinales

Il existe de nombreuses plantes médicinales pour soutenir le système nerveux et soulager l'anxiété, l'insomnie ou la dépression ayant chacune leur particularité, leur « personnalité ». Un herboriste-thérapeute accrédité peut vous aider dans le choix de ces plantes. Dans tous les cas, je suggère de travailler à trois niveaux différents :

Plantes médicinales adaptogènes

En équilibrant l'axe entre l'hypothalamus, l'hypophyse et les glandes surrénales, ces plantes vont harmoniser les sécrétions de cortisol pour améliorer le sommeil et diminuer l'impact négatif du stress chronique sur l'organisme et le système nerveux. Concrètement, en quelques semaines, les gens se sentent plus calmes, plus résistants aux changements et moins sensibles émotivement. Les plantes adaptogènes nous permettent de nous adapter plus facilement et protègent le système nerveux en diminuant l'impact d'un stress chronique sur celui-ci. Il est intéressant de prendre les plantes médicinales adaptogènes sur de longues périodes de temps — plusieurs mois — puisqu'elles ont un effet cumulatif. Plus vous en consommerez longtemps, plus l'effet bénéfique ressenti après trois ou quatre semaines sera accentué et plus il sera permanent.

Une grande variété de plantes médicinales ayant cet effet peuvent être utilisées, dont le Ginseng (Panax quinquefolius ou P. ginseng), l'ashwagandha (Whitania somnifera), le rhodiola (Rhodiola rosea) ou le basilic sacré (Ocimum sanctum). J'ai choisi de vous parler de ce dernier plus particulièrement parce qu'il a une grande affinité avec le système nerveux, surtout lorsqu'il y a anxiété et dépression.

Automne
Photo : Caroline Gagnon

Aussi appelée « tulsi », cette plante était considérée comme une panacée en Ayurveda (médecine traditionnelle indienne). On récolte les sommités fleuries que l'on peut prendre sous forme d'infusion (2 à 10 g de plante sèche par jour) ou de teinture (2 à 5 ml par jour). En consommant cette plante sur une base quotidienne, les gens notent une augmentation de leur motivation et de la qualité de leur sommeil, ainsi qu'une baisse de l'anxiété, mais surtout un bien-être général appréciable. Cette plante protège aussi le cerveau contre plusieurs maladies dégénératives, dont la maladie d'Alzheimer, et aide à régulariser la glycémie.

Toniques nerveux

Ces plantes vont nourrir, régénérer et réparer le système nerveux dans son entièreté afin d'harmoniser les émotions, d'améliorer la mémoire et la concentration et d'augmenter la résistance à la douleur. Ce sont des plantes qui, comme les adaptogènes, gagnent à être prises sur une longue période de temps, même si les effets bénéfiques commencent à être ressentis après quelques semaines seulement.

L'avoine fleurie, en fait la sommité fleurie du grain d'avoine, récoltée avant la maturité de la céréale, est une tonique nerveuse. Grâce à ses constituants actifs, elle va nourrir et rééquilibrer le système nerveux afin de diminuer les symptômes comme l'anxiété, la dépression et l'insomnie. Très riche en minéraux, elle va aussi alcaliniser tout l'organisme, ce qui permet de diminuer ces déséquilibres d'une autre façon.

Calmantes et antidépresseurs

Il existe aussi des plantes médicinales ayant une action plus rapide sur l'humeur pour alléger les symptômes en attendant que le système nerveux soit rééquilibré, ou que la situation initiale soit « digérée ». Une de mes plantes préférées pour calmer l'anxiété, diminuer les tensions surtout au niveau du cou et des épaules et augmenter la bonne humeur, est la lavande (Lavendula angustifolia). Ces fleurs prises en infusion (2 à 5 g de plante sèche par jour) ou en teinture (1 à 4 ml par jour) ont un puissant effet anxiolytique.

Quand l'anxiété ou la dépression sont-elles soulagées par l'exercice?

Pour certains, les symptômes seront atténués grâce à l'exercice. La médecine traditionnelle chinoise l'explique par l'énergie du Foie qui a tendance à bloquer, ce qui cause aussi un blocage de la libre circulation de l'énergie ainsi que de l'anxiété ou de la dépression. Si tel est le cas, outre la pratique régulière de l'exercice, les plantes médicinales qui aident à faire circuler l'énergie du Foie sont aussi appropriées et suggérées comme complément des plantes énumérées plus haut : curcuma (Curcuma longa), racine de pissenlit (Taraxacum officinale).

Dans d'autres cas, le manque de motivation ou l'insomnie découlent plutôt d'un « vide », ou d'une fatigue du système nerveux ou de tout l'organisme accumulée sur plusieurs mois et plusieurs années. Les plantes médicinales adaptogènes qui donnent de l'énergie rapidement seront alors privilégiées comme l'éleuthérocoque (Eleutherococcus senticosus). L'important est de bien comprendre les causes de ce « blues » pour choisir les plantes médicinales appropriées et obtenir ainsi un traitement efficace et rapide, tout en étant réparateur à long terme. Sans oublier un soutien psychothérapeutique qui, en nous aidant à changer notre perception de la réalité, nous permet de « voir la vie en rose » au quotidien.

Anne Vastel
Herboriste thérapeute accréditée

514-581-0214
annevastel@guerirparlesplantes.com
www.guerirparlesplantes.com

- - -

Le contenu du présent article écrit par Anne Vastel a pour seul but de fournir des informations au lecteur. Il ne devrait pas servir à établir des diagnostics médicaux ni à inciter ou à encourager quelqu'un à interrompre des traitements médicaux. Si vous prenez des médicaments, consultez un herboriste accrédité ou un professionnel de la santé avant de prendre des plantes médicinales.

- - -

Pour en savoir plus sur les plantes médicinales et la santé :

Tous les ateliers auront lieu à la boutique Fleuravie, 242, chemin Racine, à Bromont
fleuravie@hotmail.com ou 450-534-5129

- - -

Soignez l'hyperactivité et le déficit d'attention naturellement
7 novembre 2013 - 18 h 30 à 21 h 30 - 35 $

  • Quels autres déséquilibres pourraient donner ces symptômes (hypoglycémie, intolérances alimentaires, problèmes d'apprentissage)
  • Comment soigner naturellement à l'aide des plantes médicinales et de l'alimentation
  • Fabriquer un sirop médicinal pour calmer et augmenter la concentration.

Hypoglycémie et diabète de type II
28 novembre 2013 - 18 h 30 à 21 h 30 - 35 $

  • Mieux comprendre ces déséquilibres et leurs causes
  • Comment soigner naturellement à l'aide des plantes médicinales et de l'alimentation
  • Fabriquer un sirop médicinal pour régulariser votre glycémie.

Introduction à l'herboristerie
10, 17 novembre, 8 et 15 décembre 2013 - 13 h à 17 h - 200 $

  • Ayez confiance en vos connaissances et découvrez de nouvelles plantes médicinales (plus de 25 plantes au menu)
  • Utilisez l'herboristerie au quotidien
  • Découvrez les plantes médicinales qui poussent dans votre gazon
  • Créez des recettes sur mesure pour vos proches et vous-même
  • Découvrez le monde de la médecine traditionnelle chinoise

i - Vinot et al., PLoS One. 2011; 6(6): e20491.

ii - Sinn et al., Nutrients 2010, 2, 128-170;

iii - Briones et Darwich, J., Neuroinflammation. 2012; 9: 244.

iv - Motsinger et al., Maturitas. 2012 March; 71(3): 267–273.


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 18 — Mercredi, 6 novembre 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE