Acupuncture Addiction Agriculture Alimentation Alzheimer Amérindien Anarchisme Anatomie Animaux Anthroposophie Apiculture Approche craniosacrée Approches aquatiques Arboriculture Arbre Aromathérapie Art Arthrose Artisanat Astrologie Ayurveda Botanique Bouddhisme Cabane à sucre Calendrier Cerveau Chamanisme Channeling Chant Christianisme Coaching Collectivité Communication Constellations familiales Couleur Créativité Cuisine Danse Dentisterie Eau Écologie Économie Éducation Éducation somatique Électromagnétisme Énergétique Energétique chinoise Enfants Ennéagramme Ésotérisme Famille Faune Femme Fleurs de Bach Forêt Genre Géobiologie Guérison Habitat Hakomi Herboristerie Histoire Homéopathie Horticulture Huiles essentielles Intention Jardinage Jeûne Jung Kabbale Leadership Lithothérapie Mantra Marche Massothérapie Maternité Méditation Médiumnité Microbiote Mort Mouvement Musique Mycothérapie Naissance Nature Naturopathie Neuroscience Numérologie Nutrition Ornithologie Ostéopathie Parkinson Permaculture Phamacopée Philosophie Photos Physique quantique Phytothérapie Pleine conscience Poésie Pollution Portraits Psychologie Qi Gong Reiki Restos végés Rites Rituel Rolfing Santé Science Semencier Sexualité Shiatsu Société Soin Corporel Son et vibration Soufisme Spiritualité Symbolisme Taoisme Tarot Tourisme vert Transport Vaccins Vieillir Vitamine Yeux Yoga Yoga Derviche Zen
  Imprimer Imprimer

Désordres glycémiques et inflammation

Désordres glycémiques et inflammation :
deux alliés malfaisants – première partie

La glycémie (le taux de sucre dans le sang) et l'inflammation (qui permet de guérir les blessures) sont deux aspects de notre santé qui dans certaines situations peuvent entraîner plusieurs maladies, deux alliés qui peuvent devenir nocifs… En tant qu'herboriste thérapeute, je reçois souvent dans mon bureau des clients souffrant de problèmes de glycémie ou d'inflammation chronique. Plus récemment, j'ai remarqué, autant dans mes lectures que dans les bilans de santé que je fais auprès de mes clients, le lien fort qui existe entre les désordres glycémiques et l'inflammation chronique. Ces deux déséquilibres de processus normaux, surtout quand ils sont associés, peuvent causer de nombreux problèmes de santé (maladies cardiovasculaires, cancer, maladies auto-immunitaires, etc.).

Est-ce que je souffre d'un désordre de glycémie?

Dans un corps en santé, l'organisme gère les glucides consommés pour conserver un taux de glucose le plus constant possible dans le sang. Une alimentation riche en « sucres rapides » ou à index glycémique élevé (farines raffinées : pain, pâtes alimentaires, gâteaux, biscuits, etc.) favorise un taux de sucre rapidement élevé dans le sang après consommation. Cette hausse de glycémie provoque la sécrétion d'insuline par le pancréas pour faire pénétrer ce glucose dans les cellules ou le stocker sous forme de gras ou glycogène pour un usage ultérieur. De plus, d'autres hormones comme le cortisol et l'adrénaline, présentes en cas de stress aigu ou chronique, favorisent la sécrétion de glucose emmagasiné et engendrent donc aussi une hausse de la glycémie, qui sera suivie par une sécrétion d'insuline. Si les gens ne changent pas leurs habitudes alimentaires ou de gestion du stress, cette danse entre le glucose et l'insuline perdurera et engendrera à la longue une fatigue du pancréas et une résistance à l'insuline, ce qui pourrait mener à un problème de diabète type II.

L'hypoglycémie réactionnelle, un des premiers signes que votre corps ne gère plus le glucose de façon appropriée, avec ses chutes d'énergie dans la journée et ses symptômes d'irritabilité ou de baisse de concentration avant les repas est mieux connue. Par contre, ce qu'on appelle le syndrome métabolique, ou syndrome X, est peut-être moins compris, mais tout aussi important à soigner pour éviter que le problème ne s'empire. Dans le syndrome métabolique, il n'y aura pas forcément une hausse de glycémie à jeun, mais un taux anormalement élevé d'insuline et un ensemble de problèmes de santé pouvant inclure :

  • Résistance à l'insuline
  • Hypercholestérolémie
  • Hypertension
  • Obésité ventrale ou abdominale
  • Syndrome des ovaires polykystiques avec hyperandrogénie et infertilité chez la femme : des niveaux élevés d'insuline et la résistance à l'insuline des cellules entrainent une augmentation de l'hormone DHEA, de la sécrétion de l'hormone luthéinisante, des facteurs de croissance IGF 1 et IGFBP-1 ainsi qu'une diminution de l'hormone SHBG. Tous ces déséquilibres augmentent la testostérone qui chez la femme peut conduire au syndrome des ovaires polykystiques, à l'infertilité et à l'hyperandrogénie.
  • Inflammation chronique

Cette situation peut également dégénérer en diabète de type II, où la résistance à l'insuline jumelée à une fatigue du pancréas induit une hyperglycémie non contrôlée. De l'hypoglycémie réactionnelle au diabète type II, les causes restent les mêmes et les changements d'habitudes de vie jumelés aux plantes médicinales peuvent aider énormément.

Par ailleurs, un taux élevé d'inflammation, causé par une alimentation déséquilibrée (pauvre en acide gras essentiel ou trop riche en gras trans par exemple) ou un stress chronique, peut entraîner de la résistance à l'insuline ou vice versa. Ces deux problèmes de santé, la résistance à l'insuline et l'inflammation chronique sont donc intimement liés. Il n'est donc pas surprenant qu'ils soient souvent présents tous les deux dans les causes de plusieurs problèmes de santé comme les cancers, l'obésité, les maladies cardiovasculaires ainsi que les maladies dégénératives du cerveau tels l'Alzheimer ou le Parkinson.

Qu'est-ce qui entraîne de l'inflammation chronique?

En temps normal, l'inflammation est une réponse saine et souhaitée de l'organisme, plus spécifiquement du système immunitaire, à une atteinte d'un tissu pour le réparer. Par contre, dans ma pratique, je rencontre souvent des clients chez qui ce mécanisme de réparation est déséquilibré et où l'inflammation perdure de façon chronique avec de la douleur (fibromyalgie, arthrite rhumatoïde, etc.) ou sans (problèmes de peau, maladies cardiovasculaires, etc.).

Il existe plusieurs sources alimentaires d'inflammation chronique :

  • Le sucre et les farines raffinées, en augmentant la sécrétion d'insuline, vont créer une série de réactions chimiques qui entraîneront de l'inflammation chronique. De plus, ce sucre en circulation sera vite stocké dans des cellules adipeuses par l'organisme; ces adipocytes sécrèteront aussi des molécules inflammatoires pour contribuer à l'inflammation chronique.
  • Les intolérances alimentaires ou réactions allergiques à retardement du système digestif impliquant des IgG peuvent contribuer à la résistance à l'insuline et à une inflammation chronique; en particulier quand elles ne sont pas diagnostiquées puisque la personne continue de consommer l'aliment causant la réaction allergique ou l'inflammation de la muqueuse digestive. Le sujet des intolérances alimentaires ainsi que ses mythes et vérités, mérite à lui seul un article complet, mais ce sera pour une prochaine fois…
  • Le manque de bons gras dans l'alimentation (acides gras essentiels ou gras polyinsaturés) et l'excès de gras trans. En effet, ce déséquilibre va directement entraîner de l'inflammation chronique dans tout l'organisme.

Mais le coupable le plus présent et selon moi le plus sournois reste le stress chronique. En effet, en percevant les évènements incontrôlables de la vie comme des « dangers » potentiels, notre organisme réagit comme s'il était menacé de façon chronique. Nos glandes surrénales produisent du cortisol, qui en circulation de façon chronique va nuire à nos systèmes nerveux, endocrinien et immunitaire. Dans son livre « When the Body Says No », le médecin Gabor Maté explique, à travers plusieurs études de cas, comment par exemple le manque de sécurité dans l'enfance ou des émotions réprimées peuvent engendrer ces mêmes réponses négatives physiologiques de stress et mener à des problèmes de santé comme la sclérose latérale amyotrophique, des cancers ou autres maladies dégénératives. Il n'est donc pas nécessaire d'avoir un travail stressant ou de vivre toute une série d'évènements difficiles pour que l'organisme en soit affecté. C'est souvent notre perception de la réalité qui va avoir le plus grand impact sur la sécrétion de nos hormones de stress. Ainsi, les techniques de relaxation qui ramènent dans le moment présent ou la méditation sont très efficaces pour diminuer les quantités de cortisol en circulation et ainsi aider à la santé.

Il existe donc un fort lien entre l'insuline, qui permet au glucose d'entrer dans les cellules et d'être emmagasiné pour un usage ultérieur et le cortisol, qui permet l'inflammation salutaire à la guérison des tissus. Ces deux hormones sont nécessaires et bénéfiques, mais quand elles sont présentes de façon chronique et exagérée elles peuvent entrainer plusieurs maladies. Ce qui est formidable c'est que des changements simples d'habitudes de vie et d'alimentation, ainsi que plusieurs plantes médicinales, peuvent aider à ramener l'équilibre dans votre corps. Je vous en parlerai dans deux semaines, à bientôt !

Anne Vastel
Herboriste thérapeute accréditée

514-581-0214
annevastel@guerirparlesplantes.com
www.guerirparlesplantes.com

 


Accueil
  Flèche gauche
Volume 9, numéro 8 — Mercredi, 24 avril 2013
Flèche droite  
 

POUR RECEVOIR LE WEBZINE